Mardi 18 juin 2024

Économie

Cibitoke : flambée des prix des produits agricoles

01/12/2016 2

La population et les commerçants ne s’entendent pas. La direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage (DPAE) à la police et l’administration d’être vigilantes.

La population déplore le fait que les produits locaux grimpent.
La population déplore le fait que les produits locaux grimpent.

1 kilogramme de farine de manioc passe de 700 à 1200 Fbu. Celui de haricot de 1200 à 1 700 Fbu et le riz de 1 200 à 1 800 Fbu.Les communes de Rugombo et Buganda sont les plus touchées. Selon les commerçants, la pluie a été irrégulière et la récolte insuffisante. Toutefois, la population déplore le fait que les produits grimpent pour les produits locaux.

en outre le fait qu’un kilogramme de riz, l’aliment cultivé dans le pays, ait été rehaussé de plus de 500 fra dans ce petit délai. « Le riz se vend à 1800 Fbu le kilogramme alors qu’au début de ce mois, 1 kilogramme ne coûtait que 1200 Fbu », s’étonne Bédouine Inamahoro, une maman de 4 enfants rencontrée au marché de Buganda en colère.

Cette flambée des prix des denrées alimentaires n’épargne non plus les enseignants et autres fonctionnaires de l’Etat qui touchent des salaires dérisoires.Tout le monde se dit dépassé de cette situation. « L’on ne voit pas comment nous allonsjoindre les deux bouts du mois avec cette situation», s’inquiètent les enseignants du collège communal de Rugombo.

L’administration et la police appelées à réguler les prix

C’est la demande de la DPAE. Selon Béatrice Nyabenda, cadre de ce département, les communes de Mugina, Mabayi, Bukinanyana et Murwi n’ont pas été affectées par le soleil.

« Sous contrôle de l’administration et de la police, les commerçants de ces communes doivent respecter les prix mis en place par l’administration. » Elle leur demande d’envisager des mesures à l’encontre des commerçants récalcitrants.

Les autorités provinciales à Cibitoke se disent très préoccupées par cette situation. Elles affirment cependant qu’elles vont organiser des réunions de sensibilisation dans l’optique de bien réguler les prix des denrées alimentaires.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. venant

    « Sous contrôle de l’administration et de la police, les commerçants de ces communes doivent respecter les prix mis en place par l’administration. »

    Le contrôle des prix n’est pas du ressort ni de l’administration ni de la police. Il s’agit simplement d’une question de l’offre et de la demande. J’espère que le Burundi n’est pas devenu un pays communiste!

  2. MANISHA

    Casse-tête chinois ! Avec la surpopulation des collines, la non introduction de l’agriculture moderne, la non industrialisation du pays,… Attention danger.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 1 927 users online