EN

Société

La restauration des grandes écoles, parmi les priorités

29/10/2020 Cressia Dushime Commentaires fermés sur La restauration des grandes écoles, parmi les priorités
La restauration des grandes écoles, parmi les priorités
Vue partielle des participants

Clôture de deux jours de retraite des jeunes intellectuels, ce mercredi 28 octobre 2020. Des recommandations ont été apportées par ces jeunes, à l’issu des travaux en groupes. Une d’entre elles, la restauration des grandes écoles au Burundi.

La mauvaise qualité de formation a été le point saillant des contraintes avancées par Déogratias Niyonkuru, conseiller à l’association Adisco Burundi (Appui au développement intégral et la solidarité sur les collines). C’était au cours de son exposé, il en appelle au rétablissement des grandes écoles d’ingénieurs.

Selon lui, les pays développés ayant pratiqué le système LMD (licence-master-doctorat) ont gardé les institutions d’enseignement supérieur. « Cette question de la formation est grave », a regretté ce conseiller à l’association Adisco Burundi.

Il a exhorté le président de la République à tout faire pour qu’il y ait une école d’ingénierie agronome, une école d’ingénierie civile et une école de médecins, « Le pays ne doit pas garder des médecins bacheliers », a ajouté Déogratias Niyonkuru.

Les jeunes présents à cette retraite écoutaient les propositions résultant des longues heures passées à élaborer les projets et les actions à prioriser. Attentifs, les yeux remplis d’une lueur d’espoir, ils suivaient cette restitution.

Astère Manirakiza, docteur cancérologue, a salué l’initiative de cette retraite. Béni Bokim Nihoze, entrepreneur et étudiant abonde dans le même sens.
Toutefois, ce dernier a demandé que le comité de suivi des projets des jeunes soit dépourvu de toute forme de favoritisme, tel que le président l’a annoncé dans son discours de clôture.

A côté des 56 recommandations faites, les jeunes ont jugé bon que des incubateurs de projets issus du secteur privé soient mis à leur disposition, et ont appelé le gouvernement à faire le suivi.

En outre, promouvoir le « Made in Burundi », initier la jeunesse à l’information commerciale et l’assurance agricole seraient des stratégies judicieuses pour pallier au scepticisme lié au financement des projets chez les jeunes entrepreneurs.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Traduire les paroles en actes

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Traduire les paroles en actes

A Karusi lors de la clôture de la semaine dédiée aux héros de la lutte pour la paix et la démocratie, le Président a encore déclaré la guerre à la corruption : « Nous n’allons en aucun cas tolérer les (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 280 users online