Politique

Elections 2020 : Trois bulletins de vote différents pour trois scrutins cumulés

22/04/2020 Jérémie Misago Commentaires fermés sur Elections 2020 : Trois bulletins de vote différents pour trois scrutins cumulés
Elections 2020 : Trois bulletins de vote différents pour trois scrutins cumulés
Les participants à la réunion organisée par la CENI à l’intention des responsables des partis, des coalitions et des indépendants

A l’issue de sa réunion avec les responsables des partis politiques, des coalitions et les indépendants, la Ceni a présenté des spécimens des bulletins de vote qui seront utilisés le 20 mai.

« Il y a trois spécimens différents car il y a trois scrutins différents. Les bulletins pour la présidentielle seront de couleur bleu, ceux des législatives seront de couleur verte tandis que ceux des communales auront une couleur tendant vers le rouge. Chaque province ou commune dispose d’un spécimen particulier selon le nombre de ceux qui ont présenté les candidatures», a expliqué Annonciate Niyonkuru, vice-présidente de la Ceni.

Elle a fait savoir qu’après le choix opéré dans l’isoloir, le votant aura à mettre chaque bulletin dans l’une des trois urnes portant un autocollant de même couleur. « Il y aura trois urnes dont l’une pour les présidentielles, l’autre pour les législatives et le troisième pour les communales. Comme certains électeurs peuvent avoir des confusions, un agent de la Ceni sur le bureau de vote sera tout près pour les aider. L’objectif est d’éviter que plusieurs voix soient nulles ».

Après les interventions des commissaires de la Ceni, les partenaires des élections sur place ne sont pas restés indifférents. Agathon Rwasa, président du parti CNL (Conseil national pour la liberté), s’est dit inquiet des tricheries et manipulation si les agents de la Ceni interviennent pour aider les gens à mettre les bulletins dans les urnes. « Des agents malintentionnés peuvent désorienter les votants. » Il a proposé plutôt que toute voix soit comptée sans considération de la spécificité des urnes.

Jean-Anastase Hicuburundi, chargé des opérations, de l’informatique électorale à la Ceni a balayé toutes ces critiques d’un revers de la main. « L’action de mettre les bulletins dans les urnes intervient après l’opération de vote effectuée dans l’isoloir. Pas de doute car l’étape en question va se faire en public au su et au vu de tout le monde ».

Un manque de communication de la part de la Ceni ?

Pour sa part, Gabriel Banzawitonde a accusé la Ceni de manque de communication dans ce processus électoral. « La Ceni ne joint pas les actes à la parole. Le président de la Ceni et ses membres sont devenus inaccessibles. Les responsables des partis politiques ou candidats indépendants sont des partenaires des élections mais ils ne sont pas associés. Ces spécimens devraient faire objet du débat pour corriger certaines erreurs. En ce qui nous concerne, il y a des candidatures pourtant retenues mais qui n’y figurent pas. Quand allons-nous faire le recours ?», s’est-il lamenté.

Face à ces appréhensions du président de l’APDR, la réponse du président de la Ceni ne s’est pas fait attendre. Il a nié ces allégations précisant ainsi que toutes les activités de cette commission leur sont communiquées dans des rencontres. « Nous ne savons pas vos problèmes particuliers. Sinon s’il y a une activité en vue, nous tenons toujours des réunions. Si vous avez des appréhensions, concertez-vous mais pas de doléances d’un seul parti ».

Vous saurez que les élections du 20 mai verront la participation de 7 candidats pour la présidentielle, 11 partis, 2 coalitions et 17 indépendants pour les législatives. A côté des listes des parties et des coalitions pour les communales, il y a aussi 19 indépendants.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Non à la brutalité de certains policiers

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non à la brutalité de certains policiers

On dirait une série noire. Dimanche 14 juin, à Musenyi en commune Mpanda, un policier en état d’ivresse a criblé de balles Rénovat Nduwayo, propriétaire d’un bistrot. Samedi 20 juin, Méthode Nzeyimana, élève finaliste au lycée communal de Gahama dans (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 482 users online