Mercredi 08 décembre 2021

Société

Albert Shingiro : « Mettre fin au travail clandestin dans les pays du Golfe »

Albert Shingiro : « Mettre fin au travail clandestin dans les pays du Golfe »
Signature de deux accords sur la mobilité de la main d’œuvre et le travail domestique entre le Burundi et l’Arabie Saoudite.

Le ministre des Affaires étrangères est satisfait de l’accord signé avec Riyad. Désormais, il existe un cadre légal pour protéger les jeunes qui vont travailler dans ce pays. Après l’Arabie-Saoudite, M. Shingiro espère signer des accords avec d’autres pays.

Par Antoine Kaburahe et Agnès Ndirubusa

« Nous sommes détenues dans un pays du Golfe, nous n’avons aucune assistance, ils nous ont pris nos passeports, aidez-nous… » Ce sont les cris de détresse que nous avions l’habitude d’entendre sur les réseaux sociaux. Des jeunes, des femmes pour la plupart, parties tenter leur chance dans les émirats arabes, l’Arabie Saoudite, etc. Faute de protection, elles se faisaient exploiter. D’autres, considérées comme illégales, étaient arrêtées dans des conditions humiliantes. Le ministre Shingiro doit avoir entendu ces cris et c’est tout à fait à son honneur. Il est parvenu à signer un accord avec tout d’abord l’Arabie-Saoudite. Très heureux, il a confié à Iwacu : « Ce qui m’a poussé à m’investir dans la signature de ces accords c’est avant tout la protection légale et sociale de nos jeunes qui partaient jusqu’ici dans ce pays à la recherche de l’emploi, sans aucune protection légale et sociale. Ces accords vont mettre fin à la clandestinité et aux abus dont certains de nos jeunes étaient victimes », a dit le ministre des Affaires étrangères.

Ainsi, grâce à ces accords, «  la mobilité de la main-d’œuvre et le travail domestique» seront encadrés. M. Shingiro reconnaît qu’il est normal que des jeunes partent tenter leur chance ailleurs, « nous voulons ouvrir des opportunités de travail à notre jeunesse qui représente 60% de la population. »Encouragé par l’accord avec Riyad, le ministre burundais espère signer des accords « avec d’autres pays du Golfe ».

Mais concrètement, qu’est-ce que ces accords vont changer pour les jeunes travailleurs dans ce pays ? M. Shingiro énumère plusieurs avantages dont une protection « légale et sociale », la possibilité pour « les travailleurs d’ouvrir un compte bancaire », etc. Ces accords sont une excellente avancée dans la lutte contre le travail clandestin pour tous ces jeunes qui étaient jusqu’ici des proies faciles pour les exploitants de la misère.

Pour rappel, depuis 2017, selon les données de l’OIM, plus de 1 000 personnes ont été identifiées et assistées comme victimes de la traite des êtres humains. Ces migrations clandestines sont principalement constituées de femmes, de filles et d’enfants à destination essentiellement des pays du Golf (Oman, Arabie Saoudite, Qatar, Koweït…)

Le cas le plus récent est celui de Buterere en décembre 2020. Une maison close a été découverte par la police. Un trafiquant avait caché 101 femmes en partance vers les pays du Golfe…


>>Réactions

Fenadeb : « La vulgarisation de ces accords pour éviter d’autres départs clandestins »

Le collectif des associations qui œuvrent pour le respect et la défense des droits de l’enfant au Burundi Fenadeb se réjouit de la signature des deux accords qui va assurer la protection des jeunes filles et garçons qui vont en Arabie Saoudite à la recherche du travail. « Il s’agit d’un bon cadre de mobilité de la main-d’œuvre. Le gouvernement va pouvoir assurer un suivi de tout Burundais qui se rend dans ce pays. Ce mécanisme va pouvoir soulager, améliorer et protéger ceux qui y migrent », a indiqué Ferdinand Simbaruhije, secrétaire général de la Fenadeb. Il demande que de tels accords soient signés avec d’autres pays du Golfe qui sont intéressés par la main-d’œuvre burundaise ainsi que les autres pays comme la Tanzanie et la République démocratique du Congo. Il souhaite également la vulgarisation de ces accords dans tout le pays pour éviter d’autres départs clandestins.

ONLCT où est ton frère : « Signer aussi avec Oman, le Qatar, le Koweït…»

L’Observatoire national pour la lutte contre la criminalité transnationale parle de « satisfaction et félicite le gouvernement. » Il espère que la signature de ces deux accords permettra la diminution des flux migratoires clandestins et favorisera la promotion de l’emploi du travailleur migrant burundais. En outre cette opportunité d’emploi pourrait être une solution durable au problème de pauvreté et de chômage dont sont victimes les jeunes en particulier. Maître Prime Mbarubukeye, président de l’ONLCT demande au gouvernement burundais de signer de tels accords avec les autres pays du Golfe qui recrutent cette main-d’œuvre. Il souhaite que les informations sur les opportunités de travail dans ces pays soient diffusées pour permettre aux jeunes burundais intéressés de faire un choix.

Le rapport des États-Unis note d’importants progrès du Burundi dans la lutte contre la traite des personnes

Dans son rapport sur la traite des personnes publié jeudi 1er juillet 2021, le Département d’État des États-Unis d’Amérique a annoncé que le Burundi a fait des progrès considérables dans la lutte contre la traite des êtres humains.

Le rapport indique que le Burundi a réussi à passer de la classification de la liste de surveillance de niveau 3 à celle de niveau 2. Le Burundi fait désormais partie des pays dont les gouvernements ont fait des efforts considérables pour respecter les normes minimales pour l’élimination de la traite des êtres humains, même s’ils ne se conforment pas encore totalement aux normes minimales. C’est la première fois que le Burundi monte dans ce classement.

Selon le rapport, le Burundi est un pays source de la traite des êtres humains, où les trafiquants exploitent des victimes nationales et étrangères dans le pays, ainsi que des Burundais de l’étranger. Adultes et enfants peuvent être contraints au travail forcé, à la servitude domestique, à la prostitution et à d’autres formes d’exploitation sexuelle dans toute la région et dans le monde. Selon les données de l’OIM, plus de 1 000 victimes de la traite des êtres humains ont été identifiées et assistées au Burundi depuis 2017.

Au cours de l’année 2020, le gouvernement du Burundi a posé quelques actes encourageants. Le ministre de l’Intérieur a noté lundi 13 septembre 2021 à l’Assemblée nationale lors de l’adoption du projet de loi sur l’immigration l’augmentation des enquêtes et les poursuites concernant les infractions présumées liées à la traite. Il a également évoqué plusieurs condamnations des trafiquants.

L’Organisation internationale pour les migrations, OIM a salué ses efforts notamment celui en matière d’assistance des victimes. Le pays a également institutionnalisé la formation à la lutte contre la traite des êtres humains pour les agents de la force publique, les procureurs et les fonctionnaires judiciaires.

En outre, le gouvernement du Burundi a développé et mis en œuvre le tout premier système national de collecte de données sur les efforts des forces de l’ordre pour combattre la traite des êtres humains et a formé les procureurs, les fonctionnaires judiciaires et les forces de l’ordre à son utilisation. Cette avancée a été rendue possible grâce à l’engagement du gouvernement et au leadership du comité ad hoc interministériel de lutte contre la traite des êtres humains. Ils ont été soutenus par l’OIM, d’autres agences des Nations Unies et des organisations de la société civile, notamment des organisations non gouvernementales.

Malgré ces progrès, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la prévention, la protection et les poursuites dans le pays. A cette fin, l’OIM collabore avec le gouvernement du Burundi et son comité ad hoc pour finaliser les procédures opérationnelles standard et développer un mécanisme national d’orientation pour identifier et orienter les victimes vers les services appropriés.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Newman

    Bravo ♪♪ au Gouvernement du Burundi d’avoir toujours soucis à ses peuple plus particulièrement aux jeunes (femmes/hommes) qui partaient pour les pays de golfe. C’est un cadre assez encourageant qui va de même que le dévelopement du pays. Le terme Letanvyeyi n’est pas seulement un mot à prononcer mais aussi un travail rentable pour sa population. Salut

  2. Kimeneke

    Abarundikazi murazi amabi mukorerwa mubarabu ariko ntimuhaha. Mumeze nkumuntu ajagukorera shetani ngo azomuhemba.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 3 902 users online