Culture

Au Coin du feu avec Ange Bernice Ingabire (Miss Burundi 2016)

12/09/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Au Coin du feu avec Ange Bernice Ingabire (Miss Burundi 2016)
Au Coin du feu avec Ange Bernice Ingabire (Miss Burundi 2016)

Dans le Burundi traditionnel, le soir, au coin du feu, la famille réunie discutait librement. Tout le monde avait droit à la parole et chacun laissait parler son cœur. C’était l’heure des grandes et des petites histoires. Des vérités subtiles ou crues. L’occasion pour les anciens d’enseigner, l’air de rien, la sagesse ancestrale. Mais au coin du feu, les jeunes s’interrogeaient, contestaient, car tout le monde avait droit à la parole. Désormais, toutes les semaines, Iwacu renoue avec la tradition et transmettra, sans filtre, la parole longue ou lapidaire reçue au coin du feu. Cette semaine, au coin du feu, Ange Bernice Ingabire.

Votre qualité principale ?

Mes proches disent l’altruisme. Personnellement, j’ajouterais la disponibilité. Je suis  toujours là pour les autres.

Votre défaut principal ?

Je ne sais pas dire « non! ». Quand bien même, c’est une promesse ou un engagement difficile à tenir, refuser m’est souvent difficile. Et parfois, cela se solde  par des regrets.

La qualité que vous préférez chez les autres ?

L’honnêteté.  Bien qu’ici-bas sur terre, elle est une vertu rare, c’est vraiment la base d’une vie intègre.

Le défaut que vous ne supportez pas chez les autres ?

L’irresponsabilité. Par-dessus tout, je déteste les personnes qui se font toujours rappeler par les autres leurs devoirs.

La femme que vous admirez le plus ?

Ma mère. Pour moi, c’est un modèle d’humilité et de bravoure. Il  y a aussi Mère Teresa de Calcutta. Sa serviabilité a permis de sauver d’innombrables vies humaines.

L’homme que vous admirez le plus ?

Dr Denis Mukwege, l’homme qui répare les femmes. (Prix Nobel de la paix 2018, NDLR). Malgré les persécutions, son obstination à sauver la vie des gens, particulièrement celles des femmes est une source d’inspiration.

Votre plus beau souvenir ?

Mon année de règne  en tant que Miss Burundi. Une expérience unique et enrichissante.

Pourquoi ?

J’ai porté fièrement les couleurs de ma patrie à l’étranger,  rencontré de personnes importantes. Certaines sont même devenues des amis sur qui je peux toujours compter. Bien sûr, tout n’était pas rose. Mais, ces difficultés ont forgé mon caractère.

Votre plus triste souvenir ?

Le décès de mon père. Certes, nous sommes tous de passage sur cette terre, mais perdre un être cher inopinément est un crève-cœur.
Quel serait votre plus grand malheur ?

Ne pas avoir d’enfants.

La plus belle date de l’histoire burundaise ?

La proclamation de l’indépendance du Burundi, le 1er  juillet 1962. De par, ce que nous a appris en classe, la journée   a marqué  le début d’une nouvelle ère.

La plus terrible ?

L’assassinat du président Melchior Ndadaye, le 21  octobre 1993. Certes, le tragique événement n’est pas la seule date qui a bouleversé l’histoire du  pays. Mais, les conséquences qui s’en sont  suivies sont terribles. Ce sont des rêves de tant de gens  qui sont partis en fumée.

Le métier que vous auriez aimé exercer ?

Être médecin gynécologue. Quoique cela me semble difficile, je garde encore espoir.

Votre passe-temps préféré ?

La musique, la lecture,  causer avec mes proches.

Votre lieu préféré au Burundi ?

Chez moi,  à Gihosha: la maison qui m’a vu naître et grandir. C’est mon havre de paix. L’endroit est plein d’amour.

Le pays où vous aimeriez vivre ? 

Ma patrie, le Burundi.

Le voyage que vous aimeriez faire ?

Un voyage dans le passé. J’aimerais bien corriger une ou deux choses.

Entre autres ?

L’adolescence et  ses « âneries »… Les exemples sont légion. Mais, pour tout dire, je regrette les opportunités à côté desquelles je suis passée. Non, par ignorance, mais, plutôt par négligence.

Votre rêve de bonheur ?

Offrir à ma mère, une maison, un voyage  de ses rêves, tout ce dont elle a toujours rêvé…

Votre plat préféré ?

La pâte de manioc  avec des petits poissons (Ndagala) mélangés avec des oignons blancs… Un régal.

Votre chanson préférée ?

Nyigisha de la Rwandaise Butera Knowless

Quelle radio écoutez-vous ?

Ces jours -ci, je ne suis  plus trop radio. Mais, auparavant, j’aimais beaucoup écouter la  RFI.

Avez-vous une devise ?

« Demain n’est pas promis, profite de la vie aujourd’hui »

Quel est ton plus grand regret ?

Le fait que mon père  n’ait pas assez vécu pour que je lui rende à la millième fois tout ce qu’il a fait pour nous.

Quel souvenir gardez-vous de votre  soirée  de  couronnement ?

La présence inattendue de ma famille parmi les invités.

Mais, c’était normal qu’elle soit présente ?

Ce jour-là, mon petit frère  fêtait son diplôme des humanités générales. J’avais dit à ma famille qu’il était vain de venir. Je considérais que c’était un grand jour pour lui. Il avait plus besoin de la famille à ses côtés que moi.  A ma grande surprise, lorsque nous avons commencé à défiler, j’ai levé les yeux. Et qui je vois parmi la foule : ma mère et certains membres de la famille. Je dois vous avouer  qu’à cet instant, je me suis sentie pousser les ailes.

Où en êtes-vous avec le projet d’assister les enfants qui naissent avec les malformations ?

Vu que je ne suis pas sur place (Ndlr : elle vit au Canada) c’est quelque peu au point mort. Toutefois, comme c’est un projet qui me tient à cœur, je me suis juré d’aller jusqu’au bout.

En tant qu’ancienne reine de beauté, que faire pour redonner à l’événement Miss Burundi ses lettres de noblesse ?

C’est tout simple. Comme l’événement est d’envergure nationale, le gouvernement doit s’impliquer activement dans sa  préparation. Aussi, faut-il qu’il parraine  la Miss durant son année de règne.

Trouvez-vous les jeunes femmes suffisamment représentées dans les instances de prise de décisions du pays ?

Certes, les avancées sont palpables. Mais, des efforts restent encore à consentir. Il faut plus d’ouverture, plus d’initiatives .Les femmes doivent prendre les devants, ne pas toujours se contenter des 30% qu’accorde la Constitution. Parce que nous sommes capables de beaucoup de choses

Depuis votre arrivée au Canada, aucune envie de faire carrière dans la mode ?

Franchement, non. Vous  savez avec l’âge, ce sont de nouvelles ambitions qui naissent. Pour  tout dire, actuellement, il ya d’autres domaines qui me passionnent le plus.

Justement, quel est l’effet ça fait d’être Miss dans un autre pays comme le Canada?

Si vous saviez combien les gens d’ici s’en fichent !  Hormis quelques Burundais, qui des fois, s’en souviennent ici  chacun regarde ses affaires. Une bonne chose, parce que cela me procure énormément de liberté. Dès lors, je n’ai aucune pression à gérer ma vie comme je l’entends.

En tant qu’ancienne Miss Burundi, un message au président de la République?

Son Excellence, une Miss est l’image de son pays. Mis de  côté les critères de beauté et de l’intelligence, elle représente la culture et la jeunesse. Bref, un ambassadeur parmi les autres. Si vous la soutenez, avec mes assurances, elle portera loin  les couleurs du pays.

Un retour au bercail, ça ne vous tente pas?

Si ! L’envie est pressante. Je dois retourner, apporter ma pierre à l’édifice d’un Burundi meilleur.

Reste-t-elle encore un cœur à prendre notre chère Miss ?

Humm, présentement non! Et je vous assure que c’est du sérieux.

Votre définition de l’indépendance ?

Être libre dans tes décisions  sans se plier aux  injonctions aucunes.

Votre définition de la démocratie ?

C’est quand un pouvoir respecte et prend en compte les opinions et les desiderata de tout un chacun sans distinction aucune.

Votre définition de la justice ?

Le respect des droits, l’égalité de tous devant la loi.

Si vous étiez  ministre de la Jeunesse et de la Culture, quelles seraient vos urgentes mesures ?

-Plaider pour que les acteurs économiques investissent des secteurs  d’activités  porteurs d’emplois. Le chômage des jeunes  est un frein à la croissance économique de pays. L’autre urgence, c’est la promotion de la culture entrepreneuriale. Il faut que la jeunesse apprenne à voler de ses propres ailes.

Si vous étiez ministre de la Santé, quelles seraient vos deux premières mesures ?

-Faire feu de tout bois pour que l’accès aux soins de santé ne soit plus un luxe pour certaines catégories de gens.

-Sensibiliser la femme rurale sur le bienfondé des consultations prénatales. Les statistiques sont formelles. Beaucoup sont celles qui accouchent sans préalablement consulter un médecin ou fait une échographie, ne fût-ce qu’une seule fois. C’est triste parce que c’est un acquis. La mesure de la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans le leur permet.

Croyez-vous à la bonté humaine ?

Oui j’y crois. Dieu nous a  créés à son image .Beaucoup disent que c’est la société qui nous corrompt, mais le Bon Dieu nous a offert un précieux cadeau : « la liberté de choisir ». Dans ce sens, je pense que tout humain ne peut que choisir  faire du bien.

Pensez-vous à la mort ?

C’est un passage obligé, une certitude absolue. Par contre, ce qui  m’effraie, c’est une mort inopinée.

Si vous comparaissez devant Dieu, que lui direz-vous ?

Merci de m’avoir offert la vie!

Propos recueillis par Hervé Mugisha

Bio-express

Née en  1995, Ange Bernice Ingabire est la deuxième enfant d’une fratrie de cinq enfants. Militante engagée  pour le changement de mentalité par rapport  à la question des personnes vivant avec handicap,  lors de l’élection Miss Burundi 2016, son projet d’assister les enfants  avec des malformations congénitales avait  ému plus d’un. Passionnée de musique, Mlle Ingabire fait partie de la chorale Saint Ignace de Loyola du lycée du Saint-Esprit. Actuellement, elle réside au Canada.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 917 users online