Samedi 02 juillet 2022

Politique

Audifax Ndabitoreye, candidat à l’élection présidentielle : « J’ai failli être enlevé »

A la sortie d’une réunion avec des ministres de l’EAC (Tanzanie, Rwanda, Burundi, Kenya), M. Ndabitoreye a été arrêté par le service national des renseignements. Il raconte son arrestation spectaculaire.

Audifax Ndabirorere ©Iwacu
Audifax Ndabirorere ©Iwacu

Qu’est-ce qui s’est passé ?

Avant la fin de la réunion, je suis sorti pour m’entretenir avec mon chauffeur. Deux personnes inconnues ont essayé de me maîtriser pour m’enlever. Deux vigiles de l’hôtel et des journalistes sont venus à mon secours. J’ai pu regagner l’intérieur de l’hôtel et la salle de conférence tout en dénonçant à haute voix les dérives de la police. A la fin de la réunion, vers 17h, la police m’attendait pour m’arrêter. Il y a eu un face-à-face, je ne voulais pas partir avec eux. Le journaliste Innocent Muhozi et l’ambassadeur néerlandais m’ont dit ne pas faire de bras fer puisqu’un mandat d’arrêt était déjà sorti. Accusation : insurrection et organisation de manifestations non autorisées. L’ambassadeur m’a promis de tout faire pour que je ne sois pas malmené et je me suis livré vers 18h.

La honteLa scène semblait irréelle. A la sortie d’une réunion internationale, dans le hall d’un grand hôtel, des policiers tentent d’embarquer de force un opposant politique. Ahuris, les ministres des affaires étrangères de l’EAC regardaient la scène. Le ministre tanzanien va tenter de protéger M. Ndabitoreye. En vain. Et tout cela devant les caméras et flashs des photographes et journalistes qui ne ratent pas cette scène. Des politiciens burundais, honteux, ne savent pas où se mettre. Un président d’un parti politique présent tentera de raisonner les policiers obtus : « Ndabiginze, reka ivyo bintu ngaha» (Je vous en supplie, pas de ça ici). Ce qui s’est passé devant l’hôtel Panoramique, en présente de nos hôtes, est un désastre pour l’image de la police et du Burundi. Nous sommes la risée de la sous-région et du monde.Dans un pays normal, le responsable de cette scène aurait été directement limogé. Réputé pour sa brutalité et ses maladresses, notre police a encore gagné quelques galons.

Avez-vous été malmené aux bureaux du service national des renseignements ?

Ils m’ont obligé à enlever mes chaussures, d’être torse nu et de m’assoir par terre. Ils se moquaient de moi : « Regarde-nous ce candidat à la présidence. Il faut que tu restes ainsi pour que les moustiques te piquent ». Je n’ai pas été battu. J’ai eu une séance d’interrogatoire durant 1 h 30 minutes. J’ai passé trois autres heures à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment. Une personne que je ne connais m’a dit d’appeler quelqu’un de confiance pour qu’il vienne me chercher dans une heure. J’ai appelé l’ambassadeur des Pays-Bas et je suis sorti vers 23 heures.

Qui a permis votre libération ?

D’abord, il y a eu les propos du ministre tanzanien des Affaires étrangères à l’aéroport internationale de Bujumbura avant de monter dans l’avion. Il a dit : « la personne que vous venez d’arrêter, c’est comme si c’est moi que vous aviez arrêté. » Ensuite, l’ambassadeur néerlandais au Burundi qui a joué son rôle et, enfin, la médiatisation de mon arrestation. Il ne faut pas oublier le bon Dieu qui est toujours là pour moi.

Comment se porte votre famille ?

Elle a eu un choc énorme, surtout ma femme. Elle a aussi été malmenée et détenue, ses téléphones confisqués. La police a voulu m’éliminer physiquement.

Allez-vous continuer votre combat contre le 3ème mandat de Nkurunziza ?

Le combat doit continuer et c’est notre droit de manifester même si le pouvoir en place ne nous a pas donné la permission. J’ai mis la peur de côté parce que je puise ma force dans la parole divine. Et je vais continuer à soutenir les manifestants jusqu’à ce que le président retire sa candidature.

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. UNISI

    c’est bon

  2. Arusha

    Tuvugishe ukuri,…iyo itaza kuba médiatisation de son arrestation, uwo mugabo barinze bagaburira imibu yi Bujumbura ngo imufungure,…..ntawari kongera kumenya irengerero ryiwe.
    Naho kuba atarabaye torturé autrement,….nuko son arrestation yabonywe nabantu benshi kandi bakomakomeye(abavugarikijana).Mais je ne crois pas qu’il est sorti d’affaires,….just like all of us Burundians canke abandi bose bifuriza Uburundi ineza.
    Erega abo bagabo ntavuze womengo barimwo amashitani!!!!!

  3. Mtu wachini

    Audifax, he is the kind of leader that the country needs. I’ll go for him.

    • N N

      I think so

  4. Mugisha L.

    Monsieur Ndabitoreye,

    Vous avez été formidable ces derniers temps. Votre courage force l’admiration.
    Vous vous battez avec les manifestants, vous ne craignez pas dire ce que vous pensez, etc. Bravo.
    Il nous faut une cinquantaine d’hommes (et de femmes) comme vous au Burundi.
    Battez-vous! Nous vous soutenons. En tout cas, j’attends de voir votre programme, le lire et vous donner ma voix
    Vous la méritez.
    Bonne chance et Bon courage.

    • selflover1

      Mugisha L. same here brother, many Burundians are longing to vote for Mr Audifax Ndabitoreye! He is the one that can get Burundi back to feet, lets just pray for him and his admirable courage as there is a sordid plan going on to eliminate him. Let’s make sure this doesnt happen, we need to be together as one in order to fight against the rulling party now and forever!

  5. jewe

    Najewe ndamuzi cane muri 93 ,94,95 nomwibutsa naho yaba abana Nkurunziza na Mugabarabona inirigwa ndamwibutsa ivyo yakora kuko arabizi iciswe gutanga ibigwanisho niwe yabizanye , yibagira ningoga hubwo je ndibaza ico abo bagabo batatu mvuze bapfuye kugira ntibabe bagishize hamwe!!!

    • N N

      I l ne faut pas ko tuguma hahandi nkuko CNDD ishaka kubikora. Niyaba yarabafashije, il a ete decu comme les frondeurs nabarundi
      bose yahenze en 2500 ngwaje kuba igitangaza.

  6. Philibert

    Je connais personnellement Mr Ndabitoreye et il me connait aussi , je pense que le combat qu’il mème est un vrai combat et il a mon soutien absolu que je compte formaliser au cours des jours prochains . Mais surtout je salue son courage qui est comparable à celui d’un certain Mbonimpa , Rufyiri , Feu Manirumva et beaucoup d’autres . Tot ou tard cette lutte sera couronnée de succès Il faudrait seulement que l’opposition et la société civile mais surtout les manifestants refusent de tomber le piège que le CNDD-FDD veut leur tendre , évitez à ce que la lutte soit ethnicisée. Je rappelle simplement aux membres du parti au pouvoir qui osent encore prendre leur courage par les deux mains de prendre le train en marche, il faut une vraie coalition de démocrates qui pourra enfin résoudre les vrais problèmes du pays : la faim , le sous développement et le manque d’instruction. je n’ai pas de doutes que les gens que je viens de citer pourraient les porte drapeaux de ce changement . Le changement c’est maintenant.

    • ndayizi

      oya yanka akarenganyo aho kava hose ninshigwa rimenetse. Nimba yatanga ibigwanisho
      en 93, 94 nico cari igihe cavyo. Ubu naho sukuvuga ngo umuhutu yaraje kubutegetsi ngo bace batugira abaja babo oya. Unve lero erega uburundi bwahirya yejo sibwo bwubu. Naho yoba umtutsi, umuhutu ari mukuri akunda abarundi n uburundi ubwoko bwose bwomutorera, none peter su muhutu ariko tuzomwiyamiriza bassi. ntakutugira ikiraro ciwe. mwese mube muvyumva. None tuzotera imbere gute dushigikira amafuti ngo Nuko dusangaye ubwoko. Bado amase yakera ntagihoma urutaro. Sha mfuma ndahasiga agatwe aragenda basiii.

      • selflover1

        @Ndayizi, thanks mon frère, au moins toi tu es un homme, il faut plus ethniciser la situation qui prévaut au Burundi, parce que c plus le cas, hutu, tutsis et twas ns sommes tous les enfants du Burundi et nous désirons la paix et la sérénité, la clique DD got to leave, their time has come to an end!

        • Musa

          Je suis d accord sur vos propos.Change is now but my deep question is: who is ready to lead the change?notre opposition qui ne peut se mettre d accord sur un candidat?on a encore du chemain a faire pour arriver a un vrai cha ngement.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’indépendance du Burundi. A luta continua

Le 1er juillet 2022, le Burundi célèbre ses 60 ans d’indépendance. Des préparatifs vont bon train à Bujumbura comme dans le reste du pays pour commémorer cet événement heureux qui, malheureusement, a tendance de se réduire à un simple moment (…)

Online Users

Total 1 081 users online