Vendredi 02 juin 2023

Editorial

Associer, écouter, respecter les pêcheurs

12/05/2023 5

Du 15 mai au 15 août, la pêche dans le lac Tanganyika sera suspendue au niveau des quatre pays riverains. Cette décision est consécutive « à la baisse très sensible de la production des poissons ces dernières années dans la région suite notamment aux pêcheurs qui capturent de très jeunes poissons, les alevins ».

Pour le directeur exécutif de l’autorité du Lac Tanganyika au Burundi, ces décisions ont été prises en vue de promouvoir l’industrie de la pêche et augmenter la quantité de poissons dans le lac. « Ce repos biologique permettra la reconstitution des stocks de poissons dans le lac Tanganyika. Cette mesure sera bénéfique non seulement pour les pêcheurs mais aussi pour les consommateurs ». Les pêcheurs, les commerçants de poisson et les consommateurs ont été invités à prendre des dispositions qui s’imposent.

Par Léandre Sikuyavuga
Directeur du groupe de presse Iwacu

Gandhi avait l’habitude de dire : « Tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi ». Les responsables de l’autorité du Lac Tanganyika ont en effet pensé et décidé à la place des populations sans se référer à leurs avis.

Ainsi, cette mesure ne fait pas l’unanimité. Les députés tanzaniens et congolais ont exprimé leur opposition à la décision de fermeture de la pêche sur le lac Tanganyika. Pour eux, elle est inopportune, voire catastrophique pour les populations qui vivent essentiellement de ce lac.

Ils estiment qu’il n’y a pas eu de mesures d’accompagnement notamment les activités alternatives que les pêcheurs pourront faire pendant cette période. Cette fermeture a également du mal à pénétrer les oreilles tant des pêcheurs que des consommateurs.

Des territoires de la province du Tanganyika en RDC comme Kalemie et Moba ont manifesté une opposition farouche à la décision. A Uvira, c’était la ville morte le matin de ce jeudi 11 mai 2023. La société civile a accompagné les pêcheurs dans leurs revendications contre la mesure.

Au Burundi, les pêcheurs disent qu’ils ont été tenus à l’écart dans la prise de la décision. Dans l’enquête menée par Iwacu, ils soulignent que plus de 18 mille ménages ne vivent que de la pêche. Aucune séance de sensibilisation n’a été tenue à l’endroit de la population, les pêcheurs dans leur ensemble n’ont pas été associés aux discussions.

Ils regrettent le fait qu’aucune autorité responsable de la pêche ne se soit rendue sur terrain pour écouter leurs doléances sur une mesure qui les concerne directement.

Avec des explications techniques, ils dénoncent des pertes énormes qu’ils vont subir : « Les pirogues ne peuvent pas continuer de fonctionner après trois mois d’immobilisme. Les batteries non plus. Pourtant, nos techniques régulent déjà la pêche. Sur la période d’un mois, nous avons 19 jours de pêche et 11 jours de repos. Ainsi, au courant de l’année, nous avons 4 mois et demi de repos. C’est déjà beaucoup pour permettre aux poissons de se reproduire. » Contrairement aux autres Etats riverains du lac Tanganyika où les députés s’activent pour arrêter l’exécution de la mesure, les pêcheurs burundais dénoncent l’inertie de leurs représentants. « En Tanzanie et en RDC, les députés ont exigé des explications aux gouvernements, mais au Burundi ils ont gardé un silence total. »

En définitive, malgré les assurances du directeur exécutif de l’Autorité du lac Tanganyika au Burundi, qui demande aux pêcheurs de faire preuve de patience comme un agriculteur de pomme de terre « il sème et attend la récolte en trois mois. Qu’ils considèrent qu’ils vont semer le 15 mai pour récolter le 15 août 2023 », plusieurs facteurs concourent à surseoir à l’exécution de la décision. Monsieur le directeur exécutif, arrêtez de penser pour les pêcheurs, de faire à leur place et de dire aux autres ce qui est bien pour eux. Il faut plutôt les associer, les écouter et surtout les respecter…

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Jereve

    Un des reproches que je peux faire à l’autorité de la pêche, c’est de prendre des décisions de façon précipitée, imprévisible et non concertée avec les pêcheurs. Je m’imagine que ces périodes de suspension de la pêche peuvent être agendées au cours de l’année précédente, si bien que les pêcheurs savent en quoi s’en tenir quand la pause arrive. Il y aurait je pense moins de grincements de dents.
    Un autre conseil que j’aime donner à tous mes concitoyens c’est que dans notre situation d’instabilité financière congénitale, il faut avoir au moins deux métiers de telle sorte que si le métier principal s’arrête momentanément ou définitivement on puisse se rabattre sur un métier accessoire. Je m’imagine que ces pêcheurs sont aussi agriculteurs, qu’ils peuvent s’occuper de leurs champs en attendant la réouverture du lac. La même précaution est applicable aux autres tels que les étudiants qui terminent leurs études mais ne trouvent pas des jobs correspondant à leurs gros diplômes. Il faut si possible avoir toujours deux flèches à son arc.

  2. Jean Pierre Hakizimana

    J’ai l’impression que le problème en question, est une autre consequence liée à la surpopulation & la destruction de l’économie. Le lac qui se vide de sa bio-diversité du au nombre de pêcheurs qui augmente du au manque de travail dans d’autres secteurs(Destruction d’economies).

  3. Karabadogomba Melchior

    C’est vraiment terrible. Ils assoient dans leurs bureaux climatisés en attendant la fin du mois ou une mission pour empocher des montants colossaux, sans se soucier des citoyens qu’ils sont censés servir. Ici se pose un problème conceptuel : en agissant pour l’autre sans la participation de ce dernier, sont-ils conscients qu’ils sont en train d’agir contre l’autre ? Cela me rappelle ce qui s’appelle l’aide humanitaire…

  4. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« Gandhi avait l’habitude de dire : « Tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi ». Les responsables de l’autorité du Lac Tanganyika ont en effet pensé et décidé à la place des populations sans se référer à leurs avis… »
    2. Mon commentaire
    a). Il y a a peu pres une annee, un burundais a ete si maladroit qu’il a admis dans une interview qu’il s’aventurait jusque dans les eaux congolaises parce qu’il n’y avait plus de poissons dans le secteur burundais du lac Tanganyika. Donc une telle personne aurait du s’attendre que quelque mesure allait etre prise.
    b). Avec le role important que joue la peche dans la securite alimentaire et l’economie du Burundi, ca m’etonnerais si les autorites communales et provinciales de Bujumbura, Rumonge et Makamba, les compagnies d’assurances, les cooperatives ne parlaient pas de la problematique de la peche sur le lac Tanganyika.
    c). Malheureusent beaucoup de burundais (orpailleurs, conducteurs de taxi-velos/taxi-motos,…) sont dans le secteur informel et n’auront pas d’indemnite de chomage technique quand l’Etat prend certaines mesures (dans l’interet de nous tous?).
    d). Le Burundi doit s’associer aux autres pays dans la gestion des ressources naturelles du lac Tanganyika.
    « Article 15 : La cooperation dans l’amenagement des peches implique !’harmonisation des
    mesures de gestion avec celles des autres pays riverains du lac Tanganyika et
    d’autres lacs, y compris:
    – le controle de la capacite de peche ;
    – le controle de l’effort de peche;
    – la designation des espaces et des saisons interdits ;
    – la designation des engins prohibes… »
    https://faolex.fao.org/docs/pdf/Bur178915.pdf

    Ainsi, cet

  5. Kanda

    Monsieur le directeur exécutif, arrêtez de penser pour les pêcheurs, de faire à leur place et de dire aux autres ce qui est bien pour eux. Il faut plutôt les associer, les écouter et surtout les respecter…

    Une bonne plaidoirie. Le journalisme qui porte haut la voix du Peuple, c’est vraiment bien.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Pôle annonces

  • Il n'y a actuellement aucune annonce à afficher.

Online Users

Total 1 256 users online