Vendredi 23 février 2024

Société

Droits de la femme: Une régression

15/02/2023 3
Droits de la femme: Une régression
Diane Nibitanga : « Si un communiqué est lu dans les églises, il n’a pas le droit de le commenter sans nous avoir interrogé pour avoir plus de compléments. »

Les mesures prises, vendredi 3 février dernier, par l’administratrice de la commune Bweru en province Ruyigi, Diane Nibitanga, suscitent des remous. Parmi ces mesures, il y a l’interdiction aux femmes et aux jeunes filles de circuler au-delà de 19h sans être chaperonnées par leurs époux ou leurs parents pour les jeunes filles. Discriminatoire, hallucinant, sexiste… les qualificatifs pleuvent.

« Ce que vous devez savoir, c’est que ce n’est pas une décision. Un communiqué est différent d’une décision », justifie Diane Nibitanga, administratrice de la commune Bweru. L’administratrice n’a pas voulu donner plus d’explications sur les motivations de ces mesures. Malgré des réticences à donner des informations par téléphone, évoquant les recommandations de sa hiérarchie, Mme Nibitanga fait savoir que celui qui a diffusé en premier cette information est en train d’être poursuivi par la justice parce qu’il ne l’a pas interrogée : « Si un communiqué est lu dans les églises, il n’a pas le droit de le commenter sans nous avoir interrogé pour avoir plus de compléments. Vous comprendrez qu’il va donner de fausses informations.»

Sans révéler son identité, Diane Nibitanga fait savoir que cette personne est connue et qu’elle n’a pas été appréhendée : « C’est parmi ceux qui se disent journalistes. Cela ne peut pas le conduire dans un cachot mais il n’a pas bien fait son boulot. Je ne connais son identité et, d’ailleurs, ce n’est pas mon travail. »

Interrogée si l’administratrice avait les prérogatives pour prendre ce genre de mesures, la gouverneure de la province Ruyigi, Emmerencienne Tabu, répond : « Est-ce qu’il lui est interdit de prendre des décisions dans sa propre commune ? » Et pour ceux qui disent que ces mesures sont discriminatoires, elle réagit avant de nous raccrocher au nez : « Humm, vraiment vous me faites rire ! A votre avis, tu trouves normal que 19h arrive sans que tu saches où est ta femme ?»

Interdiction de circuler pour les femmes au-delà de 19h

Dans un communiqué sorti le 3 février dernier, Diane Nibitanga a pris cinq mesures dans le but de sauvegarder la sécurité de la population, surtout pour les femmes et les enfants ainsi que la protection des bonnes mœurs : les fêtes et les rassemblements religieux ne peuvent pas avoir lieu après 18h; les marchés doivent fermer à 18h ; interdiction aux jeunes filles de circuler au-delà de 19 h sans être chaperonnées par leurs parents ; interdiction aux femmes de circuler ou de fréquenter les cabarets au-delà de 19h sans être accompagnées par leurs maris ou fournir une raison valable ; les mineurs de moins de 18 ans sont interdits de fréquenter les bars sans leurs parents. « Ceux qui passeront outre ces mesures seront punis conformément à la loi et en plus ils paieront des amandes».

Ces dernières années, de telles mesures avaient été prises dans plusieurs communes. Marie Chantal Nduwayezu, administratrice de la commune Gishubi en province Gitega, avait pris la même mesure en février 2021. Elle avait expliqué : « Nous voulons protéger et sauver les foyers qui étaient menacés de dislocation. La mesure ne vise pas seulement les femmes. Elle concerne les hommes qui dépassent 19h avec les femmes qui ne sont pas les leurs, et vice-versa. Cela permet de limiter ou d’éradiquer la débauche et les divorces qui étaient devenus monnaie courante. »

Le 5 novembre 2020, une telle mesure avait été prise par l’administratrice de la commune Ruhororo en province Ngozi, Mamerthe Birukundi. D’après elle, certains hommes sont allés se plaindre que leurs femmes sont devenues ingérables.

Dans son communiqué du 6 mai 2019, l’administrateur de la commune Musongati en province Rutana, Jean-Damascène Arakaza, avait pris la même décision. Le motif évoqué est que certaines femmes s’enivrent, commettent l’adultère et déstabilisent ainsi leurs foyers.

Jubilations pour certains …

Sur la toile, les avis divergent. « Tu sais comment c’est honteux de voir une femme dans la rue pendant la nuit alors que son mari est à la maison. Sans parler lorsque tu la vois avec d’autres hommes », réagit un internaute. Pour un autre internaute, les droits des femmes ne signifient pas rentrer la nuit et demander à son mari de lui ouvrir.

D’autres jugent ces mesures inacceptables. « C’est hallucinant ce qui se passe chez-nous. Elle feint de ne pas savoir qu’il y a des femmes veuves, des femmes cheffe de ménage, des femmes non mariées, des filles orphelines qui élèvent leurs petits frères et petites sœurs, etc. », s’indigne un internaute.

… et indignation chez les défenseurs des droits des femmes

Chez les défenseurs des droits de la femme, c’est l’indignation totale. « C’est dommage de voir de telles mesures prises en 2023 dans notre pays. Nous sommes quand même un Etat qui s’affirme de droit, où chaque citoyen doit, effectivement et sans discrimination, jouir de son droit constitutionnel à la liberté de mouvement », s’insurge Inès Kidasharira, activiste des droits de la femme.

Inès Kidasharira : « C’est quand même étonnant qu’il y ait des gens qui trouvent des justifications à de telles mesures discriminatoires. »

Pour elle, ces mesures sont illégales et injustes envers une partie de la population et elle espère qu’elles seront annulées par les autorités de tutelle, en l’occurrence le gouverneur de province ou le ministre ayant l’administration territoriale dans ses attributions.

Elle rappelle que la libre circulation est garantie pour tous dans un pays de paix, sauf restriction fondée sur une base légale et justifiée par l’intérêt général, comme par exemple la sécurité des personnes ou des biens. « Or, je doute qu’il y ait des problèmes de sécurité exceptionnels dans cette commune pour justifier de telles mesures dignes d’un Etat en guerre. C’est quand même étonnant qu’il y ait des gens qui trouvent des justifications à de telles mesures discriminatoires».

Inès Kidasharira trouve aberrant de confier l’entière responsabilité de la sauvegarde des mœurs aux seules femmes et filles. Pour elle, quand il y a un problème dans une communauté, ce problème concerne tous les citoyens et non pas un seul groupe de gens. « J’ai ouïe dire que ces mesures seraient prises pour décourager un phénomène appelé « kurya umugwe », phénomène qui consiste à enivrer les femmes ou les filles pour les violer plus tard sans qu’elles en soient conscientes.

Si l’administration est déjà au courant de ce phénomène, elle devrait le considérer comme une forme de VSBG et agir en conséquence». Pour cette activiste, les femmes et les filles sont victimes et non auteures. « Qu’a fait l’autorité compétente, à savoir la police ou le parquet, pour appréhender et punir les auteurs de ces crimes ? »

Inès Kidasharira trouve que l’administratrice communale aurait dû mobiliser, si elle ne l’a pas fait, toutes les parties prenantes en l’occurrence la police, les chefs de zones et les autres instances, dans une réunion pour discuter de ce problème, analyser les causes profondes à cette insécurité pour les femmes et filles et arrêter des mesures plus justes et plus légales et non sexistes.

Quant à Médiatrice Niyokwizigira, représentante légale de l’ Association pour la Promotion de la Fille Burundaise (APFB), elle estime que l’administratrice communale aurait dû d’abord punir les coupables des violences envers les femmes et jeunes filles. « Prendre cette décision à l’endroit de toutes les femmes de la localité alors qu’il y a celles qui gagnent leur vie de manière décente jusqu’à 20h, c’est bafouer leurs droits. Nous lui demandons d’être impartiale dans les sanctions parce que ne punir que les femmes et les filles fait partie des actes discriminatoires et sexistes».

D’après elle, sa décision est contraire à la loi parce que la loi du 22 septembre 2016 portant sur la prévention et protection des victimes de violences basées sur le genre qui stipule qu’il est interdit de menacer une personne, de la priver de ses droits en vue d’exercer sur elle tout acte de violence basée sur le genre. « Elle vient aussi bafouer quelques droits, dont celui du respect de la vie privée, l’épanouissement et la libre circulation des personnes. » Elle appelle les autorités concernées à l’impartialité car tous les hommes naissent libres et égaux devant la loi. « Quant à la préservation des bonnes mœurs, elle n’engage pas que les filles et les femmes seulement, mais aussi tout citoyen sans exception aucune».

Pour Marie Louise Baricako, présidente du Mouvement des femmes et des filles pour la paix et la sécurité au Burundi (MFFPS), les mesures prises par l’administratrice de Bweru suscitent beaucoup de questions sur les droits des femmes, des filles et des enfants au Burundi. « C’est une excellente chose de voir que l’administratrice de Bweru est préoccupée par la sécurité de sa population ainsi que notre culture et l’éducation burundaise.

C’est une réalité que la sécurité pour tous a encore besoin d’être assurée vu la manière dont les violences faites aux femmes prennent une ampleur jamais atteinte auparavant. Toute décision visant l’éradication de ces violences est plus que la bienvenue. »

Toutefois, Mme Baricako se pose des questions : « A voir le communiqué, le gros de ce qui est interdit concerne les femmes, les filles et les enfants. Seraient-ils responsables de toutes ces violations qui sont commises ? Seraient-ils responsables de l’insécurité qui prévaut au Burundi ? Sont-ils à la base de la détérioration de notre culture ? » Même si le communiqué expose bien le problème, souligne-t-elle, il se perd dans la voie de solutions si bien qu’il risque de causer plus de tort que de bien.

« Pourquoi cette décision est-elle discriminatoire à l’égard des femmes des filles et des enfants au lieu de chercher à éliminer le mal en ciblant les véritables auteurs ? Ceux qui dirigent le Burundi ignoreraient-t-ils les droits des femmes pour comprendre qu’aucune décision ou loi ne devrait plus discriminer qui que ce soit, y compris les femmes ? » Marie Louise Baricako se demande comment est-ce possible qu’une personne en charge de l’administration discrimine encore des groupes en ce moment où nous sommes en plein cœur dans la recherche de la matérialisation de l’égalité homme-femme devant la loi et dans le système de gouvernance ?

« On se serait attendu à ce que Madame Diane Nibitanga ou toutes ces autres femmes qui ont eu le privilège d’accéder aux instances de prise de décisions soient les premières à défendre les droits des femmes et des filles partout où elles se trouvent.

Voilà que ce sont elles-mêmes qui nous ramènent à l’époque traditionnelle lorsque la femme n’avait pas de place». Selon cette activiste des droits de la femme, cela fait aujourd’hui plus de 30 ans que la Convention sur l’élimination de toutes formes de discriminations à l’égard de la femme a été adoptée. Et de conclure : « Les femmes devraient en être les premières gardiennes.»

Eclairage

Me Fabien Segatwa : « Aujourd’hui, la coutume à appliquer est que les femmes et les hommes sont égaux. »

Pour le juriste Me Fabien Segatwa, l’administrateur dirige tous les citoyens et il doit les prendre, hommes et femmes, au même pied d’égalité.


Quel commentaire faites-vous par rapport à ces mesures de l’administratrice de Bweru ?

Il est difficile de critiquer une décision lorsqu’on ne sait pas dans quelles conditions elle a été prise. Mais, dans les principes généraux, il est normal que les mineurs de moins de 16 ans soient interdits d’aller dans certains endroits que l’on peut juger dangereux. Cela vaut pour les garçons et pour les filles.

Et pour le cas des femmes mariées et des filles majeures ?

La Constitution burundaise stipule que tous les Burundais sont égaux en droit. Ils ont les mêmes droits, les mêmes devoirs et la même dignité. Ce qui est interdit à la femme est aussi interdit à l’homme. La femme est égale à l’homme en droit et devant la loi.

Parlons des mesures prises par l’administratrice de Bweru

L’administrateur peut prendre des mesures administratives par exemple que les cabarets ne peuvent pas faire du bruit au-delà d’une telle heure. Cela vaut pour tout le monde. Normalement, lorsqu’il n’y a pas de couvre-feu, les gens peuvent aller boire quand ils veulent sauf ne pas déranger la tranquillité des voisins parce que les tapages nocturnes sont également interdits. D’ailleurs, il faudrait que les administratifs y pensent.

Mais dire que la femme ne doit pas aller dans un cabaret au-delà de 19H, on ne sait sur quelle loi on se base pour le faire. Si l’homme peut y aller à 19H, la femme peut le faire aussi. Le problème de ménage est un problème entre le mari et son épouse. C’est à eux de savoir qui entre le premier ou qui entre en second lieu. Ce n’est pas à l’administrateur de le faire.

C’est donc contraire à loi ?

L’administrateur administre tous les citoyens et il doit les prendre, hommes et femmes, au même pied d’égalité. La Constitution dit que tous les droits et devoirs proclamés et garantis par les textes internationaux relatifs aux droits de l’homme régulièrement ratifiés font partie intégrante de la Constitution. Or, nous avions ratifié la Convention relative à la non-discrimination de la femme et cette dernière stipule que toutes les femmes et les hommes ont les mêmes droits et doivent être traités de la même façon.

En discriminant les femmes par rapport aux hommes, elle viole la Constitution. Probablement qu’elle n’est pas au courant de cela. Evidemment, il y a des fois où on gouverne suivant la tradition d’antan mais il est temps d’intégrer les nouvelles législations d’un pays évolué. Il y a des coutumes que nous ne pouvons pas continuer à appliquer. Aujourd’hui, la coutume à appliquer est que les femmes et les hommes sont égaux.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Kanda

    Rentrer tôt, c’est une question de discipline familiale. Si personne ne porte plainte, pourquoi l’AdmCom s’en mêle? Garçon, jusqu’à 23 ans je devais rentrer à la maison avant 18:00; dee 23-29 ans, j’étais devenu indépendant; de 29-31 ans chez mon cousin, limite c’est 22:00. Et après que je me suis marié, on gère à deux. Et depuis j’ai grandi avec, inutile de faire le vagabond quand je n’ai rien d’utile à faire.

  2. Pour les enfants moins de 21 ans, normalement ils devaient pas fréquenter les cabarets et consommer de l’alcool. Concernant les femmes à circuler au-delà de 19 h,s’elles ne sont pas mineurs pourquoi les empêcher de circuler.Nous ne sommes pas dans l’antiquité où la femme s’appelait umunyakigo ,n’avait pas le droit d’aller à l’école ou occuper les places dans la fonction public, faire du commerce. Le soi-disant administratrice si elle se rend dans la réunion et rentrer au-delà de 19 h ,elle va etre arrêtée si elle est pas avec son mari? Les hommes et les femmes naissent égaux devant la loi et doivent jouir les mêmes droits.on dirait qu ‘au Burundi les évoluent en reculant.

  3. Kwizera

    La femme a toujours eu sa place dans la tradition.Ne jettons pas la faute des administrateurs prenant des decisione déscriminant une partie de la population en se basant sur la sois distante tradition. La tradition ancestrale du Murundi, son paradigme sociale avait plus de sens et était mieux compris et integré que le paradigme du Burundais semi chrétien moderne d’aujourd’hui. Maintenant étant donné que nous ayons changé de paradigme par force nous devons nous habitué. Il y a mille raison pourquoi une fille /femme Burundaise rentre après 23h en 2023. Moi je viens d ‘une réunion tellement constructive. Mes.amies sont rentrées à 21h. Quel crime auraient t elle commis que moi j’ai pas. Mais je suis coscient que les choses ont changés.À l epoque jamais j aurai fait une reunion avec mes amies a cette heure. Déja l educazione femmine et masculine était differente. Aujourd’hui nous étudions tous dans la même classe. je valorise tellement notre tradition compris dans son contexte ancestrale que cela me fait mal que l on passe le temps à blamer la tradition. Non les temps et contexte ont changé.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Démocratiser le débat sur le marché public

Brouille entre le gouvernement du Burundi et la société Sogea Satom autour des travaux de réhabilitation de la route nationale 3, tronçon Rumonge-Gitaza. Le ministre en charge des infrastructures a pris la décision de suspendre le paiement des frais additionnels (…)

Online Users

Total 1 385 users online