Vendredi 09 décembre 2022

Société

Caecilia Wijgers : «La libération des 4 journalistes d’Iwacu est sur l’agenda de dialogue avec Gitega»

16/07/2020 Commentaires fermés sur Caecilia Wijgers : «La libération des 4 journalistes d’Iwacu est sur l’agenda de dialogue avec Gitega»
Caecilia Wijgers : «La libération des 4 journalistes d’Iwacu est sur l’agenda de dialogue avec Gitega»
Ambassadeur Caecilia Wijgers à Iwacu

Avant son départ pour un nouveau poste en Afghanistan, l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Burundi, a effectué une petite tournée pour faire ses adieux aux différentes institutions et différents organes de presse. «C’est le miroir de tout ce qui se passe dans le pays ».

Mme Caecilia Wijgers a rendu visite au Journal Iwacu ce mercredi 15 juillet avant son envol. Ce diplomate a tenu à préciser que la question de la libération des quatre journalistes d’Iwacu, emprisonnés depuis le 22 octobre 2019, est sur la ’’liste des points de dialogue avec le gouvernement’’.

« J’espère que dans le cadre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou, avec la levée des mesures contre le Burundi, les choses vont s’améliorer. C’est à partir d’un dialogue mais le gouvernement doit aussi bouger de son côté », a-t-elle tenu à préciser. Et d’ajouter que les medias dans la société civile, constituent une sorte de miroir de tout ce qui se passe dans le pays.

Après deux ans d’activités au Burundi, l’Ambassadeur Wijgers appelle la nouvelle équipe gouvernementale à s’engager, à s’ouvrir et à s’engager un dialogue, se faire comprendre et faire comprendre l’autre partie. « J’espère que le nouveau gouvernement et la communauté internationale vont engager dans un dialogue, c’est un processus à long terme. Il faut pousser lentement dans la bonne direction», a-t-elle indiqué.
D’après ce diplomate, avec la nouvelle équipe gouvernementale, il y a peut-être les mêmes personnes ici et là mais le contexte a changé. « Il ne faut pas sous-estimer le facteur temps. Le temps avance. Même si les mêmes personnes occupent plus ou moins les positions clés, il y a cette conscience qu’il faut offrir, parler, s’engager. Il faut une volonté de dialogue des deux côtés, il ne faut pas qu’il y ait rigidité », a souligné Mme Caecilia Wijgers.

Et de confier qu’elle garde de bons souvenirs du Burundi, avec ses collines, les amis avec lesquels elle jouait de la musique ou avec lesquels elle faisait du sport.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 966 users online