Samedi 18 septembre 2021

Société

Des victimes des inondations de Gatumba rayées de la liste des bénéficiaires d’aide

12/09/2021 0
Des victimes des inondations de Gatumba rayées de la liste des bénéficiaires d’aide
Plusieurs personnes ne sont pas retrouvées sur la liste des bénéficiaires de l’aide

Les déplacés de Gatumba accusent certains administratifs à la base d’user de favoritisme dans l’élaboration des listes de bénéficiaires d’aide du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Ce que rejette en bloc Ambroise Ndikumana, un de ces administratifs pointé du doigt.

Vendredi, 16 h. Au chef-lieu de la zone Gatumba, affluent plusieurs victimes de la des crues de la Rusizi et de la montée des eaux du lac Tanganyika. Ils affirment venir prendre une aide du PAM.

Comme ils en témoignent, plus de 150 d’entre eux ne se sont pas retrouvés sur la liste des bénéficiaires d’aide. Désemparés, ils accusent nommément un certain Ambroise Ndikumana, conseiller collinaire de Muyange II de les avoir rayés volontiers de la liste.

« Ambroise, c’est lui qui nous a remplacés par ses enfants et par les habitants des collines voisines sur la liste. Sur toute la colline Kiyange II, il a inscrit sa femme et ses enfants. Il a même inscrit sa fille qui s’était mariée sur l’autre colline. Il a aussi inscrit ses amis », révèle E.N., un habitant du secteur Rwamazi. Ce que confirment des centaines d’hommes et de femmes rassemblés devant les bureaux de la zone.

Très remontée, A.N., 40 ans, n’y va pas par quatre chemins. « Nos administratifs sont très corrompus. Ils cherchent toujours leurs propres intérêts au détriment des intérêts de toute la population », accuse -t-elle. Pour cette femme, le conseiller collinaire de Muyange II mérité d’être remplacé.

« Lorsqu’un administratif ne sert pas convenablement la population, le démettre de sa fonction serait indispensable. Cela permet de donner sa fonction à une autre personne consciente qu’elle est au service du peuple », considère-t-elle.

Les différents hommes et femmes approchés témoignent de vivre le calvaire. « Nous rayer de la liste, c’est comme nous tuer. Pour moi, nourrir mes trois enfants, c’est fatiguant. Tout notre espoir reposait sur cette aide du PAM. Maintenant qu’allons-nous faire ? Je vais mourir de faim avec mes enfants à cause de cette injustice notoire », confie N.N., une femme de la colline Muyange II.

Cette dernière avec d’autres victimes des crues de la Rusizi et de la montée des eaux du lac Tanganyika disent ne plus savoir à quel Saint se vouer. Ils appellent le gouvernement à punir sévèrement les administratifs impliqués dans le détournement de leurs aides.

Quid du PAM ?

Arrivée des vivres du PAM

Une source fiable du PAM affirme que des lamentations des victimes sont fondées. « C’est dommage que certains responsables abusent de leur pouvoir et n’hésitent pas de demander des pots de vin à certains de leurs sujets afin qu’ils soient inscrits sur la liste des bénéficiaires de l’aide », regrette-t-elle.

Selon lui, des tricheries dans l’élaboration des listes des bénéficiaires s’observent dans tout le pays. « A Rumonge, à Nyanza-lac, etc., nous avons constaté des cas pareils. Un administratif qui inscrit des membres de sa famille sur la liste des vulnérables à assister. Il y a même des administratifs qui inscrivent des personnes fictives », poursuit-elle.

Contacté, Ambroise Ndikumana, conseiller collinaire de Muyange II, reconnaît l’existence des irrégularités sur la liste des bénéficiaires des aides « Une personne de la colline Kinyinya peut se trouver sur la liste des habitants de Gaharawe ou vice-versa. Mais je ne sais pas comment cela est arrivé », insiste-t-il.

Pourtant, il rejette en bloc toutes les allégations formulées à son égard. « Je n’ai retiré aucune personne sur la liste. Peut-être qu’ils ont dit cela sous l’emprise de la colère », rassure-t-il.

Signalons que ces irrégularités s’observent aussi dans les sites de Kinyinya, Sobel, Kigaramango et Mafuba, selon les déplacés de ces sites.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 373 users online