Jeudi 06 octobre 2022

Les billets d'Antoine Kaburahe

Billet | « Maconco »

03/09/2022 9
Billet | « Maconco »

Par Antoine Kaburahe

Discours très fort tenu lors des cérémonies d’ouverture de l’année judiciaire 2022-2023 à Gitega. Le Chef de l’Etat a accusé, sans le nommer , un homme de préparer un « coup d’Etat ».

Le Kirundi est une langue riche en métaphores et autres proverbes. Très souvent, notre langue suggère et laisse l’interlocuteur deviner. Parler directement (kududurirako) n’est pas bien vu, on nous l’a seriné depuis que nous étions petits. Les étrangers sont souvent déroutés par notre manière de nous exprimer. Mais pour nous les Burundais, « umugani ugana akariho .» (Le conte et/ou le proverbe racontent la réalité).

Le Président rappelle donc l’histoire de « Maconco ». La charge, la comparaison, sont lourdes de sens. Il ne faut pas être historien pour savoir que « Maconco » renvoie au rebelle cupide, éternel insatisfait. C’est ce Prince à qui le roi Mwezi Gisabo avait tout donné : le pouvoir, et même sa propre fille. Mais avide, Maconco lorgnait vers le trône royal.

Remplacez « royaume » par « république » et tout s’éclaire. A l’instar de Maconco de notre histoire qui lance une rébellion contre le roi, le « Maconco » actuel prépare « un coup d’Etat », a accusé le Président burundais.

La fin de Maconco de l’histoire est violente, tragique : le traître est défait, tué. Le roi Mwezi sort vainqueur de ce bras de fer. Selon le Président Ndayishimiye, le sort de « Maconco » actuel est déjà scellé : il sera défait. Le ton est martial. Le Président a rappelé  son grade militaire : « Qui peut menacer un Général de coup d’Etat ». Un brin mystique, il a affirmé avoir « Dieu de son côté ». Il est donc paré pour la guerre, s’il le faut. « Qu’il vienne m’affronter. Au nom de Dieu,  je le vaincrai ».

On remarquera que dans tout son discours, le Président burundais ne précise jamais le nom de « Maconco », dont la trahison est pourtant connue et l’échec prédit.

En cela, le Président Ndayishimiye s’inscrit dans cette tradition orale qui suggère toujours et laisse l’interlocuteur deviner. Pour le meilleur et pour le pire.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. kazungu

    Mr le president ,c’est toi qui la mis la bas,chasser le avant qu’il continue a etendre son clan.
    il ya trop peau de banane sur ta route: Transport urbain,sucre,penurie du carburant, manque d’engrais,….ils n’attendent que ta chute .

  2. Sebarazingiza

    Ikintu gihambaye muri ivyo vyose nuko abarundi finalement ari « Imfura » muri sens y’ikinyarwanda.
    Nayahandi umuntu yumvirije ivyo Evariste amaze iminsi avuga, ashikiriza mubindi bihugu; le peuple iba imaze guhaguruka.
    Kuko nkuko abivuga « Sebarundi » canke « le Général » amaze kuvuga ati hariho abantu babicishije inzara batabifuriza ineza, twategerezwa kuba twarahagurutse tukiganzura abaduhonyoye kugikanu. Kuko NEVA nkuko abivuga ntakirikumwe n’abo bansi biwe, ahubwo asigaye ari « Superopposant » ikindi gitangaje muBurundi ni silence ya « Opposition »!

    Abarundi turi « IMFURA » ou « IMPFURA »!

  3. Maningo Jean claude

    La population n’a pas besoin d’entendre ces propos de la part d’un chef d’Etat. qu’il agisse et c’est tout. En 2007, on pensait au chaos quand un homme fort à cette époque (je me garde de le citer, la pudeur burundaise exige) s’est retrouvé à la prison centrale de Mpimba.

  4. Barekebavuge

    Tous ces échanges , toutes ces gesticulations ne valent pas une action.

    « Qui peut menacer un Général de coup d’Etat ? Qui est-il ? Qu’il vienne m’affronter. Au nom de Dieu, je le vaincrai »
    Je suis sidéré d’entendre de telles assertions. Uti on ne peut pas menacer un Général??? Et si c est un autre général?
    D ailleurs Samuel Doe a fait un coup d Etat ari Sergent. (Pour ceux qui ne le savent pas)
    J’ai relu et relu le Verbatim. C est sidérant d’amalgames.
    Une autre vidéo en réponse à cette sortie circule sur les réseaux sociaux: Réponse du berger à la bergére. La aussi , on prend à témoins les saintes écritures (Nous ne citerons pas les noms. Les 2 augustes personnes n ont pas aussi cité des noms).
    Une autre citation qui m a fait tiquer.  » Si tu lis la Bible, tu ne peux pas te considérer comme un homme fort , car Dieu peut un jour te frapper et t’exterminer avec toute ta famille au point que les gens resteront à se demander quel crime tu as commis »

    Mon commentaire
    Tiens, tiens. Quelle prédilection!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Lorsqu il y a crime, la justice doit se saisir du dossier. Comment savons nous d avance que les gens resteront à se demander qui a commis le crime?
    Pathétique et triste Burundi.

  5. Mambo

    Les « Maconco » sont plus forts même les services de renseignement ne peuvent rien faire ! Quelqu’un a dit au président :  » Timba uhagarike ivyo bihangange » mais si le président les arrête ça peut lui être beaucoup plus fatal, donc il laisse tomber ntakundi reka tubeho gutyo

  6. Rukara

    1. Au lieu de se plaindre en publique, il devrait envoyer ces malfaiteurs qu’il connaît déjà a Mpimba. C’est ce qui se fait souvent a Bujumbura.
    Il dit que Dieu va le sauver dans son combat contre les bihangange. Mon oeil, s’il ne veut pas prendre les devants il va se faire liquider et on aura le president du sénat comme président du pays. Quelle catastrophe!!!!! Pauvre Burundi encore.
    2. Qu’il soit correct dans son langage: les institutions qui sont soit disant “zigororotse” l’armée, la police et la justice sont là uniquement pour maintenir le cndd fdd en place. Les non membres de ce parti ont tous sans exception une idée contraire de cette appreciation du président.
    Pour preuve les membres de l’opposition en savent quelque chose. Alors qu’il arrête de nous chanter ce refrain.

  7. Margarita

    Nous sommes dans une république bananière où le président est Dieu le père.
    Si le traître est connu. Pouquoi n’utilise t IL pas toute sa puissance pour le mâter.
    Et puis , pourquoi toute l Akazu qui nous dirige invoque t IL toujours le Dieu et la Bible juive pour tout justifier?
    Ntiyanditswe pour des dirigeants africains

    • Yan

      « Ntiyanditswe pour des dirigeants africains »
      Nahora nibaza ko woba ufise ivyiyumviro vyegeranye n’ivya ‘le prince de Nkoronko’, none kuri ico kintu ntimuhuje. Ku bwiwe ivyo uvuga ntivyandikiwe abanyafrika gusa, mbere mu Burundi harimwo abafashije mu kuvyandika.

  8. Aigle

    Les non-dits, les insinuations, c’est un des aspects de la culture Burundais qui me frustrent. On sait que le type dont il parle a un nom , pourquoi ne pas le désigner nommément? Si Neva a des preuves, pourquoi ne fait il pas arrêter ce gugusse?

    Suis-je le seul à déceler une trouille certaine dans cette bravade du number One? Un appel au secours?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 769 users online