http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/12/DG-Advisor-USAID-9-o-20-DEC.pdf
A la Une

La stratégie fantôme de l’opposition

05-11-2014

A quelques mois du rendez-vous électoral de 2015, l’opposition burundaise est critiquée pour n’avoir pas de stratégie claire. Ses leaders semblent entretenir le suspens exprès.

Si on ne connait pas encore la stratégie de l’opposition, une chose est  sûre : elle semble  unie

Si on ne connait pas encore la stratégie de l’opposition, une chose est sûre : elle semble unie

« Les gens ne doivent pas perdre espoir car aux élections, ils seront libres de voter pour qui ils veulent dans les isoloirs », indique Agathon Rwasa. « Il faut réfléchir à un vaste rassemblement pour garder les militants avec nous » ajoute Charles Nditije. « Notre électorat doit savoir que nous continuons à travailler », souligne François Nyamoya. Ce sont là quelques réponses de certains leaders de l’opposition et acteurs politiques, sur leur stratégie électorale en 2015.

Cependant, l’opposition est plus que jamais déterminée à se rendre aux élections, acteurs politiques compris, bien que leur stratégie électorale semble inexistante ou opaque. « Nous sommes engagés à nous présenter aux élections, quelles que soient les embûches » a déclaré Chevineau Mugwengezo à Gitega, lors de la 3ème évaluation de la feuille de route. « Nous irons aux élections quoi qu’il en soit » a renchéri Pascaline Kampayano. Un discours qu’on retrouve chez les autres partis membres de l’ADC-Ikibiri, ainsi que chez Agathon Rwasa et Charles Nditije. Et tous ont manifesté un front commun lors de la 3ème évaluation de la feuille de route à Gitega. Et si on ne connaît pas encore la stratégie de l’opposition, une chose est sûre : elle semble unie. Et quoi de plus normal, puisque et l’ADC-Ikibiri et les acteurs politiques, selon la terminologie chère au ministre de l’Intérieur, sont logés à la même enseigne.

Et pourtant, ils semblent unis…

En effet, comme le souligne le politologue Jean Salathiel Muntunutwiwe, tous subissent les mêmes effets produits par l’instrumentalisation par le pouvoir des textes signés par l’ensemble de la classe politique. En l’occurrence la feuille de route et le code de conduite. Il y a donc possibilité d’une vision d’ensemble sur le danger, constitué par le gouvernement, qu’ils doivent contourner. Et, peut-être aussi, par la CENI qui, par ses différentes positions, montre qu’elle est du côté du gouvernement. In fine, cela n’empêcherait pas de penser que, si l’occasion se présentait aux deux types d’acteurs, ils puissent former un autre front commun pour les élections de 2015.

A Gitega toujours, jouant les grands seigneurs, le ministre de l’Intérieur a dit aux acteurs politiques que la seule option qui leur reste pour participer aux élections de 2015 est de créer de nouveaux partis politiques. Mais ce conseil ressemble beaucoup à un clin d’œil intéressé d’un acteur qui joue le jeu du pouvoir. C’est un piège parce qu’il y a mille chances que ces partis ne soient pas agréés par le même ministre. Puisque cela reviendrait à repositionner les mêmes acteurs qui sont une menace contre le Cndd-Fdd en 2015, ce qui est difficile à envisager pour le parti au pouvoir. De toute façon, comme le remarque le Pr Muntunutwiwe, il existe une autre option. Puisque la Constitution permet aux acteurs politiques de se présenter aux élections comme indépendants ou… au sein de coalitions politiques.

  16   Vos commentaires
  1. di

    au vu de tous ceux que vous dites,si d’ici la fin de l’annee l’on a pas 1candidat unique,il sera inutile d’aller au election presidentiel .faites les autres elections mais ne perdez pas votre temps avec les presidentiels mm si le president ne se represente pas

  2. duciryaninukuri

    Cet article est simplement:
    1. une invitation à ceux qui y croient encore de ne pas désespérer, mais qui compte vivre d’une telle espérance risque de mourir de soif de voir un jour ce qui ne veut pas venir
    2. Un clin d’œil à l’opposition et un coup de pousse à ceux de l’opposition qui ne veulent pas y croire et refusent de s’y lancer (c’est un lobying purement et simplement). et à juste titre on ne fait pas alliance avec une personne qui n’apporte rien comme force mais au contraire risque d’alourdir inutilement les ententes et les projets à mutualiser.

    Le reste de ce que j’avais à dire sur ce que avance cet article a été bien dit par Jean pierre , Karorero , Manamba et Mutima

  3. Mutima

    Définissez «coalition»!

    Jusqu’à aujourd’hui si je ne me trompe, nous savons que seuls des partis agrées et ou des candidats indépendants peuvent s’allier pour constituer une coalition… seulement pendant la campagne électorale, qui ne durera qu’au plus 3 semaines!

    Pour qu’une seule personne puisse s’allier à un parti (sans adhérer à ce parti) ou à une coalition pour créer une nouvelle, il faudrait d’abord qu’il ait été candidat aux mêmes élections et qu’il y ait nécessité d’un tour supplémentaire… C’est-à-dire que personne n’avait pas réussi à se faire élire au premier tour.

    Un individu seul ne peut pas décider unilatéralement de dire qu’il va former une coalition avec un autre individu, un parti ou une coalition.

    Il faudra aussi clarifier cela avant les élections!

    • Lead

      @ toi Mutima:
      Un “individu seul” est un non-sens en sciences po. Si Rwasa, Nditije et Mugwengezo sont ce que tu appelles individus seuls, pourquoi donc sont-ils pourchassés par le regime DD ? Peux-tu nous eclairer la-dessus?
      Et de quelle loi tires-tu cette autre insanité selon laquelle les coalitions (impliquant des individus seuls!?!?) se forment au second tour?

      • Mutima

        @Lead
        Ce n’est pas une loi! J’ai dit qu’il fadrait justement clarifier cette situation pour qu’on ne se retrouve pas avec des surprises désagréables dues à des interprétations partisanes comme celles qui concernent les mandats présidentiels… Mieux vaut prévenir que guérir!…

        Même si je sens que tu fais semblant de ne pas avoir compris, je vais essayer « sans te convaincre » de m’expliquer. Voilà : toi, tu es un individu; tu peux choisir de te présenter en élection comme candidat indépendant, ou comme candidat membre d’un parti. Ç était de un!

        De deux, deux partis peuvent, pendant la campagne électorale, combiner leurs forces pour avoir une plus grande représentativité dans les votes, et ainsi espérer battre le ou les candidats de parties adverses (partis, indépendats ou coalitions).

        Maintenant, la logique (ou l’illogique si tu préfères) derrière le fait de clarifier si une seule personne peut prétendre former une coalition avec une autre, un parti ou une coalition, c’est que les partis existent déjà pour ça! Toi et moi ne pouvons pas seuls nous mettre ensemble et dire : «Nous venons de nous coaliser!»… Sans au préalable avoir fait nos preuves pendant la même élection? Le fait d’avoir été chef d’un parti ou d’avoir récolté des résultats non négligeables dans des élections précédents ne garantit pas que ce sera encore le cas!…

        C’est la rsison pour laquelle j’ai dit qu’on pourrait autoriser cela seulement pour un tour subséquent si de partis ou des candidats indépendant voient qu’en combinant leurs forces ils pourraient battre l’adversaire!

        Comprends-moi bien! Un candidat peut toujours se désister et suggérer à ses électeurs de voter pour un autre, mais cela ne s’appellera pas pour autant une coalition. Si Rwasa, Sinduhije, Nditije, Ngendakumana, etc. décident de présenter un seul candidat à la présidence, c’est correct et c’est acceptable à mon avis. Mais dans le cas dont je parle, seuls Ngendakumana et Sinduhije peuvent prétendre qu’ils présenteront des candidats en coalition aux autres élections puisqu’ils ont des partis dûment agréés.

        Sinon, si tout le monde peut se coaliser avant d’avoir prouvé quoi que ce soit, alors je ne vois aucune raison de l’existence des partis. On supprime les partis et chacun se coalise!

        Mais le problème se trouve où? Les premières élections qui auront lieu en 2015 seront les communales et les présidentielles.

        Prenons Rwasa par exemple : s’il n’a pas de parti d’ici-là, il ne pourra pas présenter de candidats aux communales, ce qui veut dire que pour qu’il ait des noms de ses partisans sur les listes bloquées communales, il faudrait les convaincre d’adhérer aux autres partis agréés avec lesquels il pourrait au plus tard se coaliser; il pourrait se représenter comme candidat indépendant à la présidence mais il n’aura aucun parti à lui même s’il parvenait à gagner.

        Vous vous imaginez le cauchemard d’avoir un président dont la représentativité se retrouverait dans des leaderships éparpillés dans des partis sur lequels il n’a aucun contrôle?

        Je vous laisse méditer là-dessus! À mon avis on devrait même bannir des candidats d’indépendants qui décideraient de se «re-représenter» au sein des coalitions… Pour le bien de tous!… Mais bon…

  4. home loup pour home

    Ndabarahiye naho ADC yotsinda ntamahoro muburundi kuko après indyane zosumba uko tubibona ubu, mbega imigambwe ishika 10 yogabangana ubutegetsi gute? Uwuzotora coalition azoba ataye ijwi kuko kugira aronke ikibanza kimukwiye bizoca kure kuko hazoca haduka ubusimbira hamwe bapfa ubugabo bamwe ngo nije nazanye benshi, abandi ngo nitwe twarugwanye, n’ibindi… vyiza umuntu yotora umugambwe kuko abanywanyi muba muzinanye. gira amahoro. je ne peux en aucun voter pour la coalition.

  5. di

    suivre l’exemple du togo…

  6. di

    ego c’est bien que l’opposition soit unit »… »mais qu’elle nous le montre.a 6mois des elections,ils ne se sont pas encore prononce qu’il y aura 1candidat unique.nous le supossons mais nous ne le concretisons pas.et quel projet de societe y ‘a t’il??au risque de me trompe,le gouvernement a peur des elections,mais l’adc et l’uprona ainsi que le fnl semblent aussi terrorise a la perspective de perdre…

  7. Uwarugwanye

    C’est clair et limpide, les leaders de la vraie opposition doivent se regrouper et mettre de côté leurs divergences du moment. Et Dieu merci, ils me donnent l’impression d’avoir pris cette option de force unie. Chers compatriotes, ne soyez donc pas trop pressés. La patience s’impose pour ne pas mettre dans les poches de Nduwimana Edouard les stratégies électorales de l’opposition. Il est là pour jouer le jeu de Nkurunziza jusqu’à la dernière goutte de sa sueur et salive. Apparemment c’est lui qui est le plus inquiet du scrutin pour ses bêtises en cas de défaite du CNDD-FDD. D’où sa soif démesurée de savoir comment les acteurs clé de l’opposition s’organisent sur terrain. Aux électeurs, je demanderais de ne pas trop paniquer ni trembler dans l’isoloir: voter calmement le candidat de ton choix, maîtrisant tes émotions, personne ne viendra t’embêter outre mesure. Même ces imbonerakure qui font du tapage seront neutralisés s’ils s’aventurent. Il faut d’ores et déjà préparer psychologiquement l’électorat à vaincre la peur et à ne plus voir le couteau des miliciens partout. Voilà la mission première de l’opposition réunie en un Etat-Major Général de crise. Et une telle préparation est possible sans aller sillonner les collines avec des pagnes ou des yeboyebo usés.

  8. Jean-Pierre Ayuhu

    Chers lecteurs d’Iwacu,
    Par opposition, on attend une structure crédible, qui élabore et diffuse des propositions crédibles dans chacun des domaines de la vie nationale. Dons, il ne faut pas dénoncer uniquement. Malheureusement, cela semble être le mot d’ordre et la raison d’être de notre opposition.
    Pire, et je l’ai déjà dit pour ceux qui lisent mes commentaires, il est difficile d’imaginer un consensus crédible autour d’un projet, si projet il y a, entre un Nyangoma qui revendique l’historicité de la lutte armée mais qui a été très peu présent sur le sol Burundi depuis 1994, un certain Sinduhije que personne ignore où il est, un Rwasa avec ses visions ethnistes de la société burundaise, une certaine Kampayano qui ne vit pas au Burundi, un Domitien au nom d’un tiers du Frodebu, les deux autres tiers revenant à Bakame et Minani etc…
    Dommage pour notre démocratie!

  9. Karorero

    Pacifique Nininahazwe niw yigeze kuvuga ati, « Iyi opposition ntaco ifise yereka iriko irategurira abarundi ku bibazo bibahanze nk’ubukene, agateka ka zina muntu gahungabana n’ibindi. Ahubwo twumva CNDD-FDD ibavugiriza umuziki bakishinga kuwutamba »

    Pacifique N. a raison . Raba namwe: Bahitiye batamba umudundo w’ibigwanisho ngo vyakwiragijwe i Bururi, bungikanyako na Génocide, bajako barakanyukura. Bukeye kabiri DD irabahindurira umudiho ishiramwo « Acteurs Politique » baraceza biracika, inyuma y’ako kaziki, haza igikongomana gishushe « Kiriba », baratamba akuya karaseseka, ubu naho bageze mudiho w' »abasuma bambaye ibikoti birebire ».

    Leonce yamana ijambo kuri RPA avuga kuri ivyo gusa, Rwasa akagira uko, Et Minani veut leur voler la vedette et criant plus fort: Ngo DD nihave, mon oeil!!!

    M. Madirisha en effet l’opposition « semble unie ». Elle ne l’est pas en réalité. Mais j’ai envie de me tromper

    • nivyo

      Bien dit.

  10. Kazehe

    « Si on ne connaît pas encore la stratégie de l’opposition, une chose est sûre : elle semble unie »
    Dites donc!!! Si vous etes convaincus qu’ une chose est « sûre », soyeux conséquents et affirmez que votre opposition « est unie », puique « semble » vous trahit en laissant pensez que vous doutez encore sur cette union.
    Donc votre chose n’est pas « sûre »

  11. Manamba Esdras

    A Madirisha, merci pour l’Article. Seulement disons que le terme « sur »que tu utilises ne fait pas bon menage avec « semble ». En d’autres termes une chose » sure » ne fait jamais « semblant ». D’ou je crois que tu y as mis un peu de tes propres emotions de voir l’opposition unie. Ce qui est comprehensible.
    Votre analyse tout en etant pertinente me semble inconsistante en termes d’elements d’analyse.
    En effet meme si l’opposition etait unie rien ne montre clairement le projet autour duquel ils le seraient(pour l’interet du Burundi) a part que comme le dit le Politicologue ils sont loges a la meme enseigne vis a vis des abus du pouvoir.
    Le drame dans toute guerre est d’attendre que l’ennemi t’impose un rythme( donc t’arrache l’initiative). Malheureusement c’est le cas pour nos illustres politiciens. A part que certains d’entre eux sont issus des rangs du Cndd Fdd et qu’ils ont a un certain moment meme ete plus arrogants que la commande actuelle, les autres dont notamment le Frodebu et Nditije sont des cousins politiques assez connus des 20 dernieres annees. Quelle projet de societe a meme d’interesser le bas peuple plus que le Cndd Fdd, ceux la memes coutumiers de l’intrigue et du crime .
    A part donc Rwasa malheureusement malmene et ayant seme le doute apres sa claque de 2010 alors qu’il etait le 2eme, je ne crois pas que le salut du pays viendra de ces fameux dinausores.
    Jamais dans l’histoire des mouvements sociaux le changement n’est venu des vieux faucons mais plutot de jeunes anges partageant largement une soif de libertes et de dignite et prets a se sacrifier.
    Je ne vois parmis »nos heros » un qui puisse se faire hara kiri pour la jeunesse, tellement ils sont loin des realites quotidiennes de ces jeunes( sans emploi et sans guide),eux qui vivent dans de belles maisons a Bujumbura avec des comptes jamais tres bas et des voitures » acceptables ».
    Leur dent commune: »ces conards de DDs qui ne veulent que manger seuls, ils nous verront…. »

  12. moi

    kuvyaba independent naho ba muribagira porona nditije kuko bagiyeyo mukwambere abari abashingamateka n abakenguza mateka baca basubirigwa niko amategeko abivuga , naho ndabarahiye nta mishahara yamezi 6 bazoheba gushirako aya fin de mandate donc baziyaranja batume Baja kwa concilie…MPINYUZA

  13. moi

    Nta bari hamwe kuko kwumvikana kubashigwa imbere biri kure nkukwezi , hanyu kuvuga ko bos »e bavuga ko bazoja mu matora ntibitangaje kuko barazi ko abantu bose du moins beshi sinvuge nkabaraho , babagiriza ko bamenje mukwisokora mumatora 2010.

Publicité