Samedi 31 juillet 2021

Société

Chassés de la rue, ils reviennent au galop

16/06/2021 Commentaires fermés sur Chassés de la rue, ils reviennent au galop
Chassés de la rue, ils reviennent au galop
Les enfants en situation de rue au centre-ville de Bujumbura

Malgré la politique de réintégration des enfants en situation de rue, un échec semble évident : ils sont là certains quartiers et à chaque coin de rue au centre-ville de Bujumbura et aux chefs-lieux des provinces, leur nombre augmente chaque jour. Un constat fait ce mardi 15 juin à la veille de la célébration de la journée internationale de l’enfant africain.

Les enfants ont regagné les rues et ils sont nombreux surtout tout autour des feux tricolores au centre-ville de Bujumbura. Ils courent vers tout véhicule qui semble ralentir, avec des risques d’être percutés, pour quémander. Ils ont 5 ans et plus, la plupart sont des garçons mais il y a également des filles en de petits groupes.

Dans les quartiers, c’est la même situation. Ils toquent sur les portails et demandent de l’aide souvent de la nourriture et des habits. Ils sont sur les arrêts-bus. Ils viennent de Buterere au nord de la ville de Bujumbura, de Kanyosha au sud et de Rweza, une colline surplombant la ville de Bujumbura.

Pour eux, cette vie est loin de leur plaire mais ils n’ont pas de choix. « Je dois quémander pour survivre. Dans ce cas, l’école est le cadet de mes soucis », déplore le petit David.

Ces enfants jouent au chat et à la souris avec la police. Une fois attrapés, ils sont conduits à Jabe dans un centre d’encadrement du ministère de la Solidarité ; en attendant d’être casés dans leurs familles d’origine.
D’après le ministère de la Solidarité, 3.300 enfants en situation de rue ont été réintégrés dans leurs familles en 2020. Il n’y a pas de chiffres pour ceux qui y sont restés et ceux qui sont retournés dans la rue.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 408 users online