Vendredi 21 juin 2024

Archives

Des malfaiteurs s’infiltrent à Musaga d’après la police

21/07/2016 Commentaires fermés sur Des malfaiteurs s’infiltrent à Musaga d’après la police

La police dans cette zone qualifiée de contestataire appelle la population à être vigilante et active dans la ’’quadrilogie’’ en donnant à tant des renseignements aux forces de l’ordre.

Une patrouille policière
Une patrouille policière

Ce matin du 21 juillet, une partie de la zone Musaga entre l’avenue Mpimba et la rivière Mpimba s’est réveillé assiégée. Elle était complètement encerclée. Les militaires lourdement armés bouclaient le quartier tandis que les policiers frappaient sur toutes les portent des ménages sommant tous les habitants, surtout de sexe masculin de s’habiller vite et de les suivre sans aucune explication.

Les hommes et les jeunes gens ont été rassemblés sur l’avenue Mpimba. Ils commencent à s’habituer à de telles opérations : «Que ces policiers procèdent rapidement à leurs contrôles. Qu’ils vérifient les cahiers de ménage afin que nous nous vaquions à nos activités à temps», répétaient la plupart de ces gens rassemblés.

Vers 8h00 toutes les personnes réunies ne savaient pas encore pourquoi ils se sont vus refuser leur droit de se rendre à leurs postes d’attache. Quand le chef de poste de police est arrivé et il a demandé à ces personnes d’approcher.

Il leur a signifié qu’il y aurait des malfaiteurs qui sont en train de s’infiltrer dans la zone Musaga. Il a alors demandé à cette population d’être active dans la quadrilogie (Administration–Justice–Force de l’ordre–Population) en informant la police en cas de personnes suspectes.

Expéditif, ce chef de poste a laissé à ces gens son numéro de téléphone pour faciliter la communication. Il est revenu sur la question des numéros des maisons qui ont été effacés. Il a donné un délai d’une semaine pour que tous les numéros soient réécrits. «Sinon, les propriétaires des maisons se verront payer une amande allant jusqu’à 100 mille Fbu », a-t-il menacé.

Après avoir transmis ce message, ce chef de poste a laissé tout le monde rentrer sans exception aucune. Les habitants de cette zone en proie à l’insécurité interrogés déplorent ces perturbations devenues quasi quotidiennes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 2 142 users online