Lundi 16 mai 2022

Économie

Covid-19 : la réouverture des karaokés et saunas, les propriétaires jubilent

13/03/2022 Commentaires fermés sur Covid-19 : la réouverture des karaokés et saunas, les propriétaires jubilent
Covid-19 : la réouverture des karaokés et saunas, les propriétaires jubilent
Une salle de sauna dans la commune de Mukaza

Après plusieurs mois de fermeture, le Comité de riposte contre la Covid-19 a annoncé, ce jeudi 10 mars, la réouverture des soirées appelées karaoké et les maisons offrant les services de massage et de bain de vapeur dites sauna. Un ouf de soulagement pour les propriétaires de ces maisons et les chanteurs.

« C’est vraiment un soulagement pour nous. Je gagne ma vie grâce aux soirées karaokés. C’était un grand choc pour moi le jour, ils ont interdit les soirées karaokés. Et cette décision du 10 mars vient nous soulager », a fait savoir, un des artistes qui anime les soirées karaoké.

Cette mesure de fermeture des boîtes de nuit, des karaokés et autres événements susceptibles de rassembler beaucoup de gens avaient été prise la même en date du 13 janvier 2021 par le ministère chargé de l’Intérieur et de la Sécurité publique dans le but de lutter contre la pandémie de la Covid-19.

La même mesure avait été prise le 21 décembre 2021 pour les établissements offrant le service sauna. Les propriétaires viennent de passer plus de deux mois dans le désarroi. Leurs chiffres d’affaires avaient chuté : « Depuis la fermeture des salles de sauna, une énorme perte s’observe dans notre business. Nous avons continué à payer les loyers de ces salles, l’électricité et l’eau alors qu’elles n’étaient pas fonctionnelles», déplore une propriétaire d’une salle de sauna dans la commune de Mukaza.

Dans différentes salles de sauna visitées, les propriétaires ont commencé à repeindre les murs et faire le ménage. Un sourire se dessine sur le visage des propriétaires.

Après la décision de rouvrir les soirées karaokés et les salles de sauna, les propriétaires de ces dernières jubilent : « On ne sait pas quoi dire. Nous disons merci au ministre Ndirakobuca », ont-ils lâché.

Notons que le ministre en charge de la Sécurité publique appelle l’administration à suivre de près les activités qui se déroulent dans les maisons de massage. Tandis que pour les karaokés, ils sont autorisés de rouvrir jusqu’à 22 heures durant le week-end, excepte le dimanche.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Monsieur le ministre, « ça va bien, mais ça va mal »

Sur le marché, il y a une tendance généralisée de la hausse des prix des produits. L’enquête menée par les journalistes d’Iwacu à Gitega, capitale politique et à Bujumbura, capitale économique, sur les produits agricoles de base, confirme l’envolée des (…)

Online Users

Total 1 699 users online