Sports

Basketball. Alvin Ninziza: « Pour avancer, nos dirigeants doivent mettre de côté leurs égo »

28/01/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Basketball. Alvin Ninziza: « Pour avancer, nos dirigeants doivent mettre de côté leurs égo »
Basketball. Alvin Ninziza: « Pour avancer, nos dirigeants doivent mettre de côté leurs égo »

De retour des qualifications de l’Afrobasket (Zone 5) tenues à Nairobi, le capitaine de la sélection nationale fait le bilan.

Troisième de votre poule avec un bilan de 3 victoires et deux défaites, êtes-vous satisfait ?

Plus qu’une simple satisfaction, un sentiment de fierté. Déjà, à 48 h du début du tournoi, aucun joueur ni membre du staff technique ne savait  que nous allions prendre part à cette compétition. Une terrible épreuve psychologique. Parce que rater une telle occasion, à cause de l’égo surdimensionné des uns et des autres, nous était inconcevable. Heureusement, qu’ils se sont vite repris. Sur le terrain, nous avons tout donné. Seulement, nous avons trouvé plus fort que nous.

Vous n’étiez pas de taille pour tenir tête à vos adversaires ?

Loin de là. Nous avons joué étant en effectif réduit. Au nombre de 12, seuls 9 joueurs ont pu fouler le gymnase de Nyayo. Ceci pour des raisons administratives.

Concrètement ?

Parmi nos joueurs, il y en a  qui ont des parents binationaux. Une donne à laquelle les organisateurs de la compétition ont recouru  pour empêcher Shebe, Mbuyi et Landry de jouer. Pourtant des joueurs clés de notre effectif. Dans ces conditions, vous comprenez la difficulté de jouer à 9 contre des adversaires aussi expérimentés que les Kényans et les Sud Soudanais.

 Au sujet de ces déconvenues de dernière minute, qu’est-ce que la Febabu est en train de faire ?

Le nouveau président de la Febabu et son comité sont déjà à l’oeuvre. A ma connaissance, ils ont déjà saisi la fédération de la RDC pour qu’elle délivre un document attestant réellement que ces joueurs sont des Burundais.

A voir le niveau des autres pays, où situez-vous le Burundi ?

Par rapport aux cadors de la région est-africaine, nous sommes parmi les meilleurs. Seulement, lors de pareilles compétitions, tout détail compte. A un certain moment, nous pensions faire la différence grâce à notre fougue et rapidité. Mais, costauds qu’ils sont, les Kényans et les Sud Soudanais ont imposé leurs gabarits.  Toutefois, je dois reconnaître que ces  pays  ne cessent d’investir  dans le basketball. Il suffit de voir  les clubs de provenance de leurs joueurs. Presque tous venaient de lycées, collèges américains ou clubs australiens. Une vraie preuve que les académies commencent à porter leurs fruits. A mon avis, un  modèle à suivre pour le Burundi. Toutefois, dans l’urgence, la construction d’un gymnase omnisports s’impose. Habitués à jouer en plein air, nous avons dû fournir plus d’efforts pour nous approvisionner en oxygène.

Le conflit au sein de la Febabu, persiste-t-il?

J’ose penser qu’ils ont tiré un trait sur leurs différends. Ce qui importe est de travailler main dans la main, surpasser ce qui les divise pour le bien de notre sport. Cependant, je dois avouer que notre sortie a servi d’électrochoc.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 389 users online