Mardi 21 septembre 2021

Société

Assassinat d’un étudiant burundais à Moscou : « Il n’a pas été tué parce qu’il est Burundais »

30/10/2020 Commentaires fermés sur Assassinat d’un étudiant burundais à Moscou : « Il n’a pas été tué parce qu’il est Burundais »
Assassinat d’un étudiant burundais à Moscou : «  Il n’a pas été tué parce qu’il est Burundais »
Une marche vers le lieu de l'assassinat de Jolivet Makoroka

L’ambassadeur du Burundi en Russie estime que le jeune étudiant Jolivet Makoroka n’a pas été tué à cause de sa nationalité. Il a fait savoir que les enquêtes sur ce meurtre sont en cours.

« La police russe est en train de faire des enquêtes, elle ne nous a pas encore donné le rapport», confie Edouard Bizimana, ambassadeur du Burundi à Moscou.

Néanmoins, l’ambassade du Burundi en Fédération de Russie confirme l’assassinat de l’étudiant Jolivet Makoroka, 31 ans, à l’intérieur du campus à Moscou.

Elle explique que cet étudiant était porté disparu depuis jeudi dernier et que son corps a été retrouvé dimanche matin, non loin de son foyer universitaire.

La communauté burundaise de Russie s’est recueillie sur le lieu où l’étudiant Jolivet Makoroka aurait été assassiné ce mercredi, 28 octobre. Une marche silencieuse a été aussi faite par l’ambassadeur du Burundi à Moscou, il était en compagnie du recteur de l’Université d’État de Construction de Moscou, où cet étudiant assassiné suivait une formation. C’était pour se recueillir à l’endroit où son corps sans vie a été retrouvé.

Jolivet Makoroka de son vivant

Des discours ont été prononcés après les dépôts des gerbes de fleurs. « Il n’a pas été tué parce qu’il était Burundais, il était au mauvais endroit au mauvais moment », a soutenu l’ambassadeur Edouard Bizimana. Et d’exiger de la lumière sur sa mort. Le vice -recteur de l’université d’État de Construction de Moscou a décrit Jolivet Makoroka comme un étudiant sérieux et travailleur.

L’Ambassade du Burundi en Russie a annoncé la mort de cet étudiant le 25 septembre. Pour rappel, en 2019, un autre étudiant burundais, Prosper Harerimana, avait été assassiné dans ce pays. L’ambassadeur Bizimana regrette que les résultats de l’enquête sur son assassinat ne lui ont pas encore été communiqués jusqu’ici.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 553 users online