Jeudi 22 février 2024

Économie

Bujumbura mairie : le prix de la pomme de terre monte en flèche

03/05/2023 2
Bujumbura mairie : le prix de la pomme de terre monte en flèche
Un kilo à 2 000 BIF alors qu’il était à 1 200 BIF, il y a une semaine !

Les habitants de la capitale économique Bujumbura déplorent une flambée des prix produits de première nécessité dont les vivres et surtout de la pomme de terre qui s’observe ces derniers jours. Un kilo de pomme de terre qui était à 1 200 BIF est passé de 2 000 BIF dans moins d’une semaine. Ces habitants demandent aux autorités compétentes de prendre des mesures pour pallier ce problème.

Ce 2 mai, vers 11 heures, au marché de Ngagara II communément appelé Cotebu, les clients sont remontés à cause de la hausse des prix de pomme de terre qui ne cessent de grimpent du jour au jour. La saisonnalité y serait pour quelque chose.

« Les prix de certains produits alimentaires montent chaque jour. C’est la première fois que le kilo de pomme de terre s’achète à 2 000 BIF. Vendredi passé, j’ai acheté le kilo à 1 200 BIF mais aujourd’hui, le prix est monté de 800 francs dans moins d’une semaine », s’indigne une dame venue faire ses courses.

« C’est déplorable que les commerçants haussent les prix comme ils veulent nous demandons au gouvernement d’assurer la régulation des prix pour contrer les spéculations », se lamente une autre mère de famille rencontrée dans ce marché communément appelé Cotebu.

Selon les commerçants le déséquilibre entre l’offre et la demande est la cause principale de cette flambée. Ils ajoutent également que les fournisseurs profitent de la situation pour hausser les prix.

Signalons que malgré la mesure de l’exonération des taxes sur certaines denrées alimentaires comme le haricot et le riz, les prix restent élevés.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Nkurunziza Jessie

    Karabaye nta mafiriti tuzozubira gufungura.Reka ubu nyene dutera akamo nyenicubahiro Neva kuko ntibishoboka ko twobaho ata gafiriti.

    • Muda

      Uratera inkuru wa muntu! Uti ntitwobaho ata mafiriti? Il est vrai qu’elles sont délicieuses à manger. Toutefois, il faut se méfier de certaines huiles végétales qui sont utilisées pour leur cuisson, surtout celles obtenues par pression des graines à haute température et/ou par ajout de certains produits chimiques pour leur extraction. Elles sont source d’inflammation pour notre organisme et de conséquences néfastes sur notre santé.

      Honnêtement, jewe narazikebanuye kandi narazikunda rwose cane cane igihe niga kuri Collège du Saint-Esprit.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Démocratiser le débat sur le marché public

Brouille entre le gouvernement du Burundi et la société Sogea Satom autour des travaux de réhabilitation de la route nationale 3, tronçon Rumonge-Gitaza. Le ministre en charge des infrastructures a pris la décision de suspendre le paiement des frais additionnels (…)

Online Users

Total 1 755 users online