Samedi 25 mai 2024

Économie

Certains employés de l’OBR dans le viseur du ministre des Finances

08/11/2023 7
Certains employés de l’OBR dans le viseur du ministre des Finances
Audace Niyonzima : « Il y a encore des employés de l’OBR qui sont complices de la fraude »

Malgré les réformes entamées par l’OBR, dont la digitalisation, pour lutter contre la fraude, cette dernière continue à gangrener le pays. Le ministre des Finances dénonce la complicité de certains employés de cet Office. Pour l’Olucome, la digitalisation ne suffit pas. Il faut plutôt un système d’intégrité nationale bien consolidé.

« Notre activité commerciale est entravée parfois par certains commerçants qui se livrent à la fraude. Nous travaillons à perte parce que nous ne pouvons pas vendre au même prix que celui qui n’a pas payé les frais de dédouanement pour ses marchandises », se lamentent les commerçants rencontrés dans certains marchés de la capitale économique.

Ces commerçants épinglent la complicité de certains agents de l’OBR qui ferment les yeux face à la fraude. Pour ces commerçants, l’OBR devrait sanctionner tous ceux qui facilitent ou pratiquent la fraude fiscale. Et de renchérir : « Nous considérons les faudeurs comme de malfaiteurs. Ce sont des ennemis du développement. Il faut qu’ils soient punis conformément à la loi. »

Par ailleurs, ces commerçants dénoncent aussi certains de leurs collègues qui ne délivrent pas la facture aux acheteurs comme l’exige l’OBR. Ils qualifient cela de fraude fiscale. « A chaque facture, il faut payer des taxes, et ne pas la donner aux acheteurs constitue une évasion fiscale », font-ils remarquer. Ils recommandent aux agents de l’OBR de passer à la vérification pour traquer les contrevenants.

Certains employés de l’OBR indexés

« Nous nous sommes entretenus avec les employés de l’OBR pour leur montrer les différentes formes de fraude qui sont actuellement identifiées et qui ternissent l’image de l’OBR malgré que ce dernier fait un bon travail », a fait savoir Audace Niyonzima, ministre des Finances, au cours d’une réunion tenue mardi 31 octobre à l’endroit du personnel de l’OBR.

Le ministre des Finances a évoqué des tricheries au niveau de la facturation, de la vérification et dans l’octroi des marchés. « Il y a encore des employés qui sont complices de la fraude au niveau des douanes, des taxes internes et de la comptabilité », a-t-il déploré.

Il a mis en garde ces employés qui se livrent à la fraude tout en précisant que les institutions de l’Etat, telles que le ministère de la Sécurité publique, de la Justice, des Finances et l’administration décentralisée, ont pris des mesures coercitives pour combattre la fraude.

Interrogé sur la persistance de la fraude malgré les mesures prises dont la digitalisation, M. Niyonzima a fait savoir que la facturation électronique a apporté une plus-value tout en se félicitant que la collecte de la TVA et la conformité fiscale s’améliorent.

Cependant, a-t-il regretté, il y a encore des commerçants qui ne veulent pas respecter cette facture électronique. « Ils continuent à minorer les prix sur la facture pour déclarer moins de taxes. On va continuer à lutter contre ces actes-là pour que les contribuables améliorent leur conformité fiscale en payant tous les taxes et impôts ».

Quant à la gestion des marchandises saisies dans une situation de fraude, le ministre des Finances indique que la loi permet de les vendre aux enchères : « Actuellement la première mesure qui est pratiquée est de saisir et confisquer les marchandises qui sont attrapées et de les vendre aux enchères. Le produit de la vente est versé au trésor public. »

Comme 2e mesure, le ministre Audace Niyonzima prévoit d’appliquer les dispositions pénales réprimant la fraude : « Nous allons punir les fraudeurs et les employés de l’OBR qui seront complices de fraude en appliquant les dispositions pénales qui sanctionnent les actes d’instabilisation de l’économie ou de vol. »

Signalons que la rencontre du ministre des Finances avec le personnel de l’OBR a fait suite à une déclaration du chef de l’Etat, lors de l’investiture du nouveau gouverneur de la province de Muramvya, mercredi 25 octobre.

Le président Ndayishimiye a révélé qu’« au moins 3 fraudeurs démasqués tous les 2 jours au Burundi, certains en complicité avec des employés de l’OBR et 50 jugements sont rendus en un mois ».

Il a déploré le comportement des personnes dont certains cadres de l’administration publique qui s’enrichissent illicitement suite aux mauvaises pratiques liées à la fraude et à la corruption.

« La digitalisation ne suffit pas »

Gabriel Rufyiri, président de l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques (Olucome), déplore qu’il y ait encore essai et erreur dans la digitalisation. Toutefois, reconnaît-il, la digitalisation est un des facteurs qui va renflouer les caisses de l’Etat mais aussi à lutter contre la corruption et la fraude.

Mais, fait-t-il observer, la digitalisation, à elle seule, ne suffit pas. Et pour cause, tient-il à préciser, il n’y a pas eu d’efficacité des mesures prises en matière de lutte contre la corruption. Et de rappeler que la fraude est l’une des infractions connexes à la corruption.

Pour cet activiste de la société civile, il y a persistance de la fraude parce qu’il n’y a pas de système d’intégrité nationale qui fonctionne normalement. Un système, explique-t-il, qui doit comprendre l’exécutif, l’administration publique, le judiciaire, le législatif, les partis politiques de l’opposition, la société civile et les médias.

Aujourd’hui, regrette M. Rufyiri, il n’y a pas par exemple du journalisme d’investigation sur des dossiers brûlants, des enquêtes fouillées encore moins du côté de la société civile.

Il faut des stratégies

Gabriel Rufyiri : « Il y a persistance de la fraude parce qu’il n’y a pas de système d’intégrité nationale »

Gabriel Rufyiri épingle une faiblesse notoire du système d’intégrité national, surtout au niveau de la justice et l’administration. Il propose des réformes profondes dans tous les secteurs, à l’instar des pays comme l’Ile Maurice, le Ghana et le Botswana ayant réussi à instaurer un système d’intégrité nationale consolidé.

« Si le Burundi veut réellement que les choses changent au niveau de la lutte contre la fraude, il faut qu’il opère des réformes profondes en vue d’instaurer un système d’intégrité national », avant d’enchaîner : « C’est à ce niveau que la digitalisation, l’efficacité de l’administration et une justice indépendante seront une réalité. »

Ce pionnier dans la lutte contre la corruption indexe certains mandataires publics qui, selon lui, ne veulent pas que ce système d’intégrité national soit instauré parce qu’ils tirent quelques avantages dans leur position.

« Il faut des mesures préventives et répressives »

Rufyiri recommande la lutte contre la fraude en commençant par traquer les « gros poissons » et non par les petits commerçants qui le font souvent pour question de survie : « On nous montre les pagnes fraudés en provenance de la RDC, du Rwanda. Des Burundais qui font la fraude du haricot vers le Rwanda. Des marchandises qui n’apportent pas des sommes colossales. Mais on ne montre pas des camions de sucre fraudés. Des gens qui fraudent les minerais en termes de tonnes mais qui ne sont pas combattus. »

Il fait savoir qu’il existe trois catégories de gens qui participent dans la fraude, à savoir les commerçants, les cadres de l’Etat et les passeurs.

Pour lui, ces gens ne peuvent pas être combattus sans qu’il n’y ait pas des mesures de prévention. « Parmi ces mesures, il y a la déclaration du patrimoine par les mandataires politiques, la mise en place de la haute cour de justice qui est absente jusqu’ici aujourd’hui », souligne-t-il. Et de conclure : « Tant qu’il n’y a pas de lutte contre la corruption, il sera difficile de lutter contre la fraude. »   

OBR

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Jean Pierre Hakizimana

    Prenez par exemple le dernier événement économique important: Une certaine quantité de notes bancaires ont été retirées de la circulation en moins de 8 semaines, Une perquisition faite chez Mr Alain G Bunyoni, l’arrestation de Mr Dieudonné Murengerantwari et le commerçant Sylvestre Niyonsaba. Remarquez le silence du sénat et le congres et l’opposition concernant ces affaires.

    Remarquez que tous ces gens sont de gros poissons sur la scène économique Burundaise. Tous retirés et rangés dans les archives (Prisons) loin des journalistes. Je suis certain qu’ils ont des trucs à dire, que leur version des choses donneraient plus de contextes pour ceux qui réellement veulent savoir ce qui s’est passé, ne fût ce que pour comprendre et puis changer les choses pour éviter une répétition. N’oubliez jamais que à chaque histoire, il y a toujours deux versions des choses.

    Tout cela est par design car la vérité pointera sur d’autre gros poissons! Je vais encore une fois vous posez cette question: Qui sont les actionnaires/propriétaires de la société Prestige?

    Le Burundi devient un pays dans lequel un homme/une femme intègre et honnête ne peut plus construire un projet d’avenir car l’environment fait que l’on est obligé de faire avec une bande de mafia, sinon, on est pas le bienvenue. Donc le Burundi cannibalise ses élites!

  2. Jean Pierre Hakizimana

    Ce manque du journalisme d’investigation n’est pas un hazard. Observez le calvaire que subit Mme Floriane Irangabiye et sa pauvre famille, les journalistes qui ont perdu leur vie et ceux qui ont pris l’exile. Avec l’internet(Telephone mobile, etc.. ) l’offre d’information a connu une explosion partout dans le monde sauf au Burundi. Donc tout est par « design ».

  3. Je ne comprends pas ce qui se passe au Burundi ,le président de la république crie haut et fort qu’il va endecoudre avec les corrompus,mais il me semble que ces gents ne lui prêtent une oreille attentive. Si tu regsrdes ce qui se passe au PAF ,au port , presque dans les secteurs ça déshonore la nation. Son excellence le président tu as beaucoup conseiller et éduquer ,it temps de passer à l’action et mater sans pitié ces malfaiteurs . Si on est à l’étranger c’est honteux d’accepter que tu es burundais de peur que les gens te considèrent comme un corrompu. Il suffît que tu dis à un étranger que tu es burundais,il va au Google après il va te dire qu’il a vu que le burundi est le pays le plus pauvre du monde, la corruption , népotisme, clientélismes, etc. Les dérogeant du pays ,si ces mots vous rendent fier ,moi ça me rend mal . Prenez l’exemple de la Chine tu voles ,on te tue.

    • Stan Siyomana

      @John
      Moi aussi il m’est arrive qu’une personne me demande si cette histoire que le Burundi est le pays le plus pauvre du monde est vraie.
      Sinzi rero ko bizoshoboka ko umudiaspora wese ku mwaka azoshobora kuzana n’imiburiburi abanyamahanga babiri bazana imitahe yabo i Burundi nk’uko sebarundi n’umushikiranganji w’imigenderanire babisavye abadiaspora bose.

  4. Gasongo

    Au ministre des finances,avant de lutter contre la fraude,montrez aux burundais ce qu’est devenu la taxe collectée avant.Que fait le gouvernement avec toutes ces taxes?Nous voulons beaucoup de routes et autres services de qualité.Les burundais ne vont pas payer si c’est pour que l’argent soit détourné par les bihangange Ils n’ont qu’à aller manger à la sueur de leur front.Si par contre il y a transparence sur les taxes collectée alors les burundais n’hésiteront pas pour payer s’ils peuvent en bénéficier.Il n’y a aucune raison de payer la taxe dans un pays corrompu ou chacun détourne comme il veut.Comme l’a dit Rufyiri il faut faire lutter sérieusement contre la corruption et non pas seulement le dire pour mieux paraître.Lea burundais veulent voir des résultats et non pas juste des paroles.

    • Stan Siyomana

      @Gasongo
      1. Wanditse uti:« Que fait le gouvernement avec toutes ces taxes?Nous voulons beaucoup de routes et autres services de qualité.Les burundais ne vont pas payer si c’est pour que l’argent soit détourné par les bihangange… »
      2. Ndabivuzeko
      Nivyo twese turipfuza ko ubwo busuma bw’amakori ya Reta buhava.
      Mugabo uravye neza amakori umunyagihugu afise PIB iri munsi y’amadolari 300 ku mwaka ashobora gutanga NTAHO YOBA AKWIYE KUGIRA NGO AYO MABARABARA MEZA NA SERVICES NZIZA NKO MUBUVUZI NO MUGISATA C’INDERO BIBE VYIZA BIKWIRIYE.
      Hari imiryango myinshi mu Burundi vyoyigora no kuronka ibiro 10 vy’ibiharage canke ikivumvu c’ibijumpu bashora kw’isoko kugira ngo batange amakori.
      Haraho numva igitigiri gitoya c’amafaranga y’amakori atozwa mu makomine nkaca nibaza n’iyo bakura amafaranga yo kugura igitoro c’imodoka musitanteri agenderamwo.

  5. Mapoka

    Il y a un autre genre de vol organisé au port de Bujumbura : le système de déclarant. Losqu’on envoie un conteneur, des colis, il faut absolument un déclarant qui coûte énormalement. Pourquoi le client ne peut pas s’adresser directement au service de port et soit obligé de passer par des intermédiaires, les déclarants?

    Pour faire sortir des colis, le client doit également utiliser obligatoirement les camions du port qui appartiennent à des particuliers on le sait bien et qui en font du commerce bien juteux. Pourquoi le client ne peut pas venir avec son camion est charger ses marchandises?. D’après les témoignages, des vols à l’intérieurs du port sont devenus modus operandi.
    Le pays ne peut en aucun cas avancer si dans tous les domaines c’est du vol.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 863 users online