Culture

Alfred et Bernard ne jurent que par Rio

29/09/2017 Abbas Mbazumutima 5

Invités au Brésil au grand festival de musique labélisé Rock in Rio, les chanteurs burundais tradi-modernes, Alfred et Bernard avec leur arc musical, « Umuduri », ont porté haut les couleurs du pays. Ils sont rentrés, ce mercredi 27 septembre.

Alfred et Bernard : «Nous étions des VIP à Rio, avec un protocole et un véhicule à notre disposition.»

Ils n’en reviennent pas. Ils restent rêveurs, difficiles de mettre les pieds sur terre. Pour ces anciens musiciens ambulants, ce festival reste de tous les superlatifs avec les légendes du Roc et les stars de la Pop se succédan sur scène. «Imaginez un festival avec comme tête d’affiche, Alicia Keys et Justin Timberlake. Imaginez l’effet que ça peut faire de jouer pour environ 80 mille spectateurs avec toutes ces lumières des projecteurs brillant de mille feux», s’extasie Bernard Ndorimana avant de vérifier un message sur son Smartphone flambant neuf.

Il s’est fait des boucles d’oreilles et un peu de teinture dans ses crêtes. Moi, explique Alfred Nyandwi, c’est surtout la sono HD (haute définition) qui m’a laissé sans voix. «Quand je touchais mon instrument, les enceintes acoustiques résonnaient avec une intensité incomparable. C’est mille fois Primusic. Si on nous amène ce ’’matos’’ à Bujumbura, j’ai l’impression que ceux de Gitega pourrait danser de la musique jouée ici. Je vous le jure», s’exclame Alfred Nyandwi d’un air taquin, les yeux écarquillés.

«Nous étions des ambassadeurs du Burundi à Rio»

Il relate : «Nous avons un peu voyagé avec notre ’’Umuduri’’ et joué même en Chine mais ce que nous avons vu à Rio, c’est inimaginable. C’était pour la première fois ou peut-être la dernière fois que nous nous retrouvions sur un très grand podium d’un festival à vous couper le souffle».

Et de revendiquer : «Il faut que nous ayons nous aussi un festival international de musique, il faut que notre ministère de la Culture apprécie à leur juste valeur les musiciens, fasse tout pour leur promotion. A Rio, ce n’était pas Alfred et Bernard mais le Burundi».

Selon Bachir Dia, producteu de ce duo tradi-moderne, ces jeunes ont forcé l’admiration du public. Le Brésil est le pays du ’’berimbau’’, un arc musical avec une seule calebasse, probablement venu d’Afrique avec l’esclavage. «Notre instrument, ’’Umuduri’’ avec ses trois calebasses est son ancêtre.

Il y a eu une improvisation avec un joueur de ’’berimbau’’ et les gens ont beaucoup apprécié le mélange», assure ce producteur.

Il se dit panafricaniste : «C’est mon devoir de promouvoir la musique africaine. Le Burundi a eu sa place dans ce grand festival mondial. Nous avons fait des contacts intéressants et il y a des projets prometteurs. C’est une grande ouverture pour Alfred et Bernard. Ils ont porté haut les couleurs du pays.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Mkubwa

    Bravo à nos freres! Ariko aho abazungu batugayire nuko iyo duteye imbere akaranga kacu duca duta. Uririmba ibijanye n’akaranga wategerezwa kuguma uri naturel, kuva ku mishatsi, inyambaro, imvugo,…

    None ko batanguye kwihinduza imishatsi batobora n’amatwi bagiye guta agaciro. Aho rero sindababeshe. Kwa heli.

  2. Inyishu

    Ko batagumye yo?? abakunda igihugu cabo bariho kandi ni benshi.

  3. NZORIGENDA Pierre

    Hariya nta korosi ririyo!

  4. Gacece

    @Mambo
    Ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent wā kajûjú we nǎwe!

  5. Mambo

    None mwagarutse mu Burundi gukora iki mwatujuju mwe ntimube mwarabuze aho mukatira? ?

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 354 users online