Économie

Déception et désillusion, un an après l’incendie du marché central de Bujumbura

Le syndicat Général des commerçants (SYGECO) et les 477 associations engagées dans la campagne contre la vie chère ont mené, ce lundi 27 janvier, une série d’activités. Ils en veulent au pouvoir de Bujumbura.

Une vue des commerçants en réunion à « Kw’Iraro » ©Iwacu

Une vue des commerçants en réunion à « Kw’Iraro » ©Iwacu

Une foule innombrable de commerçants s’est rassemblée dans la salle de conférence de « Kw’Iraro », aux bords de l’Avenue du Large. Bien flanquée de policiers sous le commandement du commissaire régional en personne, l’administrateur de la commune Kinindo a interrompu la rencontre, non sans résistance de la part des commerçants. Gabriel Rufyiri, invité d’honneur pour la circonstance, avec Pacifique Ninihazwe, s’est fait leur porte-parole : « Vous empêchez les éprouvés en deuil de pleurer ! » Toutefois, devant ses collègues d’infortune, Audace Bizabishaka, président du Sygeco, a déploré le fait que le pouvoir de Bujumbura a concentré la totalité de l’argent collecté dans le cadre de la solidarité avec les commerçants victimes de l’incendie à la construction d’un triste marché qui n’est même pas encore fonctionnel. «  Aucun rond n’est encore tombé dans l’escarcelle d’un commerçant. Pas non plus d’indemnisation. Comme les commerçants sont abandonnés à leur sort, ils ont décidé d’ouvrir un compte de solidarité mutuelle. Chacun cotisera 20.000 Fbu», a-t-il indiqué. Deux hommes du jour Autant l’admicom de Kinindo et les policiers ont été copieusement hués, autant Pacifique Nininahazwe et Gabriel Rufyiri ont été majestueusement ovationnés. Consécration ultime : des femmes ont même étendu leurs pagnes sur leur passage. Bien plus, avant de se joindre aux commerçants, les deux hommes ont tenu une conférence de presse au Waterfront. Ils ont vitupéré contre les autorités de Bujumbura pour avoir construit « une porcherie ou un poulailler » au lieu d’un marché digne de ce nom. « Personne ne peut admettre que les 2,1 milliards n’ont servi qu’à construire un marché aussi minable que celui du Cotebu » se sont-ils indignés.

Le podium de la coordination ©Iwacu

Le podium de la coordination ©Iwacu

Et de mettre en doute les rapports jusqu’ici établis sur les vrais mobiles de l’incendie : « La coordination n’a pas été convaincue des résultats sur les auteurs de cet incendie d’où elle demande au gouvernement de commanditer une autre enquête impartiale. » Elle soupçonne même le pouvoir d’être auteur de l’incendie. Elle est appuyée en cela par le parti Sahwanya –Frodebu. « Le gouvernement se dit prêt à explorer toutes les pistes que la société civile présentera », rétorque Philippe Nzobonariba, porte-parole du gouvernement. Même d’autres marchés ne sont pas à l’abri des flammes Bien avant la conférence publique, la coordination avait organisé une visite guidée aux marchés de Buyenzi et de Jabe. Constat inquiétant : pas de bouteilles extinctrices en nombre suffisant, pas de bouches d’incendie, des stands trop serrés et une seule allée – étroite de surcroît-que peut emprunter les camions extincteurs. Et la coordination de lancer cet appel : « Nous recommandons au gouvernement de prendre des mesures nécessaires pour prévenir les incendies dans les lieux publics, plus particulièrement dans les marchés et de sensibiliser les commerçants à se faire assurer et assurer leurs biens. » Signalons que la coordination a donné un prix à la radio Bonesha FM et à deux de ses journalistes pour avoir été le premier médium à avoir rapporté l’incendie du 27 janvier 2013.

  7   Vos commentaires
  1. Rukundo

    Abarundi turakunda kuvuga Imana ni baje mumabarabara abantu bose ninzoya biyamamaze, nayahandi ntakizohinduka, ahandi naho bagire nko muri Tunisie kuko ivyiwacu c’est très révoltant.
    Guturira isoko nibo bayituriye nyene ntimwumvise ingene bavuze ko bazohashira amahoteri ngo agezweho na za garaje. Reka navyo tuzoce tubiturira bumve ukubabara ingene kumera.

  2. kabura

    Un passant nous disait qu’il y a des thèses mentionnant que l’incendie du marche centrale était souhaitable pour une nouvelle reconfiguration économique de Buja…. J’ose espérer que les burundais n’ont pas encore atteint ce degré de mechancete sinon ….. Que Dieu nous appelle tous.

  3. Kirinyota

    N’Imana yashatse ko isha irya soko. Mais de quel dieu a parlé Nuwashetani kuko s’uwimana!!!!!!!!

  4. maruani

    Nimba koko irya soko yaraturiwe, tôt ou tard Imana izokwikora mu kwaha ihane ababigize. J’ose espérer que cet incendie n’a pas été provoqué sinon abarundi twoba turi abicani de grand calibre, abicanyi batagira izina.

  5. YAKOBO

    Igitangaje nuko amahera yo kubaka ama permanences ya CNDD FDD, namazu yaba DD aboneka, none amahera yokubaka isoko ifitiye akamaro igihugu cose yobura gute?Habuze ishaka kandi leta ibigira nkana , ishobora kuba idakunda abanya bujumbura kuko batayitoye , kandi je suis sur na 2015 ntibazoyitora, none muri democratie uwutagutoye est ce qu’il est voué à la disparution ?Abanya Bujumbura bazoguma babaho CNNDD ibanka canke ibakunda ntaho izobashira,!!! umwansi agucira icobo Imana ikagucira icanzo, ntakamaro rero ko leta ya DD ihohotera abanyagihugu kuko batayitoye

    • rumuri

      uvuze ukuri bujumbura ntabwo batoye cdd-fdd nivyo gutwara utwarira bose ariko nyene bazoguma babastinda kuko abanyagihugu mugihugu hagati batora cdd-fdd baracari beshi mudahinduye umukenyura nimuzokwaruza inkona

  6. Mudy

    Mana yanje!!!Umwaka uraheze,leta yigize sindabibazwa!!!Ubwo se abakorera musoko bibazako barihe????babayeho gute????kwubaka « akaruri »koguhuma amaso abarundi nako ntibakamare umwaka nguwo!!!
    Imana irabibona,amarira abavyeyi birirwa barira izabahanagura,umunsi umwe.

Publicité