Vendredi 24 mai 2024

Editorial

Covid-19. Le Burundi retient son souffle

27/03/2020 Commentaires fermés sur Covid-19. Le Burundi retient son souffle

Les Burundais sont-ils capables de prévenir, gérer et éradiquer le coronavirus ? Quel plan de riposte dispose-t-on en cas du Covid-19 ? Des questions, des inquiétudes fusent de partout  sur les réseaux sociaux, les médias nationaux et internationaux. Des commentaires bourrés parfois d’ironie mordante, des dénigrements, des ragots se font entendre. « Le pays ne disposerait ni de réactifs ni d’équipements de laboratoire encore moins des compétences pouvant diagnostiquer le virus du Covid-19. » Le gouvernement rassure que l’Institut national de la santé publique est outillé et compétent pour faire des diagnostics adéquats.

Par Léandre Sikuyavuga

Jusqu’au moment où nous mettons sous presse la présente édition, aucun cas de coronavirus n’est officiellement avéré, recensé sur le territoire burundais. Dans un communiqué adressé aux ambassadeurs, aux chargés d’affaires et aux consuls burundais ce 25 mars, le ministre des Affaires étrangères le confirme. Même sur le cas d’un couple d’un homme et de son épouse suspectés d’être infectés par le Covid-19, « les résultats de l’analyse se sont révélés être négatifs. »

Mais un cas risque de bouleverser la situation. Selon la ministre tanzanienne de la Santé, à Kagera, un camionneur qui a transité par la frontière de Kabanga séparant le Burundi et la Tanzanie a été testé positif. Combien de temps et où a-t-il séjourné au Burundi ? Avec quelles personnes est-il entré en contact ? Le gouvernement doit urgemment mener une enquête sur l’identité de cet individu. S’il s’avère qu’il a été en contact avec des gens au Burundi, le ver serait déjà dans le fruit. Il nous faut rester calme mais l’heure est à la vigilance et à la solidarité collective.

Sans paniquer, il me semble que les Burundais doivent changer de comportement. Certes, des mesures de protection et d’hygiène préventive recommandées par le gouvernement commençaient à être observées et respectées, notamment le lavage régulier des mains. Mais hélas, quid du partage du chalumeau à l’intérieur du pays ou pendant les cérémonies traditionnelles même à Bujumbura, de la bouteille de bière au goulot que l’on s’échange allégrement, de cette cigarette roulée qui passe amicalement d’une bouche à l’autre ? Le gouvernement devra renforcer les mesures déjà prises dans le cadre de la prévention.

Aux grands maux, les grands remèdes, si effectivement le camionneur cité par les autorités tanzaniennes a contaminé d’autres personnes sur le sol burundais, il faudra alors prendre d’autres mesures en phase avec la nouvelle situation. Pour le moment, les Burundais, nous retenons notre souffle.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.