Société

Polémique autour de l’incident sur les trois journalistes malmenés

29/08/2018 Chanelle Irabaruta Commentaires fermés sur Polémique autour de l’incident sur les trois journalistes malmenés
Polémique autour de l’incident sur les trois journalistes malmenés
Nestor Bankumukunzi : «La police a violé l’article 11 de la loi régissant la presse au Burundi»

Après le «mauvais traitement» de trois journalistes de la Radio Culture par des policiers, le ministère de la Sécurité publique réfute en bloc les accusations. Pourtant le président du CNC parle d’une violation de la loi régissant la presse.

«Ils n’ont pas été malmenés, la police leur a simplement conseillé de rebrousser chemin. Elle ne savait pas que ce sont des journalistes car ils ne s’étaient pas présentés», a expliqué Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la Sécurité publique, ce mardi 28 août lors d’un point de presse.

Pour rappel, le reportage de ces journalistes portait sur un litige foncier existant entre la population et l’administration du quartier 10 de la zone Ngagara en mairie de Bujumbura. Des policiers sur place ont empêché aux journalistes d’exercer leur travail.

M. Nkurikiye indique que ce jour-là, la partie lésée était venue empêcher l’autre partie de construire dans la parcelle qui fait objet de litige. Les trois journalistes n’avaient pas informé l’administration ou la police locale de leur venue. Leur présence a été l’élément catalyseur de la pagaille : «Les gens sur place ont commencé à huer et à crier».

Ainsi, les forces de l’ordre ont compris qu’ils avaient été appelés par la partie lésée. Il doute de leur casquette de journaliste : «jusqu’à maintenant, rien n’indique que ces gens étaient des journalistes».

Pierre Nkurikiye assure que les journalistes n’ont pas de problème de sécurité dans l’exercice de leur métier. « Ils ont accès à l’information et travaillent en toute tranquillité».

Nestor Bankumukunzi, président du Conseil national de la communication (CNC) affirme que «l’incident s’est bel et bien produit». La police a violé la loi régissant la presse au Burundi. Il évoque l’article 11 de cette loi : «Le journaliste a droit, sur le territoire burundais, à la sécurité de sa personne et de son matériel».

D’après lui, «s’il advient qu’une incompréhension surgisse entre lui et un quelconque service, le mieux est qu’on passe par le CNC qui a la régulation des médias dans ses attributions».
Le président du CNC recommande le renforcement de la collaboration entre les médias et les responsables de l’administration publique.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

254 utilisateurs en ligne