http://www.iwacu-burundi.org/ue-afrique-un-avenir-commun-2/
Basketball

Gymkhana, la révélation

02-12-2017

Rien ne lui résiste, un vrai destroyer qui efface tout sur son passage. Zoom sur cette équipe qui, à peine arrivée en 1ère division, tutoie les cadors.

Gymkhana, après sa victoire contre Kern.

C’est désormais l’équipe à battre. En ravissant à Kern, il y a juste un mois le titre des Play-offs 2016-2017, Gymkhana est devenu le plus précoce champion de l’Association de basketball de Bujumbura(ACBAB). Un véritable rouleau compresseur qui fait trembler les grandes formations du championnat. Comme en témoigne ses récentes victoires en Coupe du président contre Dynamo et Urunani.

« Je ne sais pas comment les autres équipes vont faire pour les arrêter, parce que ses joueurs ont atteint une autre dimension », témoigne A.M., membre du staff d’Urunani.

Des gladiateurs en culottes, se plaisent dorénavant à les appeler certains fans. Même dos au mur, ils n’abdiquent pas. Une obsession de gagner, fruit sans doute, d’une bonne organisation du club. Le nom du club semble prémonitoire : Gymkhana signifie un ensemble d’obstacles dans divers sports. Et il a dû en surmonter pour être ce qu’il est aujourd’hui. La preuve, en 1982, année de sa création, rien ne le prédestine à un tel parcours.

A cette époque, c’est un club de gens d’un certain âge et quelques jeunes étudiants de l’Université du Burundi, surtout de la faculté de Psychologie de Médecine, de l’Institut Supérieur de Commerce (ISCO).

« A cette époque, nous jouions sur le terrain de l’ex-Ecole Normale Supérieure (actuel campus Kamenge). La particularité, c’est qu’aucun n’était ami avec l’autre avant qu’on se rencontre dans l’équipe », se remémore Mathias Sebahene, un des membres fondateurs. Par après, de jeunes lauréats en provenance d’Algérie, ex-URSS… ont intégré l’équipe.

Toutefois, à cause des mutations des uns et des autres, le club ne fera pas long feu. En 1983, il se disloque. Il ne devra sa refonte qu’à trois de ses membres en 1985. « Une période cruciale parce qu’elle a jeté les bases d’un nouveau départ », dit M. Sebahene.

L’avènement dans la cour des grands…

Evoluant sur le terrain du campus Kamenge, en 2004, ils feront un jumelage avec les étudiants de la faculté de médecine en 2004. C’est une des raisons, explique Zacharie Nzeyimana, président de Gymkhana, qui fait que les médecins soient nombreux.

Avec ce jumelage, le club s’agrandit. De plus en plus de jeunes joueurs y affluent. Une révolution pour une équipe qui ne comptait dans ces rangs que des gens de plus de 35 ans. « Avec un nombre aussi croissant de jeunes talentueux, on se devait de trouver une solution pour mieux les encadrer » fait savoir M. Nzeyimana.

Dans cette optique, Gymkhana B est créé en 2013. «La meilleure des idées que les caciques du club aient prise », se targue-t-il. La même saison, l’équipe termine 3 ème. Une surprise pour tous les membres du club. « A ce moment-là, on a pris conscience de leur potentiel et décider que dans deux ans, on devait avoir un club en 1ère division. », confie le président.

La saison 2015-2016 vit l’avènement de Gymkhana en 1ère division. Par ces temps-ci, soutient M. Zacharie, entretenir deux équipes, ce n’est pas chose facile. « Mais, on se doit de tenir le cap. »

Des efforts qui ont payé. Les deux équipes sortent d’une mémorable saison. Gymkhana B a été sacré champion de la 2 ème division et leurs aînés, à côté de leur titre de Play-offs, ont fini 2ème du championnat de Bujumbura. De quoi encore entretenir un possible titre avec la Coupe du président, dont ils sont grands favoris.

Cependant, au-delà de tout, le club se veut social. « On est une famille, on se doit de se serrer les coudes, même en dehors des parquets », avance M. Zacharie. C’est dans cet ordre d’idées que le club possède un compte bancaire pour que ses membres s’appuient mutuellement.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité