Archives

Mutanga-Sud : si rien n’est fait, l’avenue Sanzu se coupera en deux !

Accès réservé aux membres du Club des amis d'Iwacu

Pour accéder à l’ensemble de nos contenus numériques, abonnez-vous et devenez membre du Club des amis d’Iwacu

Votre abonnement vous donne accès à :
  • Toutes nos archives numériques (10 ans), soit près de 15.000 articles
  • Un moteur de recherche avancé, simple d'utilisation et performant
  • Notre newsletter quotidienne et nos alertes
  • Nos publications imprimées en accès numérique dès leur parution
  • Nos éditions spéciales imprimées et en ligne

Soutenez une presse indépendante et de qualité !

Abonnez-vous maintenant !

Consultez nos offres et bénéficiez de l’information la plus complète sur le Burundi

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Kazehe

    Je trouve le commentaire de Bumwe un peu dégoutant!! quan est-ce que nous allons cesser d’éthniser toute chose dans ce pays? None ugomba ubwire ko ari Abo bahutu bazanye ayo mazi ya Ntahagwa ngo ace asenyera quartier nawe wise iya abatutsi? Ça c’est inacceptable ces genres d’accusations gratuites. Pourquoi les personnes intérressent par le problémes doivent attendre que leurs maisons soient emporter par la riviére? Iyo bikorwa rusange batagomba gukorera ineza ya bose, nibabikorerre aho iwabo?

  2. Venant

    Comme je l’ai déjà écrit dans un autre article, le ravin de la rivière Ntahangwa est vraiment une calamité pour les riverains de son parcours. Je rappelle ici les points que j’avais évoqués dans cet article et j’en ajoute d’autres:

    1. Méfions-nous des interventions ponctuelles effectuées par quelques institutions avec le peu de moyens dont elles disposent. Certaines de ces interventions sont situées le long du ravin et ne servent absolument à rien car elles sont purement et simplement contournées par le ravin. D’autres interventions comme la pose de gabions par le ministère des travaux publics sont aussi inutiles car les gabions sont volés et ne portent que sur une portion infime de ce ravin. Même s’il n’y avait pas de vol, ces gabions ne pourraient jamais résister longtemps aux crues diluviennes de la Ntahangwa.

    2. Si on veut vraiment traiter ce ravin, trois actions me semblent indispensables (i) l’interdiction immédiate d’exploiter les carrières de la rivière pour tout le monde et ce, une fois pour toutes (ii) la réalisation des études nécessaires pour traiter ce ravin de manière holistique (prise en compte de tous les aspects) et notamment les études topographiques, géotechniques, hydrologiques et d’aménagement depuis son amont (probablement vers Ijenda) jusqu’à son embouchure dans le Lac Tanganyika et (iii) la mise en oeuvre des mesures de protection biologique et mécanique du ravin.

    3. Comme mesures de protection biologique, la plantation d’arbres en amont du bassin versant de la Ntahangwa me semble primordial pour permettre l’infiltration des eaux de pluie dans le sol au lieu de les laisser ruisseler dans le lit de la rivière comme c’est le cas aujourd’hui. Cette action de reboisement doit donc être entreprise vers Ijenda si c’est là-bas que se trouve la source de la Ntahangwa.

    4. En fonction des résultats des études requises, des ouvrages de protection mécanique sont indispensables pour ralentir les crues de la Ntahangwa. Ils devraient être placés de l’amont vers l’aval. L’aménagement devrait donc débuter vers Ijenda et se poursuivre graduellement vers Bujumbura. Les ouvrages devraient consister en barrages en béton ou en gabions (en fonction des résultats des études hydrologiques) et disposés en travers de la ravine. Pour éviter leur contournement par les crues, ils devraient être bien ancrés dans les berges sur une bonne longueur des deux côtés. De plus, ils devraient être bien ancrés dans le lit du ravin, en fonction des résultats des études géotechniques) pour éviter le phénomène de renversement ou de glissement par les crues. Leur rôle serait de ralentir la vitesse de ruissellement des eaux de crues et de les obliger à s’infiltrer dans le sol. Parallèlement, ils retiendraient une grande partie des matières organiques et minérales charriées par ces mêmes crues. Les ouvrages devraient être espacés en fonction de la pente du ravin, d’où l’importance des études topographiques.

    4. Il est évident que le coût des études préalables doit être très élevé vu la longueur du ravin depuis son amont jusqu’au lac. Le gouvernement a-t-il les ressources nécessaires pour lancer de telles études? Ça c’est la première question.

    5. La deuxième question est la suivante: Quand bien même les études seraient réalisées, où est-ce que le gouvernement pourrait trouver les milliards de dollars américains nécessaires pour procéder aux travaux d’aménagement?

    6. En attendant, il y a lieu sincèrement lieu de s’inquiéter sur les dégâts que risque de causer ce ravin si aucune mesure énergique n’est prise. Même si les ressources financières nous manquent pour le moment, le gouvernement pourrrait engager quelques actions notamment (i) le reboisement du bassin versant en amont de la Ntahangwa, surtout là où il prend sa source (ii) l’interdiction ad vitam eternam (définitive) d’exploiter des matériaux de construction dans le lit de la rivière et (iii) la préparation des termes de référence en vue de la sélection d’une firme nationale ou internationale capable de mener les études de traitement du ravin.

  3. Bumwe

    Permettez- moi chers lecteurs de me poser juste une petite question? Est-ce que la raison de la non intervention des autorites publiques serait que ce quartier est a majorite tutsi ?
    Un gouvernement qui ne protege pas les biens de ces citoyens les condamne a une pauvrete continuelle parce que ces memes citoyens ne peuvent pas entreprendre d”autres projets a l’echelle superieure. Ils ne font que maintenir ce qu’ils ont deja(gusanasana)! Je ne doute pas que si l’administration locale mettait les moyens materiel necessaire; la population locale se disponibiliserait pour executer certains travaux dans le cadre des travaux publics surtout que ca sera pour proteger leur patrimoines et infrastructures communes.
    Donc a l’administration d’etre plus responsable et a la population de se disponibiliser pour l’epauler .
    Merci

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Malheur aux enseignants qui violent et violentent leurs élèves

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Malheur aux enseignants qui violent et violentent leurs élèves

L’image est choquante, terrifiante, effrayante. Une fille déchiquetée, l’avant-bras détaché du reste du corps, est allongée sur une civière traditionnelle en rotin. Elle est méconnaissable. Sur les réseaux sociaux, un texte explicatif accompagne le corps tailladé à plusieurs endroits : (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

389 utilisateurs en ligne