Samedi 20 juillet 2024

Archives

Buyenzi : quand un sachet noir tombé d’une moto crée la panique

14/02/2016 Commentaires fermés sur Buyenzi : quand un sachet noir tombé d’une moto crée la panique

Les boutiquiers et d’autres vendeurs de pièces de rechange de la 4ème avenue de ce quartier très animé ont détalé ce vendredi 12 février dans l’après-midi quand ils ont vu un sachet noir rouler dans la rue. Il venait de tomber d’une moto.

Craignant une réédition de l’attaque à la grenade de ce jeudi entre la 3ème et la 4ème avenue qui a fait un mort et une trentaine de blessés dont dix grièvement, ces commerçants ont abandonné leurs étals pour se mettre à l’abri, derrière des maisons.

Dans leur mouvement de panique, ils ont entraîné des marchands ambulants, des garagistes et des passants qui ont tous pris leurs jambes à leur cou pour ne pas se mettre à découvert. C’était un sauve-qui-peut.

Selon des témoins, c’est une femme sur un taxi-moto qui a fait tomber par mégarde des beignets emballés dans un sachet noir. Ce deux-roues slalomait pour se frayer un passage. C’est quand il a fait demi-tour pour que cette dame puisse ramasser ses pâtisseries que les gens se sont rendu compte qu’il n’y avait pas de danger. Confus, ils sont sortis de leur planque.

«Les gens sont encore sous le choc après l’incident malheureux de ce jeudi quand deux hommes sur moto ont lancé une grenade en pleine rue», a lâché un taximan qui a assisté à cette scène.

La police parle de 26 blessés dont 9 grièvement. Parmi ces blessés une femme et deux enfants lors de cette attaque de ce jeudi vers 13 heures.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 815 users online