Société

Un grand Professeur nous a quittés

20/04/2018 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur Un grand Professeur nous a quittés
Un grand Professeur nous a quittés
RIP M. le Professeur

Le Professeur Joseph Katihabwa est décédé ce jeudi 19 avril 2018 à l’âge de 75 ans. Chimiste de formation, il était parmi les premiers étudiants de l’Université Officielle de Bujumbura. Il avait commencé à enseigner à l’Université du Burundi en 1970.
La première fois que j’ai rencontré le Professeur Joseph Katihabwa, c’était en avril 2016 chez lui dans la zone Rohero. Le Groupe de presse Iwacu préparait un dossier sur le système éducatif burundais pour son Magazine mensuel.

Assis dans son salon, il était en train de prendre son petit-déjeuner : pâte de blé, lait et quelques fruits. Je m’attendais à trouver un vieil homme vautré dans son fauteuil mais j’ai trouvé un «jeune homme» dynamique malgré sa maladie survenue huit ans auparavant.
Son laptop à portée de main, son téléphone portable dernier cri à côté de lui, le chimiste suivait des informations qui passaient en boucle sur son écran plat. «Je m’informe et j’informe les autres», me disait-il.

Durant plusieurs mois, après notre rencontre, il m’écrivait des messages sur WhatsApp : des informations sur le Burundi, un article sorti par un médium quelconque, une nouvelle découverte en chimie ou en physique, un article sur le fonctionnement du cerveau, des articles scientifiques,…
Il essayait de m’expliquer mais la plupart du temps je ne comprenais pas tout. Il a arrêté de me les envoyer après un certain temps. Peut-être qu’il a vu que je suis nul en sciences.

Ses messages m’ont quand-même manqué. Je me souviens qu’en utilisant Google earth, il m’a montré sa colline natale à Matayinyana en commune Ryansoro, son ancienne école primaire, mon lieu de travail, son domicile, … «Ce sont des outils que les jeunes devaient exploiter». Comme mauvais souvenir, il avait été marqué par la mort de sa mère en 1953, de son épouse en 1982, de sa sœur et de son frère dans les années 90.

Repenser le système éducatif

Pour ne pas rester inactif, il avait décidé de mettre tous ses cours online sur le site de l’Université du Burundi. «Mon souci est de faire profiter aux étudiants mes cours. Je les actualise afin d’y insérer des nouvelles découvertes.» Pour lui, il fallait repenser le système éducatif en utilisant beaucoup plus les nouvelles technologies d’information et de communication.

Joseph Katihabwa se disait triste de la dégringolade de l’Université du Burundi (U.B). «Des étudiants étrangers venaient étudier au Burundi parce que la qualité était meilleure».
D’après lui, l’U.B a commencé à décliner quand elle a été politisée. «Si vous voulez de la qualité, vous avez besoin d’un spécialiste. Vous l’amenez de partout, qu’il soit Congolais, Chinois, Tutsi, Hutu,…»

Le chimiste conseillait aux jeunes de fréquenter les bibliothèques, de s’initier à l’outil informatique et d’utiliser l’internet. «Il faut se former jusqu’au plus haut niveau tout en ne perdant pas de vue les problèmes du pays».

Joseph Katihabwa a vu le jour le 11 février 1943 sur la colline Matayinyana, commune Ryansoro en province Gitega. Marié et père de 9 enfants. Il a fait ses études primaires à Nyangwa, Kibumbu et Giheta.

Il a passé ses études secondaires au Collège Saint Paul à Bukavu (Ex-Zaïre) avant de revenir au Burundi pour intégrer le Collège Interracial de Bujumbura (Collège du St-Esprit).
Le professeur Joseph Katihabwa a intégré l’Université Officielle de Bujumbura (UOB) en 1964 et il est devenu assistant à cette institution en 1970. Il s’envole pour Bruxelles en 1973 pour son doctorat à Université d’Etat de Liège.

Il a été doyen de la Faculté des Sciences à UB (1978 à 1982) et doyen de la Faculté des Sciences à Institut Supérieur Pédagogique de Kigali (2000-2001). Le professeur Katihabwa a publié plusieurs ouvrages et des essais dans plusieurs revues.
Qu’il repose en paix!

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Une opinion déboussolée

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Une opinion déboussolée

Après le fiasco des pourparlers d’Arusha, plus d’un se demandent que pourrait être la suite. L’incertitude politique fait grandir les inquiétudes. Une opinion ne semble plus croire aux solutions qui viendraient des chefs d’Etat de la Région, encore moins de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

232 utilisateurs en ligne