Dimanche 25 février 2024

Santé

Des hôpitaux et des mouroirs

13/09/2023 9
Des hôpitaux et des mouroirs
Les malades couchés sur le gazon attendant qu’ils soient soignés

Lors du Conseil des ministres du 30 août, la ministre de la Santé publique a présenté un projet-décret portant Code de l’éthique et déontologie pour les prestataires de services de santé. Parmi les recommandations, un point a étonné. Alors que le système de santé fait face à moult défis, l’idée de construire un hôpital pour les grandes personnalités a été émise. De quoi susciter la colère et l’indignation de la population qui se demande entre elle et ces grandes personnalités, celui qui en a le plus besoin.

« La charité bien ordonnée commence par soi-même », a dit François Barthélemy Arlès-Dufour. Apparemment, lors dudit Conseil des ministres, la ministre de la Santé publique s’est rappelé les paroles de cet illustre philosophe français…

Alors que des milliers de Burundais meurent ou voient leur santé se dégrader faute de soins de santé appropriés, faute de médecins dans les hôpitaux, suite au manque de laboratoires pour faire des examens cliniques approfondis…

Dans cette matinée du 30 août, Sylvie Nzeyimana a douché les espoirs de tous ceux qui espéraient une réponse aux problèmes qui hantent le système sanitaire burundais. La ministre a fait la part belle à ses « convives » comme elle à la table du Chef. Cette grande famille des privilégiés dont elle fait partie.

Dr Sylvie Nzeyimana, ministre de la Santé publique

En effet, ce qui devrait être une occasion pour faire un diagnostic approfondi de tous les défis auxquels est confronté le système de santé burundais n’a été qu’un bref moment de rappel de quelques principes élémentaires de base qui doivent caractériser tout professionnel de santé.

Dans son exposé, ni la question des causes de l’exode massif des médecins et autres professionnels de santé, ni celle relevant de l’absence d’infrastructures adaptées ou la difficile accessibilité de la population aux soins de santé à cause de son faible pouvoir d’achat, n’ont été évoquées.

De quoi se demander à quoi finalement ont servi ses descentes sur terrain, si elle n’a pas eu le courage de rapporter ce qu’elle a vu. « En tout cas, point besoin d’être prestataire de santé pour comprendre la dure réalité quotidienne du Burundi profond. Ces Centres de Santé (CDS) qui n’ont pas d’électricité, les médecins impuissants devant une simple césarienne, faute de bloc opératoire, etc. », explique A.D., médecin communal.

Selon lui, à moins qu’elle ne l’ait fait sciemment, parce que jusqu’à maintenant, elle n’a pas encore élaboré un plan stratégique, ce Conseil des ministres aurait été une bonne opportunité de proposer une stratégie à mesure d’apporter des vraies réponses à ce secteur en perdition.

Avant, l’éthique et la déontologie professionnelle

Au-delà des recommandations « moralisantes » sur l’éthique et la déontologie, un point a retenu l’attention : cette possibilité d’identifier un hôpital de référence qui pourrait accueillir les grandes personnalités et l’équiper pour limiter d’être pris en charge à l’étranger. Une pilule que la population a eu du mal à avaler. En effet, sur la toile, les réactions ont fusé de partout. « Ces élites, sont-elles censées jouir de tous les privilèges parce que nous leur avons fait confiance ? ».

Ignorance totale du principe de la redevabilité. La population interrogée voit une ségrégation à peine cachée. « Le ministère de tutelle se fiche mal de retaper, équiper un tant soit peu les hôpitaux publics. Dorénavant, il y a ceux qui vont mourir dans des structures sanitaires mal équipées alors que d’autres autres dormiront dans des pavillons super équipés et pris en charge par les meilleurs spécialistes du pays. Tout cela grâce aux impôts et taxes du contribuable ? », se demande Jean, infirmier à Hôpital Prince Régent.

« Apartheid » à peine caché

Faute d’une bonne gestion, même l’hôpital du Cinquantenaire de Karusi a perdu ses lustres d’antan

Au-delà des inégalités sociales qu’une telle structure hospitalière risque d’engendrer, cet infirmier craint l’exacerbation des divisions politiques. « Déjà, partout dans tous les services étatiques, le favoritisme, le clientélisme se sont érigés en règle. Est-ce qu’avec cet hôpital, les “autres grandes personnalités” qui ne sont pas du parti au pouvoir n’auront pas le droit de s’y faire soigner ? » Selon lui, il n’y a aucun doute, c’est un apartheid à peine caché qui sera en train de s’ériger.

Des craintes partagées par Sylvain Habonakiza, porte-parole du Cadre d’Expression pour les Malades au Burundi (Cemabu). « Si, dorénavant pour être soigné, il faut que tu sois une grande personnalité. Que va devenir ce paysan du fin fond du pays ayant à peine les soins de santé élémentaires parce que son hôpital communal n’a pas suffisamment de médecins ou de produits pour faire un banal examen de laboratoire ? » Avant de poursuivre, dépité : « Si c’est ainsi, est-ce que demain, il n’y aura pas certaines pharmacies réservées à ces grandes personnalités, refusant de vendre les médicaments à quiconque désire en acheter ? »

À S.H., comptable dans un hôpital, n’y va pas de main morte : « La ministre, plus que n’importe qui, sait que ces personnalités n’ont pas besoin d’un hôpital qui leur est réservé pour se faire soigner. Car, quand elles en ont besoin, elles ont les moyens, elles peuvent se faire soigner dans n’importe quelle clinique privée du pays ou de l’étranger. Ce qui n’est pas le cas par exemple pour un paysan de Mwakiro, des fois, obligé d’attendre une ambulance pour être évacué à l’hôpital de Muyinga. Sans compter que le directeur de ce dernier peut décider le transfert du malade à Ngozi faute de réaliser tous les examens cliniques nécessaires ».

Ce comptable voit mal la pérennité d’un tel projet. « Le problème, ce ne sont pas les infrastructures qui manquent, c’est l’absence d’une vision sur le long terme ». Allusion faite à l’hôpital du Cinquantenaire de Karusi qui avait été construit pour être une référence dans la sous-région, mais qui périclite actuellement (absence de plateau technique, exode des médecins spécialistes, etc.)

Pour lui, l’urgence est ailleurs, notamment, dans la stabilisation des carrières des prestataires de soins, les médecins en tête, qui ne cessent de déserter leurs postes d’attache au sein des hôpitaux communaux au profit des cliniques privées.

A l’instar de feu Thomas Sankara qui disait qu’en tant que dirigeant, des fois, il faut faire un choix : « Soit du champagne pour les uns ou de l’eau potable pour tous ». Cet infirmier abonde dans le même sens. « A l’état actuel des choses, le gouvernement devrait faire pareil. Soit un hôpital moderne pour les uns ou équiper tous les hôpitaux publics, comme il se doit, stabiliser les carrières des médecins afin que la population burundaise puisse bénéficier des soins de santé de qualité », conclut-il.

Nous avons contacté, en vain, la ministre de tutelle. Idem pour son porte-parole.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Kanda

    Son langage est condamnable et elle devrait démissionner. Les hôpitaux, il y en a, il faut juste bien les équiper, en ressources matérielles, pharmaceutiques, etc. y compris humaines dont ils ont besoin. Pierre Nkurunziza était à Karuzi, même s’il y est mort, parce qu’il devrait en être ainsi, même Jésus-Christ a dû mourir.
    Si les dirigeants veulent s’offrir des soins spéciaux aux frais du contribuable, cette clinique spéciale devrait être accessible à tout malade -national ou étranger- capable d’assurer les frais de ses soins. Mais si c’est pour créer un apartheid, ils devraient avoir peur eux-mêmes d’y aller ! Si un médecin ou un administratif y travaillant ne pourra pas y soigner ou y faire soigner ses enfants ou ses parents, souvent les politiciens s’éliminent entre eux, dès qu’un occupant d’un poste juteux est malade, bienvenu le remplacement rapide aux postes juteux.

  2. Giant

    Le droit aux soins de santé devrait normalement être garanti pour tout le monde.
    Il faudrait plutôt équiper et renforcer les hôpitaux régionaux et avoir un hôpital de référence nationale accessible à tous les citoyens quel que soit leur rang social.
    Encourager l’affiliation à des mutuelles publiques/privées pourrait permettre un meilleur financement du système de santé.

  3. Bellum

    Je continue de croire que seul un pouvoir democratiquement elu se preocuperait du sort des populations. Les dirigeants issus du hold-up electoral de 2020 et du coup d’etat constitutionnel de 2015 n’ont de compte a rendre a personne.

  4. Gacece

    Arrêtez de créer une tempête dans un verre d’eau! Un hôpital pouvant accueillir de grandes personnalités ne veut pas dire un hôpital exclusivement réservé réservé aux grandes personnalités.

    Un hôpital d’une capacité de 300 places ne va pas refuser d’admettre d’autres patients s’il n’y a que 3 grandes personnalités malades!

    Ces grandes personnalités ne vont pas toutes tomber malades en même temps! … Hautement improbable!

    Arrêtez de pervertir un bien en un mal!… En plus, de grandes personnalités étrangères pourraient à leur tour venir se faire soigner dans un tel hôpital! Avec tous les avantages et les bénéfices : monétaires, réputation, notoriété, …

    • Yan

      Toujours en train de défendre l’indéfendable. Si cet hôpital pourra accueillir tout le monde, pourquoi doit-on préciser que c’est un hôpital dédié aux hautes autorités? D’ailleurs, à partir de quel niveau est-on une haute autorité? Il semble qu’on adore hiérarchiser (discriminer) les gens dans nos contrées!

    • Gacece

      @Yan
      Répétez après moi :
      pouvant accueillir ≠ dédié
      grandes personnalités ≠ hautes autorités

      Si vous ne voyez pas la différence, c’est que que votre défense est « indé-fendable ».

  5. Léandre Nshimirimana

    Merci pour l article

    • Niyonizigiye

      La Ministre devrait remettre une démission ou bien présenter des excuses à la population.A part qu’elle reçoit mensuellement son salaire, elle n’a aucune vision.

  6. Mapoka

    C’est insultant! Bientôt les hôpitaux pour les hutu/ tutsi, ceux du nord du centre, du sud et de l’ouest, des pauvres et des riches, des petites tailles et de grandes tailles, des femmes et des hommes… c’est tout simplement une honte. Les grandes personnalités qui ne savent pas améliorer les soins de santé pour tout le monde , en quoi elles sont de grandes personnalité?
    Ailleurs mêmes le roi, le pape va à l’hôpital de tout le monde.
    Dans l »hérésie de la ministre cela signie qu’il y aura des hôpitaux sans qualité et d’autres pour la haute société. Qu’est-ce qu’on aura pas vu ou entendu sous les ….!!!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Crise à l’Est de la RDC. On ne choisit pas ses voisins

Le 37ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) s’est tenu dans un contexte très mouvementé de tensions dans plusieurs parties de l’Afrique. Lors du discours inaugural de la séance plénière, Moussa Faki Mahamat, président de (…)

Online Users

Total 1 208 users online