Société

Bwiza : une quinzaine d’échoppes démantelées par la police

08/05/2019 Edouard Nkurunziza Commentaires fermés sur Bwiza : une quinzaine d’échoppes démantelées par la police
Bwiza : une quinzaine d’échoppes démantelées par la police
Les quelques maisonnettes démolies et jetées dans un ravin entre Bwiza et Nyakabiga.

La police a procédé ce mardi 7 mai, sur la deuxième avenue de la zone Bwiza, au démantèlement d’une quinzaine de maisonnettes en planches. Les propriétaires disent ne pas comprendre la raison d’être de cette opération. Ils assurent que l’administration leur avait donné l’autorisation d’y ériger ces boutiques.

«Nous sommes à court de mots », lâche l’un d’eux. «Nous sommes traités comme si nous n’étions pas des citoyens burundais»,  lance un autre, fâché.

Selon eux, c’est vers 4h du matin que la police a démoli leurs maisonnettes, en marge d’une fouille qu’elle avait menée dans la zone Bwiza. «Les policiers les ont démolies arguant qu’elles abritent des bandits».  

Ces maisonnettes faisaient office de restaurants, de boutiques ou de bistrots.  «Nous ne voyons plus comment nous allons vivre. C’est  par ici que nous cherchions de quoi mettre sous la dent».

Ils demandent d’être rétablis dans leurs droits. «Nous sommes d’ici, c’est ici que nous avons grandi, on ne peut pas nous déloger comme des étrangers».

Une vendeuse d’avocats, passant sur les lieux, se dira «très touchée» par les faits. «C’est très dommage», regrette-t-elle, «quelqu’un essaie de monter ses projets pour subvenir à ses besoins mais les gens censés le protéger  lui mettent des bâtons dans les roues». Et d’ajouter : «Nous, nous allons beaucoup perdre. Ils étaient nos clients potentiels».

Néanmoins, un habitant de la localité assure que ces jeunes constituent une bande de cambrioleurs qui dévalisaient les passants pendant les heures avancées. «Ils se cachaient dans ces maisonnettes et la police a eu écho de cette information ».

Ce que rejette Rachid Bigirimana, chef de cellule : «Depuis que je suis chef de cellule, il y a bientôt trois ans, personne parmi ces jeunes n’a été cité dans un dossier de cambriolage». Cet administratif à la base affirme que l’administration communale de Mukaza leur avait accordé l’autorisation de s’installer dans cette place.

Iwacu a contacté sans succès la police sur ce démantèlement.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

« Doom and gloom ». Cette expression anglaise désigne un sentiment de trouble, de  peur-panique. Après la proclamation des résultats provisoires par la  Ceni, le 25 mai, et leur contestation par le principal parti de l’opposition, le CNL, une psychose  a (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 402 users online