Mercredi 19 juin 2024

Économie

Coopératives collinaires : les députés préoccupés par un faible taux de remboursement des crédits alloués

21/09/2023 7
Coopératives collinaires :  les députés préoccupés par un faible taux de remboursement des crédits alloués
« Est-ce que les fonds alloués aux coopératives collinaires seront remboursés avec un taux de recouvrement moyen de 2% ? »

Sur 58 milliards de Fbu de fonds alloués aux coopératives collinaires, seul un milliard 169 millions de Fbu ont été déjà remboursés, soit un taux de remboursement de 2%. Des chiffres publiés par la Cour des Comptes dans son rapport d’audit de performance de la collecte des recettes communales réalisé en 2022.

Dans une séance de questions orales au ministre de l’Intérieur ce 20 septembre au Palais des Congrès de Kigobe, les députés n’ont pas caché leurs préoccupations. Certains s’interrogent sur les stratégies à élaborer pour recouvrer ces fonds accordés à ces coopératives.

Et c’est Simon Bizimungu, député du CNL qui s’est fait le porte-parole de ces préoccupations : « Le taux de recouvrement en termes de pourcentage est vraiment trop bas et trop alarmant alors que l’argent qui a été alloué provient du trésor public et des taxes des citoyens. Et ma question, Monsieur le ministre est de savoir si vous avez de l’espoir que les fonds alloués aux coopératives collinaires seront un jour remboursés ou recouvrés ? », a-t-il demandé.

Et ce n’est pas tout comme questions : « Que comptez-vous faire au cas où ces remboursements ne seraient pas faits, au moment où il n’y a même pas eu d’hypothèques à saisir au cas où les coopératives se retrouveront dans l’incapacité de rembourser ? », a-t-il poursuivi.

Avant de répondre à ces préoccupations soulevées par les députés, le ministre de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique a déploré la négligence observée chez certains administratifs dans les recouvrements des fonds alloués aux différentes coopératives collinaires.

Il a tenu à rassurer ces députés que des stratégies de recouvrement vont bientôt être élaborées. Le ministre Niteretse a mis en garde les coopératives qui ont mal géré ces fonds.

Il a reconnu que le taux de remboursement est trop faible. « Comme je l’ai mentionné dans le rapport, il y a eu négligence mais il y aussi un facteur principal qui a influé sur ce taux relativement bas de remboursement, ce sont les coopératives qui ont investi dans l’élevage du petit bétail », a-t-il justifié sans convaincre certains députés.

En analysant de près les faits, explique-t-il, on dirait qu’on a fait faillite en accordant ces prêts aux coopératives, mais les enquêtes et les analyses déjà faites, montrent qu’il y a certaines coopératives qui affichent un bon chiffre d’affaires, et d’autres qui sont dans le rouge.

Avec l’Anacoop, l’Agence nationale de promotion et de régulation des sociétés coopératives, souligne le ministre Niteretse, nous prévoyons d’organiser des séances d’encadrement pour ces coopératives et le ministère s’engage à faire des suivis réguliers.

Et au niveau du ministère, a-t-il indiqué, nous sommes en train d’élaborer des stratégies pour que le recouvrement soit maximal, et de sanctionner toute coopérative qui aura fait une mauvaise gestion avérée, car le délai de grâce de deux ans accordé, était pour se préparer.

« Je vous garantis que ces fonds vont être recouvrés et il y a des sanctions pour ceux qui ne rembourseront pas », a promis le ministre Niteretse devant les députés.

A la question des communes ayant des administrateurs intérimaires, soulevés par les députés, il a tranquillisé. « Certaines communes se sont déjà organisées pour élire les nouveaux administrateurs », a fait savoir le ministre burundais de l’Intérieur, du Développement Communautaire et de la Sécurité Publique.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. Dans la vie, il doit y avoir des gens qui ont les moyens financiers ou qui ont la tenacite necessaires pour devenir des entrepreneurs ET D’AUTRES QUI VONT SE CONTENTER DE TRAVAILLER POUR QUELQU’UN D’AUTRE (dans le gouvernement ou dans le secteur prive). Partout dans le monde, les Etats ont une politique de l’emploi (en lancant par exemple de grands projets d’infrastructure).
    2. C’EST PAS TOUT JEUNE BURUNDAIS QUI PEUT DEVENIR ENTREPRENEUR.
    « Les 10 principales qualités dont doit faire preuve tout bon entrepreneur:
    1 L’optimisme; 2 L’organisation; 3 La confiance en soi; 4 La créativité; 5 Le courage; 6 L’attrait pour la liberté; 7 La discipline; 8 La persévérance; 9 La capacité à décider; 10 La modestie…
    La créativité d’un entrepreneur, c’est la qualité qui lui permet de trouver des idées originales et nouvelles afin d’innover. C’est un poncif, mais il mérite tout de même d’être répété : un business qui prend, c’est avant tout une idée novatrice, un concept/produit qui n’existe pas ou que l’on parvient à vendre avec un parti pris différent de celui choisi par ses précurseurs ou ses concurrents. Bref, pour goûter au succès… Libérez votre créativité !… »
    https://blog.wity.fr/les-10-principales-qualites-dun-entrepreneur/#La_confiance_en_soi
    3. Lors de la recente Freedom Week 2023 a Bujumbura, le professeur marocain Hichan El Moussaoui (maitre de conference en economie, Marrakesh, Maroc) trouve que l’Etat burundais etouffe l’entrepreneuriat a cause de ses mesures administratives et de son lourd fardeau fiscal aux jeunes entreprises.
    https://www.youtube.com/watch?v=pbDSueKMCFY&t=712s

  2. Kabizi

    Comment peut on penser se développer avec une telle légèreté, inconséquence dans la gestion?
    It’s just a shame.
    Vous ne devriez même pas donner des chiffres pareils.
    C est une incurie dans la gestion.
    En commençant d’abord psr le haut.
    Dans d’autres pays, le ministre, les directeurs généraux doivent être virés en 1er lieu.
    Mbega nta rapport mutanga au fur et à mesure de l’exécution.?
    Juste pathétique

  3. Tharcisse

    La preuve que le petit betail ne rapporte pas. President Neva devrait arrêter de nous mentir que les lapins vont rapporter des dollars.
    Cet argent a été donné aux coopératives dont la quasi-totalité sont des imbonerakure. C’est un cadeau qu’on leur a offert.
    Le comble, ils continuent à donner à ces fameuses coopératives

  4. Jereve

    Donc si je comprends bien c’est l’état qui a accordé des prêts aux coopératives. Dans la mentalité des burundais l’argent de l’état est facile à « manger ». Dans cette même mentalité on peut gérer cet argent vaille que vaille, la rigueur n’est pas toujours au rendez-vous.
    Par contre, si c’est l’argent de la banque, ça devient plus sérieux, celui qui y prend un crédit connait bien les conséquences s’il ne peut pas rembourser. La banque ne donne pas de cadeaux.
    Je me demande alors pourquoi l’état a pris la place de la banque dans cette histoire. Les pertes sèches ne sont pas loin.

  5. Ruvyogo

    Est ce qu il y a des gens qui valident les demandes des credits?
    Est ce qu il y a des responsables qui suivent l execution des projets de ces cooperatives.
    La procedure rationnelle. On fait un devis programme. Les deblocages doivent se faire au fur a mesure.
    Une equipe doit suivre l execution.
    On ne doit pas jeter l argent au vent.
    Le BAB de l execution des projets

  6. Kabizi

    Les Kolkhoze et sovkhozes ont été un echec cinglant.
    Fait on une etude rentabilité de ces cooperatives?
    Ukuyemwo ko nyinshi zironka amahera par copinage

    • Stan Siyomana

      @Kabizi
      Le grand entrepreneur malien Ibrahima Diawara (= PDG de Ibi Groupe) a dit presque la meme chose lors du Festival International Soninke (FISO) le 22-26 fevrier 2023 a Nouakchott, Mauritanie.
      « 17:32 Vous avez parle de mettre les jeunes ensemble, ca ne marche pas. On ne fabrique pas de leaders, les leaders c’est inne. Quelqu’un qui commence et qui travaille, tu viens et tu l’aides…
      Je ne crois pas l’histoire de jeunes, je crois pas ca. Parce que moi je vais concentrer 12 heures, 15 heures de ma vie tous les jours, alors que l’autre-la parce qu’on est dans les jeunes, lui fait deux heures de temps et puis l’on partage le benefice. Ce modele ne marche pas, c’est du communisme et ca ne marche pas. Laissons tomber… »
      https://www.youtube.com/watch?v=Gpbj9tg1I2s&t=1001s

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 464 users online