Vendredi 19 avril 2024

Politique

Crise au sein du parti CNL : Une demande de tenue d’un congrès rejetée

29/02/2024 2
Crise au sein du parti CNL : Une demande de tenue d’un congrès rejetée
Le ministre Niteretse rappelle au CNL que ses activités sont suspendues

En guise de réponse à la correspondance du 26 février 2024 parti CNL adressée au ministre chargé de l’intérieur l’informant de son intention de tenir un congrès extraordinaire, le ministre Niteretse rappelle plutôt à Rwasa que les activités de son parti restent suspendues.

« Nous vous rappelons que notre mesure de suspension de toutes les activités du parti CNL demeure d’application », peut-on lire dans une correspondance du ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique adressée au président et représentant légal du parti CNL datant du 28 février 2024.

Le ministère Niteretse reproche au président du parti CNL de ne pas manifester la volonté de faire un pas vers le rétablissement de la sérénité aussi bien au sein des organes dirigeants légalement reconnus qu’entre ses militants. « Nous déplorons une fois de plus votre entêtement vis-à-vis des recommandations que nous vous avons adressées », insiste le ministre.

Dans sa correspondance du 26 février 2024, Agathon Rwasa, président et représentant légal du parti CNL, informait le ministère sur son intention de tenir un congrès extraordinaire le 2 mars 2024 dans les enceintes de sa Permanence nationale. Un seul point était à l’ordre du jour : « Le dénouement définitif de la crise. ». Rwasa parlait d’une Convention nationale extraordinaire où prendront part les leaders et les cadres du parti à différents niveaux. Ce qui va dans le sens de ce que le ministre de l’Intérieur prétend rechercher.

CNL

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Anonyme

    Monopartisme.
    Rêve-rien lui a déjà dit que s’il veut exister, Roi-sans-gâteau doit rejoindre le parti de l’aigle. En dehors pas de vie.

  2. arsène

    Ça a l’air du déjà vu.

    C’est tout de même dommage que le ministère de l’intérieur se mette à gérer les activités courantes des partis politiques. Il ne lui manque pourtant pas de dossiers importants à gérer!

    C’est dans les dictatures qu’un parti peut être suspendu uniquement parce qu’il y a désaccord entre les cadres du parti en question. Que diable le ministre de l’intérieur vient-il chercher? La « Nyakurisation » peut-être?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 350 users online