Mercredi 05 octobre 2022

Économie

Bientôt, une loi pour le contrôle des pesticides

08/03/2018 2

Tous les pays ont convenu de la nécessité de surveillance de la fabrication, de la vente et de l’utilisation des pesticides, a déclaré Déo Guide Rurema, ministre de l’Agriculture, au Palais des Congrès de Kigobe. C’était ce mercredi 7 mars lors de la présentation du projet de loi sur les pesticides.

Tous les pays ont convenu de la nécessité de surveillance de la fabrication, de la vente et de l’utilisation des pesticides, a déclaré Déo Guide Rurema, ministre de l’Agriculture, au Palais des Congrès de Kigobe. C’était ce mercredi 7 mars lors de la présentation du projet de loi sur les pesticides.

Deo Guide Rurema : «Les pesticides peuvent être utilisées pour l’amélioration de la production agricole»

Il soutient qu’ils peuvent être utilisés pour l’amélioration de la production agricole sans nuire à la santé. Néanmoins, il évoque la nécessité d’un organe d’exécution de la loi sur ces pesticides en cas de la promulgation.

Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale, se préoccupe de l’utilisation incontrôlée des pesticides. Il s’étonne de l’existence au marché des emballages fabriqués à base de ces derniers. Il parle des jerrycans, des sacs, etc. Il recommande plus de vigilance.
Le ministre Rurema tranquillise : «ce projet est une réponse à de telles questions car elle garantit une régulation de l’usage ».

Au sujet des pesticides utilisés de manière frauduleuse, le ministre de l’Agriculture met l’accent sur la sensibilisation à l’intention de la population, particulièrement à ses utilisateurs.
Le projet de loi a été adopté à l’unanimité avec 83 voix.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Rurihose

    Emballages fabriqués à base de ces derniers.
    Est ce que « ces derniers » se réfèrent aux pesticides?
    Sont ils fabriqués au Burundi?

  2. Kimeneke

    Turahona na cancer

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 2 105 users online