Mardi 09 mars 2021

Économie

«Birashoboka ! C’est possible de créer une entreprise viable»

28/01/2019 Egide Nikiza Commentaires fermés sur «Birashoboka ! C’est possible de créer une entreprise viable»
«Birashoboka ! C’est possible de créer une entreprise viable»
Aimable Manirakiza (au milieu) : «L’objectif de la campagne ''Birashoboka''est la réduction des barrières à la création des entreprises»

«La solution à la pauvreté sévissant au Burundi résultera de la reconnaissance de la liberté aux entrepreneurs évoluant dans l’informel», a indiqué Aimable Manirakiza, directeur exécutif du ’’Centre for Development and Enterprises Great Lakes’’ (CDE), un think tank des jeunes dans la région des Grands Lacs.

C’était ce lundi 28 janvier lors du lancement de la campagne «Birashoboka», -C’est possible-, dont l’objectif est la réduction des barrières à la création des entreprises.

Il assure que des obstacles subsistent pour leur création malgré les facilités présentées par l’Agence pour la promotion des investissements (API). Notamment de longues démarches pour l’obtention de l’autorisation d’accès au marché auprès du Bureau burundais de normalisation et du contrôle de qualité. « Sans ce document, l’écoulement de ses produits est très difficile ».

Ce jeune nourri aux mamelles des idées libertariennes évoque également le faible pouvoir d’achat des Burundais : «Avec un revenu moyen de 0,8 dollar par jour, il est impossible pour les petits entrepreneurs de tenir quand  ils ont même du mal à accéder au marché».  Il cite là le rapport de  ’’Doing Business’’ de 2019.

L’objectif de la campagne ’’Birashoboka’’ est d’énumérer tous les obstacles à la création d’entreprises. A cet effet,  deux études sont en cours. L’une portant sur les contraintes au sujet de la création et l’autre sur le cadre règlementaire pour attirer les investisseurs.

Les deux documents seront présentés aux organes en charge de la promotion de l’entrepreneuriat, notamment, l’API. «Nul doute qu’ils seront utiles au pays et aux entrepreneurs». Ceux-ci auraient plus de facilités en cas de souscription à nos recommandations par les autorités. «Et c’est le pays qui profitera par les impôts et les taxes». Ces dernières serviront à la construction des hôpitaux, des écoles, etc.

Pour rappel, le CDE intervient dans trois pays de la région des Grands-Lacs : le Burundi, le Rwanda et la République Démocratique du Congo.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

« Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

Online Users

Total 891 users online