Vendredi 15 octobre 2021

Archives

130 vaches distribuées pour appuyer l’élevage dans Bujumbura-rural

05/05/2013 Commentaires fermés sur 130 vaches distribuées pour appuyer l’élevage dans Bujumbura-rural

En compagnie du coordonnateur du Programme Transitoire de Reconstruction Post Conflit (PTRPC), la ministre de l’Agriculture et l’Elevage, Mme Odette Kayitesi a procédé ce vendredi 8 mars 2013 à la distribution de 130 vaches laitières de race frisonne croisée dans les communes d’Isale et de Mubimbi de la province de Bujumbura. En tout, 230 vaches seront distribuées par ce projet dans les deux communes. Et chaque vache a une valeur de 1.300.000Fbu.

<doc7409|right>« Le Programme Transitoire de Reconstruction Post Conflit (PTRPC) vise à régénérer les moyens d’existence du milieu rural, de reconstruire le capital social, y compris la réhabilitation de la dignité humaine et la restauration de la sécurité alimentaire chez les pauvres et les vulnérables », indique Damase Ntiranyibagira, coordonnateur du projet. Il rappelle que la province de Bujumbura-rural a été un terrain de combat pendant plusieurs années, par conséquent presque toutes les vaches voire le petit bétail ont été soit volés ou soit vendus. En ce qui est du choix des bénéficiaires, M. Ntiranyibagira indique qu’ils ont été choisis par les CDC (comité de développement collinaire). « Etre aptes à pratiquer l’élevage, avoir une propriété d’au moins un demi hectare, avoir planté des plantes fourragères,… », sont quelques critères de choix selon le coordonnateur.

<doc7407|left>La vache : un bien pour renforcer la cohésion sociale

Présente lors de cette distribution, la Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Mme Odette Kayitesi signale que cette distribution aux plus pauvres servira à renforcer la cohésion sociale via la chaîne de solidarité communautaire. Avec la production de lait, l’utilisation du fumier, précise-t-elle, la production agricole, la nutrition et les revenus vont s’améliorer. Et par conséquent, poursuit-elle, le niveau de vie va s’améliorer. Etant tout près du marché d’écoulement particulièrement la ville de Bujumbura, la Ministre Odette Kayitesi demande à la population de Bujumbura-rural d’en profiter pour augmenter la production. Elle leur rappelle que ces vaches sont un bien communautaire et qu’elles doivent être entretenues de façon exemplaire et suivies par la communauté, la commune et les techniciens vétérinaires de la Direction provinciale d’Agriculture et d’Elevage.

A Hamed Haidara, Directeur Pays et Représentant du FIDA au Burundi de faire remarquer qu’avec la consommation du lait, l’état de santé, surtout des mères et des enfants va s’améliorer. Il ajoute aussi qu’avec la commercialisation du surplus en lait, les bénéficiaires de Bujumbura-rural pourront avoir des revenus plus importants leur permettant de réaliser d’autres projets pour leurs besoins familiaux, tel que l’éducation de leurs enfants, l’amélioration de leur habitat, etc…

Il signale que cette action entre dans le cadre de la mise en œuvre du PTRPC, comme aussi d’autres projets financés par le FIDA, pour lutter contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. C’est même dans ce cadre, précise-t-il, qu’on a pensé à la province de Bujumbura qui a été pendant longtemps, une zone de conflit armé avec comme conséquences : la pauvreté, la malnutrition et la destruction des infrastructures rurales. Hamed Haidara demande aux bénéficiaires et l’entourage d’en profiter davantage pour améliorer leurs conditions de vie.

<doc7408|right>Un appui venu à point nommé

Dieudonné Mukeshimana, un homme marié âgé de 30 ans, marié et père de quatre enfants, de la colline Mageyo, commune Mubimbi, un des bénéficiaires ne trouve pas les mots pour décrire son émotion. « Je me sens très content. Voilà, je viens de recevoir une vache très grosse et en bonne santé. C’est la joie pour moi et toute ma famille et je promets de faire tout pour bien l’entretenir ». Très souriant, cet homme remercie le Gouvernement du Burundi et le FIDA d’avoir pensé à cette province.

Un kit de médicaments d’accompagnement a été distribué à la même occasion. Il s’agit du butalex (un flacon pour cinq bénéficiaires), de l’oxytetracycline 20% (un flacon par bénéficiaire), de la novalgine (un flacon par bénéficiaire), de la pénicilline-Streptomycine (un flacon par bénéficiaire), albendazole /nilzan (deux bolus par bénéficiaire), acaricide (2 flacons par bénéficiaire).

D’autres produits donnés sont : une seringue et aiguille (par bénéficiaire), un thermomètre digital (par bénéficiaire), une pompe d’aspersion en plastique à usage vétérinaire (un pour dix bénéficiaires),un bloc à lécher de 5kg (un bloc par bénéficiaire) et des aliments concentrés d’allaitement et d’entretien (deux sacs de 40 kg par bénéficiaire).

Signalons que le Programme Transitoire de Reconstruction Post Conflit (PTRPC) est un projet de développement rural destiné à appuyer la reconstruction des provinces de Bujumbura-rural, Bururi et Ruyigi. Il est financé à hauteur de 35,85 millions USD dont 16,36 millions USD du FIDA, 10 millions USD de l’OPEP, 6,276 millions USD du Fonds Belge de Sécurité Alimentaire (FBSA), 2,837 millions USD du Gouvernement du Burundi et 0,37 millions USD par les bénéficiaires.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 025 users online