Samedi 20 juillet 2024

Archives

Des bandits armés tuent un homme et en blessent deux autres au centre-ville de Bujumbura

La police fait le procès-verbal du meurtre
La police fait le procès-verbal du meurtre

7h35. Un homme gît mort dans une flaque de sang frais à la jonction du Boulevard de l’Uprona et l’Avenue de l’Amitié (une cinquantaine de mètres de la présidence de la République). Il a reçu une balle dans la tête.

Selon des sources sur place, ce jeune, la vingtaine, aurait été abattu parce qu’il venait d’assister à un braquage que des bandits à bord d’une voiture « Toyota TI » venaient de perpétrer sur un « échangeur de monnaie » du nom de Tijo.

Un officier de police rencontré sur le lieu du drame dit que l’ « échangeur » venait de retirer de l’argent dans un bureau de change dénommé « Face-à- Face ». A pied mais escorté d’un policier, Tijo se dirige vers un autre bureau, un sachet bourré d’argent dans la main. Une voiture les dépasse. Brusquement, des hommes en descendent et tirent d’abord sur le policier puis sur Tijo avant de filer avec l’argent. La police intervient et évacue le policier à l’Hôpital Militaire de Kamenge. Le civil sera évacué à la Clinique Prince Louis Rwagasore.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. on connait: ni mouvement Sindumuja na mouvement Arusha bariko barokora iryo bara.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 662 users online