Dimanche 07 mars 2021

Santé

Allaitement, rempart contre des maladies pour la maman

02/02/2018 Clarisse Shaka Commentaires fermés sur Allaitement, rempart contre des maladies pour la maman

Une étude américaine vient de prouver qu’allaiter pendant au moins six mois réduit à 47 % le risque de développer le diabète pour la mère. Et bien d’autres maladies graves, à en croire un gynécologue.

Le gynécologue Salvator Harerimana affirme que l’allaitement prévient le cancer du sein, de l’ovaire et de l’utérus.

« Nous avons constaté un lien très fort entre la durée d’allaitement et une réduction du risque de développer un diabète de type 2, après avoir pris en compte tous les facteurs prédisposant à cette maladie», révèlent les chercheurs associés aux universités du Minnesota et de l’Alabama.

Leurs travaux ont été publiés, le 16 janvier dernier, dans le « Journal of american medical association(JAMA) ». Une étude qui a duré 30 ans. D’après ces enquêteurs, les résultats sont valables pour toutes les femmes, quelle que soit leur origine ethnique.

Le gynécologue Salvator Harerimana affirme qu’allaiter prévient bien d’autres maladies : « Une femme qui allaite dépense de l’énergie allant autour de 700 à 800 kilocalories. Ce qui contribue à une perte pondérale qui prévient nombre de maladies liées à l’excès de poids : diabète, hypertension, etc. » Au cours de la grossesse, explique-t-il, certaines femmes développent un diabète « gestationnel ». Elles ont ainsi plus de risque de devenir diabétiques plus tard. « Nous leur recommandons un allaitement exclusif. »

Prévention des cancers gynécologiques

Dr Salvator Harerimana assure que l’allaitement maternel contribue à la réduction, à un certain pourcentage, des cancers gynécologiques, tels le cancer de l’ovaire, du sein et de l’utérus. « Des études ont démontré que l’allaitement a un lien direct avec la diminution du risque d’attraper ces cancers ».

Par quel mécanisme ? Selon ce gynécologue, ces trois cancers sont hormonodépendants. Au moment de la période d’allaitement, les œstrogènes, hormones qui régulent le cycle menstruel, sont moins produites. Or ces hormones sont incriminées dans la genèse des cancers gynécologiques. Leur présence en faible quantité au moment de l’allaitement prévient donc ces cancers.

De surcroît, les femmes qui allaitent ont une augmentation de la densité osseuse, ce qui prévient l’ostéoporose (fragilisation progressive des os) qui survient surtout pendant la ménopause. « Cela prévient donc les fractures spontanées liées à la fragilité des os.»

Dr Harerimana évoque un autre avantage de l’allaitement surtout pendant les six premiers mois : moins d’œstrogènes, pas d’ovulation et donc pas de fécondation. « Mais certaines conditions doivent être respectées pour que cela marche : il faut que l’enfant soit nourri exclusivement du sein pratiquement toutes les 4h ».

Enfin, l’allaitement permet une stabilité psychologique, psychique et émotionnelle de la mère de par le contact charnel avec son bébé.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

« Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

Online Users

Total 1 179 users online