Dimanche 03 mars 2024

Archives

Bururi : une nouvelle maladie menace le manioc

05/05/2013 Commentaires fermés sur Bururi : une nouvelle maladie menace le manioc

Connue sous le nom de striure brune, elle ravage des champs de manioc. L’ISABU et la FAO font des recherches pour trouver une autre variété pouvant résister à cette maladie.

Après la maladie de la mosaïque qui avait attaqué le manioc ces dernières années, c’est le tour de la striure brune du manioc. Selon Bernard Habonimana, directeur provinciale de l’agriculture  et de l’élevage (DPAE) à Bururi, la caractéristique de cette maladie est le jaunissement des feuilles de manioc. Lorsqu’on arrache la tige de manioc, poursuit-il, il n’y a aucun manioc dans le sous-sol. Cette maladie s’observe surtout dans les régions naturelles d’Imbo et de Mumirwa.

Sinarinzi, un agriculteur de la colline Gatete, commune Rumonge, est déçu. Il indique qu’il n’a rien récolté dans son champ de manioc attaqué par cette maladie. Toutefois, il garde espoir car, selon lui, même la mosaïque a été combattue et de nouvelles variétés ont été trouvées. Il a pris la décision de ne planter que du maïs pour cette saison.

Crainte de famine

Les agriculteurs de la colline Kirama, commune Buyengero, disent qu’ils craignent une famine dans les prochains mois. D’après eux, le manioc constitue un aliment de base pour la majorité des ménages de ces régions. Selon leurs propos, le prix du manioc a déjà grimpé sur le marché.

Toutefois, Bernard Habonimana tranquillise : « l’Institut des sciences agronomiques du Burundi (ISABU) et la FAO sont en train de mener des recherches au centre semencier de Buzimba à Rumonge pour trouver une variété de manioc qui résisterait à cette maladie. » Par ailleurs, il informe les agriculteurs que des semences de bonne qualité pour d’autres cultures sont disponibles.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 378 users online