Samedi 18 septembre 2021

Archives

Affaire « Zebiya », de Businde à Bwiza : le SNR ne lâche rien

14/01/2014 11

Des adeptes de Zebiya ont été arrêtés le week-end passé à Bwiza. Le Service National de Renseignements semblait être à la recherche de la « prophétesse ».

Le SNR semblait être à la recherche d’Eusébie Ngendakumana, dit Zebiya ©Iwacu
Le SNR semblait être à la recherche d’Eusébie Ngendakumana, dit Zebiya ©Iwacu

Six adeptes d’Euzébie Ngendakumana, dite Zebiya, ont été appréhendées samedi soir sur la 2ème avenue dans la commune urbaine de Bwiza par le Service National de Renseignements. Selon Télésphore Bigirimana, le porte-parole du SNR, ces personnes, parmi lesquelles figurerait Zebiya elle-même, font l’objet d’une enquête de routine. Il indique cependant que l’identification de ces personnes est en cours, sans préciser qu’Euzébie Ngendakumana en fait partie.
Pourtant, d’après Dieudonné, un des fidèles de Businde, une quinzaine de personnes y ont été arrêtées. Huit femmes, quatre garçons, dont un policier qui se trouvait devant la maison, et trois jeunes filles. Tous sont amenés pour interrogatoire dans les locaux du SNR. «On nous a amenés à la documentation, près de la cathédrale », indique Laurence Niyonkuru.
Originaire de Kayanza, près de Businde où elle va prier régulièrement, cette jeune fille déclare qu’elle était venue à Bujumbura pour faire soigner son neveu, et qu’elle a été hébergée dans la maison de Bwiza. C’est elle qui est confondue avec Zebiya lorsqu’ils sont arrêtés. « A la Documentation, on me montrait plusieurs photos de Zebiya en m’affirmant que c’est moi. On a même pris des photos instantanées de moi pour les comparer avec celles de Zebiya », confie Laurence, qui continuait à nier.
D’après elle, elle sera relâchée dans l’après-midi du lendemain, plus tard que les autres qui sont rentrés le matin. « Plusieurs dignitaires sont venus me voir, nombreux disant que je suis Zebiya. C’est le ministre Edouard Nduwimana qui m’a identifié comme n’étant pas elle. »
Pour Me Fabien Segatwa, cette arrestation est incompréhensible. « Si la prière a été interdite sur le site de Businde, pourquoi aller arrêter des personnes qui priaient à Bwiza » se demande cet avocat, qui a fréquenté le site interdit. Surtout que, ajoute-t-il, même prier à Businde n’est pas une infraction en soi. Me Segatwa se pose donc la question de savoir de quoi Zebiya est accusée pour être ainsi recherchée.

Des fidèles prêts à tout…

La répression contre les adeptes de Zebiya a plutôt diminué d’intensité, ces derniers jours. Entre mars et avril 2013, neuf adeptes de Zebiya ont été tués sur le site de Businde, dans des heurts avec la police qui avait interdit les prières. Une cinquantaine d’autres avaient été blessés. A Pâques, une quarantaine d’adeptes avaient été arrêtés au même endroit, puis condamnés à des peines allant de six mois à trois ans de prison. Le 12 avril près de 200 adeptes ont été arrêtés, alors qu’ils se rendaient sur la même colline, comme chaque 12 du mois, date à laquelle il y aurait eu des apparitions de la Vierge Marie. Une procédure d’urgence les a aussitôt condamnés à de lourdes peines (entre six mois et cinq ans de prison ferme).
Euzébie Ngendakumana avait déclaré qu’elle n’entend pas persuader ses adeptes de renoncer au culte à Businde, mais de demander à ceux qui s’y rendent de prier pour l’Eglise et le gouvernement afin que la tension soit apaisée.
Que ce soit la mort d’une dizaine de leurs compagnons tués par la police ou des condamnations à de lourdes peines de prison, absolument rien ne semble aujourd’hui pouvoir arrêter les adeptes de Zebiya. Ils continuent à se rendre à ce site, tous les 12 du mois, quitte à braver la police.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. Leopold NZORIJANA

    Orly! nta soni gutuka Yezu:Yezu yazize kugamburukira abategetsi cobo: abantu bari bamwizgiye ko aje kubakurako umuzigo wa gikoloni w’abaromani mugabo nawe akabategeka ati ahubgo rushirizaho gutanga ikori!!Ahanini ico nico yazize. None muri Bibiliya wonyereka koko ko yagambararira abategetsi,iconzi n’uko ata recensement yigera asiba..

  2. Dr KABWE

    Nimbe koko Zebiya ari umukirisukazi, ntaziko ibitabo vyeranda bivuga ko dutegerezwa kwubaha amategeko yabadutwara kuko ubutegetsi bwose buva kumana, cane cane ko nubu bwacu bwatanzwe n’Imana data rugira vyose mukudukurako intambara, ivyo wobibaza abatuye mukarere kaberamwo imirwano cane cane k’IMBO. Nimbe asenga koko vyukuri ntiyoja kumavi Imana ikazomuhindurira abategetsi ba Ctholique et b’igihugu. Nsaba ko nimbe ashaka gushinga idini, nagikore areke gutukisha Eglise mère des autres” Notre Catholique” yagenewe bose kandi y’abatumwa atari abagumutsi. Ubutegetsi buhige mumutekano, vyumwihariko uyo mugumutsikazi wobeshera Mazu arahisha = MAZARAHISHA. Abo ba Avocat du diable nabo bamuhenda, bateshwe bate Catholique si association yoroshe gukindiramwo.

    • orly

      oya sukutubaha inzego mbe yezu uravye mubitabo vyeranda yarubaha inzego zimubuza kuvuga ubutumwa bwawamutumye

    • Mwaro

      dr kabwa, ndubaha dr ariko jewe umuntu atihanganira ivyuwundi ndamutinya, mbe kuki ushaka kuba umugatorika gusumba papa? mbe ga zebiya asangiye igisabisho nabamuyoboka akaba atabwira ativa kuri gatorika bitwaye iki? mbega uvuze ngo twubahe abadutwara ukaba uzi ko abapatiri bamwebamw batsemvy mu Rwanda iyuba hafi waca ubafasha ngo nabarongozi?
      Kuzi gatorika ifise amasakarampentu wigeze wumva zebiya atanga numusi umwe isakaramenu ngo duhezee data tumwagirize ko yigize indongozi? None ashoboye kwegeranya abantu bagasangira igisabisho ho ni caha?
      oya nawe

  3. Iteka

    muhamahoro yemwe none inyigisho ziwe kwatawe azihatirako bitwayiki?
    Mbe Zebiya yigisha gusa hamwe nimbonerakure zikubita uwanse kuja mumugambwe uri kubutegetsi kunguvu canke zikica ngo mama ntibasangiye umugambwe, mwbira uwo SNR ikwiye kwirukako. Zebiya? Imbonerakure?

  4. Mahoro

    Ariko birababaje, none ko ibwirizwa nshingirorirekura ko umuntu yemera uko ashaka, ZEBIYA mumuhora ko ari umurundikazi? Ko aba patiri bera baje bakigisha, Kibangiste ikaba iri aho, ivyabona vya Yehovah uko, ahumbwo uwozana ivyabona vya ZEBIYA. Mworoshe amashe Imana. None uwotangura kwigisha KIRANGA KIRUMWERO mwomurwanya! Murondera ingorane aho zitari, ngira bizohinduka kuko ntaco azira,…

  5. Rukundo

    Mbe uwo mwigeme ao bamwitiranya na Zebiya ntibabe baramusaba karanga muntu.
    Ivyi Burundi nibirori, iyo service de renseignement ntigira icikora, baguma bahohotera abantu jewe mbona ata kintu cingirakamaro bakora.

  6. Mudy

    Hahaha.Oui Mr edouard connaissait bien Zebiya.
    Il ne peut pas se tromper sur elle parce que lui aussi se rendait souvent à businde pour prier.

  7. C’est dommage ce que fait notre documentation nationale. On dirait qu’elle n’a pas de travail alors que les Imbonerakure tuent en peu partout sous l’œil complaisant de celle-ci. Laissez les gens prier. Zebiya n’a tué personne. Il y a beaucoup d’autres sectes à Bujumbura qui créent le désordre.
    Encore une fois, laissez les gens prier. si vous avez fermer Businde, pourquoi les poursuivre partout?

  8. Madibori

    uwo zebiya nibamureke ahubwo bakwiye kumwegra agafasha mukurondera amajwi ya 2015

  9. Kimeneke

    Mbe Zebiya atwaye iki ko atamuntu yishe canke mwanka yuko abantu bamukurikira kumwe kwa Yesu kristo ??? SVP reka abantu bamukurikire kuko sibijuju none mugiye gutegeka même la vie privé

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 183 users online