Dimanche 21 juillet 2024

Archives

Elections de 2015 :  » L’ADC-Ikibiri sera une et indivisible « 

05/05/2013 Commentaires fermés sur Elections de 2015 :  » L’ADC-Ikibiri sera une et indivisible « 

C’est décidé. «Les partis réunis au sein de l’Alliance Démocratique pour le Changement (ADC-Ikibiri) se sont convenus de former un seul bloc aux élections de 2015», déclare Frederick Bamvuginyumvira, vice-président du parti Sahwanya Frodebu (membre de l’ADC), à Bujumbura, ce samedi 9 juin, lors du 3ème anniversaire du parti MSD.

<doc4221|left>D’après Frederick Bamvuginyumvira, aucun parti ne peut prétendre combattre seul victorieusement les problèmes qui hantent le pays. Pour ce, les partis de l’ADC-Ikibiri jugent nécessaire de former un seul bloc fort. « Dans ces conditions, on pourra vaincre dans les prochaines échéances électorales », indique-t-il.

Selon lui, les partis réunis au sein de l’ADC-Ikibiri doivent dépasser leurs intérêts pour qu’ils puissent un jour « déposer et envoyer à l’école de la politique » les dirigeants actuels.

Il rappelle que toutes les crises qui se sont abattues sur le Burundi résultent des élections (mal gérées, Ndlr). Il donne l’exemple de 1961 où il y avait un conflit entre l’Uprona (Union pour le progrès national) et le PDC (Parti démocratique chrétien). En 1993, poursuit-il, il y avait un conflit entre l’Uprona, encore une fois, et le parti Sahwanya Frodebu. « En 2010, les élections ont créé un climat malsain entre le Cndd-Fdd et certains partis. Ce qui a contraint certains leaders politiques à l’exil », ajoute-t-il.

D’après M. Bamvuginyumvira, pour une bonne préparation des prochaines échéances électorales, des préalables sont indispensables.

Il faut mettre en place, dit-il, un cadre de dialogue politique où on va exposer tous les problèmes et trouver des solutions. Il est aussi urgent que les prisonniers politiques soient libérés afin d’exercer leurs droits civiques. Il demande, enfin, que le pouvoir laisse les partis de l’ADC-Ikibiri travailler librement. Au besoin, insiste-t-il, les autoriser de faire des descentes dans le pays. Cela permettra à la population, mentionne-t-il, de constater que d’autres partis sont encore existants.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 970 users online