http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Santé

VIH Sida : les médias ont aussi un rôle à jouer

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le Sida, un atelier média a été organisé par le Programme Nationale de Lutte contre le Sida(PNLS), jeudi 19 novembre, à la maison de la presse.

Raphaël  Nshimirimana, chargé du service de prévention au PNLS

Raphaël Nshimirimana, chargé du service de prévention au PNLS

Avec un taux de séroprévalence de 1,7% chez les femmes contre 1% chez les hommes et 0,8% chez les jeunes filles de moins de 24ans contre 0,2% chez les jeunes garçons de moins de 24 ans, la population féminine reste la plus infectée par le VIH Sida. Les travailleuses de sexe sont toujours à risque avec un taux de 22,5%.

C’est sous le thème «Mettre fin à l’épidémie du VIH pour contribuer au développement durable» que sera célébrée la journée mondiale de lutte contre le Sida. Malgré des avancés remarquables dans ce combat, les défis demeurent : 23,03% de probabilité de risque de la transmission de la mère à l’enfant (TME), le manque d’implication des organisations confessionnelles, la persistance des barrières culturelles, peu de structures d’encadrement des jeunes, etc.

«Les médias doivent fortement sensibiliser le public sur le VIH. Ils disposent d’un potentiel non négligeable dans l’inculcation de la société», martèle Raphaël Nshimirimana, chargé du service prévention à la PNLS. Et d’ajouter que les professionnels des medias doivent développer des émissions de qualité pour sensibiliser.

Dans un débat houleux qui s’en est suivi, les journalistes présents ont demandé d’être constamment informés sur les nouvelles stratégies de lutte contre le Sida. «Cela peut nous aider à créer des émissions interactives », a suggéré un participant.

Plusieurs activités ont été organisées pour accompagner la célébration de la lutte contre le Sida qui sera célébrée le 1 décembre dans la commune Gitanga à Rutana.

  2   Vos commentaires
  1. turagisangiye

    il faut ajouter ausssi que les jeunes sont aussi les plus touché parce que ils sont hanté par une pauvreté qui devient de plus en plus insuportable et les pousse à faire n’importe quoi pour s’en sortir! il faut donc songer à créer beacoup d’emploie pour donner plus d’occupation aux jeunes et comme ça le temps de contracter le VIH sera réduit

    • Amurani

      « Avec un taux de séroprévalence de 1,7% chez les femmes contre 1% chez les hommes et 0,8% chez les jeunes filles de moins de 24ans contre 0,2% chez les jeunes garçons de moins de 24 ans, la population féminine reste la plus infectée par le VIH Sida. Les travailleuses de sexe sont toujours à risque avec un taux de 22,5%. »

      Ces statistiques c’est au niveau du Burundi ou c’est au niveau mondial?

Publicité