Samedi 10 décembre 2022

Politique

Conseil des droits de l’Homme de l’ONU : le Burundi dit non à l’Ukraine

20/04/2022 7
Conseil des droits de l’Homme de l’ONU : le Burundi dit non à l’Ukraine
L’ambassadeur du Burundi auprès de l’ONU, Zéphyrin Maniratunga

A l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU tenue le 7 avril, le Burundi s’est opposé à la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’Homme initiée par l’Ukraine. Une position qui, selon un spécialiste des relations internationales, répond à une logique d’intérêts des Etats.

Ils sont 23 pays à s’être opposés à la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’Homme contre 93 qui ont voté pour et 58 qui se sont abstenus. Parmi les pays qui se sont opposés à l’exclusion de ‘’l’Ours slave’’, le Burundi par la voix de son représentant à l’ONU, Zéphyrin Maniratunga. A l’Assemblée générale des Nations unies de jeudi 14 avril, les débats étaient particulièrement houleux entre l’Ukraine et la Russie.

 

Le représentant de l’Ukraine à l’ONU, Sergyiy Kyslytsya.

L’ambassadeur de l’Ukraine auprès de l’ONU à New York, Sergyiy Kyslytsya, a exhorté l’Assemblée générale à ne pas céder à l’indifférence face aux horreurs commises dans son pays : « Il est question ici de sauver le Conseil des droits de l’homme du naufrage.»

Ce à quoi a répondu le représentant russe : « Ce n’est pas le temps de verser dans des déclarations pathétiques. Pour nous, c’est une tentative des Etats-Unis de marquer leur position de domination et de relations coloniales dans le monde.»

« Un vote de principe »

La Chine, quant à elle, dont la position est particulièrement scrutée dans ce conflit, a rejeté la résolution, estimant qu’elle « créait un dangereux précédent » qui nuirait à la « gouvernance future de l’ONU ».

 

Le ministre chargé des Affaires étrangères, Albert Shingiro, défend le droit pour la Russie d’être membre du CDH.

Joint par Iwacu, Albert Shingiro, ministre en charge des Affaires étrangères, a jugé la position du Burundi de « vote de principe ». « Tant que la Russie fait partie des membres des Nations unies, elle a droit de faire partie de ses organes », estime le ministre.

Et d’estimer que cette suspension risque de porter atteinte à l’image des institutions de l’ONU. « C’est un scénario qui risque de se reproduire pour un autre pays, ce qui, à la longue, va décrédibiliser les instances onusiennes », a-t-il conclu.

Contactée, une source au sein de l’Union européenne ne cache pas son mécontentement par rapport au récent vote du Burundi à l’ONU : « Nous sommes déçus de ce vote d’autant que cette séance avait été précédée d’une campagne de fake news orchestrée par la Russie faisant croire que la présidence de la Commission de l’UE allait sanctionner les pays qui ont voté contre la récente résolution onusienne condamnant l’agression russe et les pays abstentionnistes ! C’est délirant ce qu’on voyait sur les réseaux sociaux.»

Notre source ajoute, néanmoins, que l’UE ne peut actuellement se montrer trop critique à l’endroit de Gitega au risque d’entraver le dialogue qui se poursuit. « L’UE a fait des concessions, ces derniers mois, qui ont abouti à la fin de la Commission d’enquête des Nations Unies remplacée par un rapporteur spécial. Sans parler bien sûr de la levée des sanctions économiques à l’endroit de Gitega, à l’exception des sanctions ciblées visant des personnalités du régime », défend notre source.

ONU

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Stan Siyomana

    Le professeur Robert English de l’University of Southern California à l’ouest des Etats-Unis dit que pour plusieures personnes, à cause de son invasion de l’Ukraine, la Russie sera un « état paria » pendant au moins une décennie.
    « Russia will be a pariah state in the eyes of many people forever — but at least for a decade to come, » he said. « Until Putin goes, there’ll be no sense of cleansing and starting over. »..
    https://news.yahoo.com/russia-pariah-state-eyes-many-014653815.html

  2. Stan Siyomana

    1. Vous écrivez:« Contactée, une source au sein de l’Union européenne ne cache pas son mécontentement par rapport au récent vote du Burundi à l’ONU … »
    2. Mon commentaire
    La Lituanie est l’une des trois républiques baltes qui faisaient partie de l’Union Soviétique jusqu’à la fin de 1991. Elle est membre de l’Union européenne depuis 2004 et elle vient d’annuler l’envoi de 440.000 doses de vaccin contre le Covid-19 au Bangladesh (qui s’est abstenu lors du vote à l’ONU).
    « Earlier this week, the Lithuanian government decided to send 444,600 doses of Pfizer Covid-19 vaccine to Bangladesh, it reported on March 3…
    Lithuania has cancelled its decision to provide Covid-19 vaccines to Bangladesh after the country abstained during the United Nations General Assembly vote on condemning Russia’s invasion of Ukraine.
    Lithuanian National Radio and Television, a non-profit public broadcaster, reported this, quoting Rasa Jakilaitienė, a spokesperson for the Lithuanian prime minister… »
    https://www.thedailystar.net/news/world/2022-russian-invasion-ukraine/news/condemning-russia-un-lithuania-wont-send-covid-vaccines-after-bangladesh-didnt-vote-2977546

    • Stan Siyomana

      Dans une interview sur France 24, l’espagnol Josep Borrell (Vice-président de la Commission européenne, Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) a dit:
      « Il faut savoir aussi qu’il y a dans le monde un certain sentiment anti-occidental qui vient de la mémoire anti-colonialiste, surtout en Afrique…
      Nous, on croit que puisque l’on défend le droit international tout le monde va être derrière nous et on a vu que ce n’est pas comme ça. Il y a des pays qui se sont dérobés et qui n’ont pas été présents à l’heure de condamner la Russie, et les pays qui sont proches de nous par exemple le Maroc et le Sénégal… »
      https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/l-entretien/20220420-josep-borrell-les-russes-vont-d%C3%A9velopper-bient%C3%B4t-une-diplomatie-de-la-famine

  3. King

    Rirya honyabwoko rya Boutcha (Kiev) ntaco ribabwira ga batama ??Arya mabombe kumashure n »amavuriro ntaco bibabwira? Ndumiwe

    • Francis Gihugu

      Mon frère, au moins le gouvernement de Gitega est cohérent. Les types défendent ceux qui ont les mêmes valeurs qu’eux. Au moins, ils assument. Leurs valeurs coïncidencent avec les pratiques du Moyen-âge comme la Russie en fait la propagande. Mais si il advenait qu’un pays en Afrique envahisse les Burundais, je serais très curieux de savoir leur sentiment serait la même à l’égard de l’Ukraine. !

      Mais je connais la réponse, mon grand pére me répétait souvent que les plus avares qui sont les plus demandeurs…. »Abimanyi nibo basavyi ba caane »!

      • kagabo

        Merci bcp mon frère, mubivuze neza cane: Abimanyi nibo basavyi kabisa, ivyo vyose bariko barasabira u Burusiya, ntibigera bemera ko hari uwobibasabira!!! Baca bidohora bavuga ko iyo institution yabitwariye batayemera ngo kabnatsinda ntituyirimwo!!!!! Quelle honte a ces soi disant donneurs des leçons de Morales!!!!

      • Stan Siyomana

        @Francis Gihugu
        1. Entre 1944 et 1991, l’hymne de l’Union Soviétique montrait le rôle primordial de la Russie en commençant par :
        « L’Union indestructible des républiques libres a été réunie pour toujours par la Grande Russie.
        Que vive, fruit de la volonté des peuples, l’unie, la puissante, Union soviétique !… »
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Hymne_de_l%27Union_sovi%C3%A9tique
        2. Maintenant plus de trente ans après la dissolution de l’Union Soviétique le 25 décembre 1991, on devrait en finir avec l’idée de la « Grande Russie », les pays limitrophes ne devraient pas vivre sous la menace de l’invasion par la Russie actuelle.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 1 276 users online