Notre reporter s’est rendu dans l’Est de la RDC. Là, des jeunes Imbonerakure sont formés militairement. De retour au Burundi, ils auront pour mission de traquer les membres de l’opposition et d’intimider la population pour forcer le vote en faveur du Cndd-Fdd. Le parti dément.

Un militaire burundais à Kiliba Onds avec une famille congolaise. Photo prise le 22 avril 2014Centre Kiliba-Onds, zone d’Uvira, Sud-Kivu en RD Congo, à une dizaine de Km de la frontière de Vugizo, tout près de Gatumba du côté burundais. Les militaires burundais y sont présents depuis deux ans. Un militaire burundais rencontré à la position du secteur 6 dans la localité de Kiliba, où est installée la base militaire, indique que les éléments de l’armée burundaise au Congo avoisineraient quatre cents. Un des officiers burundais précise que les positions militaires sont 7 situées dans les secteurs 1, 5, 6, 7. C’est-à-dire à Rubati, Kimbuka et Ndunda à Kiliba et Sange tout près de la frontière burundaise. Notre mission, poursuit-il, est de combattre les groupes armés qui utilisent le sol congolais pour déstabiliser le gouvernement de Bujumbura.

Les troupes militaires burundaises ont changé de mission

D’après un jeune Imbonerakure rencontré sur place, ils se déplacent à motos, tard dans la nuit, après avoir traversé la Rusizi : « Nous venons de passer ici deux mois. Nous comptons retourner au Burundi après avoir bien appris les techniques de combat et le maniement des armes. » D’après lui, le nombre des Imbonerakure déjà sur place dépasserait deux cents élements . « Nous venons de tous les coins du Burundi, surtout des provinces de Cibitoke et Bubanza.»

L’officier burundais ne nie pas qu’ils forment les Imbonerakure. Par contre, un militaire rencontré à la position du secteur 6 dans la localité de Kiliba déplore cette situation : « C’est par contrainte que nous avons changé de mission. Mais à l’armée, on a le devoir d’exécuter l’ordre militaire. »
Un militaire congolais précise que la mission des troupes burundaises était d’appuyer les soldats congolais pour combattre les forces négatives qui pullulent dans cette partie de l’Est de la RD Congo. Avant de regretter : « Par après, la mission a changé. Les soldats burundais poursuivent ici d’autres objectifs inavoués. »

Colonel Gaspard Baratuza, porte-parole des Forces de défense nationale ©Iwacu

Colonel Gaspard Baratuza, porte-parole des Forces de défense nationale ©Iwacu

Quatre Imbonerakure pris en otage

Les activistes congolais de la société civile rencontrés disent que la présence des militaires burundais et des Imbonerakure constitue une source d’insécurité. Très récemment, poursuivent-ils, ces derniers ont kidnappé deux Congolais qui dénonçaient leurs bavures et les ont conduits vers une destination inconnue. Pour se venger, renchérissent-ils, les Congolais ont pris en otage quatre Imbonerakure qui ont été relâchés suite à l’intervention d’une délégation venue du Burundi.
Un témoin, qui a voulu garder l’anonymat, indique que les jeunes du parti au pouvoir, formés en techniques militaires, n’hésiteront pas à traquer les membres et sympathisants des partis de l’opposition.

Tout le monde nie

Contacté par téléphone, le colonel Gaspard Baratuza, porte-parole des Forces de défense nationale, FDN, réfute les allégations. D’après lui, aucun militaire burundais ne se trouve sur le sol congolais. Il précise que la présence des militaires dans un pays étranger doit être autorisée par les deux pays. Ce qui n’est pas le cas. Et d’ajouter : « Les militaires forment des militaires, pas des civils. »
Vital Niyungeko, représentant des Imbonerakure à Cibitoke, nie également la présence des jeunes du parti présidentiel en RD Congo. Selon Niyungeko, ceux qui propagent ces rumeurs sont des gens qui cherchent à ternir l’image du parti.
Pour le porte-parole du parti Cndd-Fdd, Onésime Nduwimana, il n’y a pas d’Imbonerakure en formation en RD Congo. Avant de conclure : « Un Etat ne peut pas former militairement des gens qui vont l’attaquer. »

Je n'approuve pas (59)
Mots-clés :