Politique

Contre la cotisation aux élections de 2020

22/01/2018 Agnès Ndirubusa 19

36 syndicats et le groupe parlementaire de la coalition Amizero y’abarundi ont émis des protestations contre le retrait à la source de la cotisation aux élections de 2020. Un forcing.

La population appelée à contribution aux élections de 2020

Des voix s’élèvent pour contester l’ordonnance conjointe des ministres de l’Intérieur et des Finances instituant les modalités de la contribution aux élections de 2020. La récente protestation connue du public : celle des 25 de la Coalition Amizero y’Abarundi.

En gros, ils s’opposent à tout retrait à la source et évoque une ordonnance inconstitutionnelle. Pour eux, il est hors de question de cautionner un processus qu’ils jugent pas du tout crédible et inopportun. Le budget électoral n’a pas été établi. Ce qui suscite un questionnement sur les barèmes de contributions qui ne se basent sur aucune logique. D’où l’incertitude par rapport à l’efficacité de la collecte.

Par ailleurs, la confédération des syndicats du Burundi, Cosybu ainsi que la confédération des syndicats libres du Burundi CSB étaient déjà sorties du silence la semaine dernière. Dans une correspondance adressée aux ministres de l’Intérieur et des Finances, elles demandent l’ouverture d’un dialogue. En attendant les conclusions de ce dernier, ces confédérations demandent de surseoir à toute retenue sur salaire relative à cette cotisation.

Grogne des fonctionnaires

Nous sommes à la veille du début de retrait à la source sur les paies des fonctionnaires de l’Etat prévu avec le salaire du mois de janvier 2018. Et plusieurs craignent déjà ce qui les attend. Comme Balthazar, 47 ans.

Il est censé toucher plus de 5oo mille.  Mais voilà. Il a souscrit à deux crédits et ne touche aujourd’hui que 117 mille. « L’ordonnance exige que je donne 30 mille francs par mois. Donc il va me rester 87 mille, »
déplore Balthazar. L’autre, Nadine, ne décolère pas. Veuve, elle fait partie du personnel soignant. Son ministère de tutelle prévoit en plus des cotisations individuelles, une cotisation au nom du ministère de la Santé. Elle fait donc face à une espèce de double contribution. « Je fais quoi moi avec toutes les autres dépenses de ma maison, j’arrête de nourrir mes enfants au nom des élections de 2020 ? »

Le ministre de l’Intérieur, Pascal Barandagiye a indiqué vouloir dialoguer avec les syndicalistes. « Mais qu’ils ne prétendent pas faire une entorse au processus de contribution. » Il parle de promotion de la démocratie et d’un processus habituel qui s’est fait par le passé. Il invite néanmoins ceux qui voudraient se dérober à ce devoir citoyen de le signaler par écrit.


>>Réactions

Léonce Ngendakumana : « Contribution calamité ? »

Le vice-président du parti Sahwanya Frodebu parle des revendications légitimes de tous ceux qui sont appelés à contribution. Il déplore ce qu’il qualifie d’un impôt forcé qui n’est pas passé par le parlement pour en faire une loi. Pour Léonce Ngendakumana, il est vrai que la Constitution prévoit la mise à contribution de la population, en cas de calamité. Néanmoins, il questionne : « Peut-on dire que cette contribution aux élections est une calamité ? » Sinon, on ne devrait rien imposer à la population.

Abel Gashatsi contre une contribution imposée

Le président du parti Uprona comprend la nécessité de la contribution aux élections par la population, surtout depuis que les partenaires étrangers ont décidé en 2015 de revenir sur leurs promesses de dons aux élections. Néanmoins, selon Abel Gashatsi, il ne faut pas que la contribution soit imposée mais volontaire. Le gouvernement devrait donc dialoguer avec ces fonctionnaires pour clarifier certaines choses et statuer sur certaines modalités de cotisation.

Vital Nshimirimana : « Le malaise social déjà perceptible »

Cet activiste des droits de l’Homme parle de contribution forcée pour organiser le référendum afin de consacrer le régime en place. Vital Nshimirimana parle de demande fondée, juste et légitime des syndicalistes et parlementaires. Mais il ne se fait pas d’illusion « On peut anticiper la réponse du gouvernement quand on sait que ce régime dirige ce pays d’une main de fer. » Il constate un malaise social déjà perceptible et indique que le projet référendaire va davantage déstabiliser le pays et renforcer le conflit en cours.

Hamza Venant Burikukiye : «  Une fierté pour tout citoyen »

Le porte-parole de la plateforme intégrale de la société civile, Pisc-Burundi indique que contribuer aux élections est un devoir citoyen, une solidarité positive. Hamza Venant Burikukiye assure qu’il est normal pour les syndicats de revendiquer le dialogue. « C’est d’ailleurs une promesse du gouvernement. » Par contre, il dit ne pas comprendre les élus de la coalition Amizero y’abarundi qui ont un mandat national mais qui refuse d’honorer la volonté populaire. Et de conclure : « Ce devrait être une fierté pour tout citoyen de renforcer la démocratie dans son pays. »


Zones d’ombre

Le président de l’organisation qui milite pour la bonne gouvernance, Faustin Ndikumana évoque plusieurs zones d’ombre qui méritent des éclaircissements :

Faustin Ndikumana

-On devrait qualifier le coût estimatif de ces élections. Dresser un budget alloué aux élections pour une évaluation correcte de ce qui doit être collecté

-Savoir quelle institutionnelle, organe qui garantira la transparence dans la collecte de ces fonds à l’instar de l’OBR.

-Le compte bancaire où est versée la contribution est-il un sous compte du Compte Unique du Trésor géré par le ministre des Finances ou la gestion sera conjointe ?

-Il y a le financement aux élections quelque peu différent à travers la collecte. Il y a d’abord celle faite par l’Etat à travers l’OBR ainsi que celle des contributions de la population. Qui va gérer le tout ?

-Le rapport de collecte se fera sur quelle cadence ? 3 mois ou 6mois, va-t-on nous communiquer ?

-Toutes ses questions devraient trouver des réponses à travers une référence légale qui n’a pas jusqu’ici encore été conçue. La Constitution indique que tout acte découlant de perception de fonds est du domaine de la loi. Le gouvernement s’en tient à élaborer une loi, le Parlement l’étudie et la Cour constitutionnelle se prononce sur la constitutionnalité de cette loi.

« Un jeu de mots »

On se souvient. Cette campagne de contribution a été lancée par le président Nkurunziza en personne. Le mot « volontaire » transparaissait dans la publicité faite autour de ce projet. Aux détracteurs, les sceptiques qui déjà y voyaient un impôt déguisé, la présidence tranquillisait en martelant le mot magique : « volontaire. »

Mais la musique a très vite changé. Le ministre de l’Intérieur a rencontré les gouverneurs de province et tous ont applaudi pour une contribution de toute la population. Et la messe était dite. Il fallait juste tirer un peu les ficelles et chercher quelques dispositions de la Constitution qui ont trait au renforcement de la démocratie et à la solidarité. Sauf que l’article 70, alinéa 4, ne parle d’appel à la solidarité nationale que quand il y a calamité naturelle.

Et tout s’est très vite  enchaîné: les ministres de l’Intérieur et celui des Finances ont sorti une ordonnance statuant sur les barèmes des contributions de toute la population.  Le mot volontaire a cédé sa place au verbe « ordonner », rendant cette contribution obligatoire.

Ils ont juste oublié une chose : Les Burundais rechignent qu’on touche à leur portefeuille qui est déjà assez dégarni. Du moins sans leur aval. Ils sont plusieurs, ces fonctionnaires de l’Etat qui vivent à dose de découverts et de crédits et ne parviennent pas à joindre les deux bouts du mois. Pour eux, la pilule ne passe pas.

Par ailleurs, l’ordonnance prévoit un dialogue social, une sensibilisation du projet qui visiblement n’a pas encore eu lieu. Or les juristes et les historiens montrent les dangers d’une loi impopulaire, qui n’a pas été suffisamment expliquée à la population. Au mieux, la population retire sa confiance à ces dirigeants perçus comme des oppresseurs. Au pire, il y a soulèvement contre cette loi. Tout ce qu’il faut éviter à tout prix. Parce que la clé est là : fédérer toute la population derrière une cause qu’on estime juste et logique. Pour éviter tout malaise et frustration.

Forum des lecteurs d'Iwacu

19 réactions
  1. Meursault

    @Gacece
    Vous avez bien compris les manigances de vos maîtres mais à court d’arguments pour continuer à les soutenir tout devient chez vous “du n’importe quoi!” Je ne pouvais pas m’imaginer qu’un homme supposé instruit puisse se comporter de manière si légère! Mais tout est possible chez les dd.

  2. Gacece

    @Meursault
    Donc… selon vous, M. Museveni a donné des millions… et les dirigeants burundais ont empoché ces millions dans leurs poches. Ils ont dit qu’ils ont achetés des cahiers “ougandais” avec les mêmes millions? Je maintiens que c’est du n’importe quoi.

  3. Meursault

    @Gacece
    Chez vous ce n’est pas seulement “du n’importe quoi” mais plus que du n’importe quoi.En réalité vous savez bien que ces cahiers n’ont jamais été achetés et que la déclaration de l’ancien(ne) ministre de finance du régime dd(Clotilde Nizigama si j’ai bonne mémoire) -que les millions des dollars payés par l’ouganda avaient servi à acheter les cahiers-n’était qu’un alibi pour cacher le détournement de ces fonds par les ventriotes de votre oligarchie au pouvoir à Bujumbura.Et aujourd’hui vous vous évertuez à exiger des chiffres du coût des cahiers comme pour soutenir que la ministre avait raison de dire que ces millions ont servi à acheter des cahiers.Je n’y vois que de la pure diversion pour ne pas dire niaiserie! Et si le Burundi a ces genres de prétendus intellectuels il est à plaindre pour longtemps. Bravo de venter votre “ingéniosité” de paille!!
    Lisez au moins Explosif dossier des cahiers ougandais dans (burundinews.fr) et vous comprendrez que votre argumentation est sans fondement.

  4. Gacece

    J’ai donné mes arguments, sortez les données que je vous demande. Il ne suffit pas de dire qu’il y en a pas. Vous l’avez vous-mêmes écrit : « … Les 14 millions de dollars américains payés par l’Uganda que votre administration a transformés en achat des cahiers pour cacher leur détournement… »

    Et maintenant que vous ne pouvez pas me donner les chiffres que je vous ai demandé, vous vous attaquez à la personne! N’importe quoi! C’est vous qui manquez d’arguments! Je vous donne une bonne occasion de me convaincre, de me donner des faits (pas des racontars) et vous vous réfugiez dans des attaques personnelles.

    Mais si c’est cela que vous voulez (je vous l’avais dit que vous ne me croiriez même pas), je suis fier d’être qui je suis… et c’est cela qui vous dérange le plus… « même si vous ne l’avouerez jamais »

    Et merci de m’avoir appelé un génie! Même si je ne crois pas avoir cet honneur, venant de vous les omniscients et omnipotents, je prends le titre!… Et je sais que c’était du sarcasme les géniaux « non-génies»!

  5. Meursault

    @Gacece
    Vous dites que nous voulons vous endoctriner pour vous gagner à notre cause! Restez-là où vous êtes nous n’avons pas besoin des fabulations et éructations sans fondement d’un acolyte d’un pouvoir vicieux pour nous soutenir!

  6. Meursault

    @Gacece
    “…combien de cahiers ont été achetés? Ne dites pas que ces cahiers n’ont rien coûté pour leur production et leur transport!” L’achat,le transport et la production de cahiers(qui n’ont même connu de distribution au niveau du pays) ont englouti 14 millions de dollars américains!! Incroyable ce que l’aveuglement idéologique peut faire dans ce monde! C’est vraiment la logique du “genie” du régime dd.
    Albert Einstein disait:”Le monde est dangereux à vivre non pas à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” autrement dit ceux qui soutiennent et défendent l’inacceptable comme vous Gacece! A voir la corruption et le délabrement dans lequel nos dd ont plongé la pays et qu’il y ait un valet pour soutenir que c’est la meilleure politique à suivre ça laisse patois! Mais un fait est sûr: il y a une fin à toutes choses et un jour le régime et ses soutiens vont tomber. Vos chapelets de louanges et vos défenses à la médiocrité du pouvoir seront jetées dans les oubliettes de l’histoire.

  7. SENYAMWIZA Jean Claude

    @GACECE: Et… « Parce que de toute façon, c’est aussi mon droit et vous ne pouvez pas me l’enlever. Libre à vous de convaincre les autres. Dans mon cas, n’essayez même pas de m’invoquer. J’aime mieux mon faire mon idée par moi-même »!

    Quand on n’a pas d’arguments pour débattre on se taît. Dans ce forum on accepte surtout des gens qui ont des idées à avancer, une vision à partager pas des partisans aveugles d’un pouvoir qui torture, viole, enlève et fait disparaître, un pouvoir qui tue et qui est décrié par les NU et le monde entier, un pouvoir sous investigation de la CPI pour crimes contre l’humanité. Trop c’est trop.

  8. Gacece

    @Meursault & @SENYAMWIZA Jean-Claude
    Haha! Un simple exemple vous fait sursauter et vous fait tomber sur moi comme des abeilles qu’on vient d’agacer.

    Est-ce que vous avez vu quelque part où je déclare supporter des personnes corrompu? Je ne m’en souviens pas l’avoir fait.

    Est-ce que vous avez lu quelque part où je « m’autoproclame » le « génie »? Non merci!

    Les cahiers, les millions, les avions… allez demander à ceux qui s’en sont occupés. Mais essayez d’avancer les vrais chiffres, vous qui déclarez tout comme détournement sans n’avoir lu un seul contrat, un seul reçu de vente, le prix d’un cahier… Donnez-moi les vrais chiffres et j’en jugerai moi-même!

    Combien coûtait un cahier à ce moment là? Combien de cahiers ont été achtés? Ne dites pas que ces cahiers n’ont rien coûté pour leurs production et leur transport!

    Et comme je vous l’ai dit, même si de toute façon vous n’y croirez jamais, je n’ai de devoir ni d’allégeance à rendre à personne! Et vos proffessionnels, ils restent des humains!

    Et… « Parce que de toute façon, c’est aussi mon droit et vous ne pouvez pas me l’enlever. Libre à vous de convaincre les autres. Dans mon cas, n’essayez même pas de m’invoquer. J’aime mieux mon faire mon idée par moi-même »!

    Ce n’était qu’un exemple des travers de votre endocrinement… comme vous dites! En fait vous voudriez que je change d’endocrinement pour adhérer au vôtre! Vous pouvez toujours courir!

  9. Meursault

    @Gacece
    Les 14 millions de dollars américains payés par l’Uganda que votre administration a transformés en achat des cahiers pour cacher leur détournement ainsi que l’argent de la vente de la caravelle présidentielle(sans oublier des millions puisés dans le compte de paie de l’AMISOM pour s’acheter une carcasse d’avion qui coûte encore des millions au pays pour son entretien et sa réparation) sont sans comparaisons avec les 500$ de ce pays imaginaire dont vous faîtes semblant de dire qu’il est plus corrompu que le Burundi sous le règne dd. Mais pour le “génie” autoproclamé en la personne de Gacece tout est possible!
    C’est votre droit d’étaler sur ce site(comme vous le faites régulièrement) votre endoctrinement de la politique décadente d’un pouvoir gangrené par la corruption et la mauvaise gouvernance mais vos arguments bidons et vos comparaisons fantaisistes ne vous aideront pas!

  10. Bakari

    @Jereve
    “…comme quoi le mensonge est devenu «la continuation de la politique par d’autres moyens”

    Dans pareil cas on parle de comm(ication)!
    D’habitude vous êtes politiquement correct; quelle mouche vous a piqué cette fois-ci.

  11. SENYAMWIZA Jean Claude

    @GACECE: “Parce que de toute façon, c’est aussi mon droit et vous ne pouvez pas me l’enlever. Libre à vous de convaincre les autres. Dans mon cas, n’essayez même pas de m’invoquer. J’aime mieux mon faire mon idée par moi-même”!

    Vous êtes qui? Vous êtes auteur de quoi en matière de corruption pour contester ce que écrivent les professionnels du domaine? Sûrement que la carte du CNDD-FDD vous donne tous les pouvoirs et prérogatives de raconter n’importe quoi sauf que personne ne vous croit étant donné que vous n’avez aucune preuve de démontrer vos mensonges. Ce pays est vraiment tombé très bas car si vous faites partie des instances dirigeantes, comment le Burundi pourrait-il compter sur vous pour avoir un projet de société, un plan de développement, une vision pour ses citoyens. Quel gâchis ? ?

  12. Gacece

    @Rurihose
    Ne m’invoquez pas à tout bout de champ! Je vous le dis depuis toujours, les statistiques, je n’y croirai jamais… même les miennes (c’est-à-dire celle dont je serais l’auteur). Elles servent à dire ce qu’on veut, à orienter vers la direction qu’on a déterminé à l’avance. Je vous donnerais un exemple.

    Dans une des pays (que vous considérez vous-même pauvres), où il y a cent (100) personnes qui vont demander ou se laisser corrompre pour un 500 BIF (FBU), et dans un autre (que vous considérez comme pas ou moins corrompus), où une (1) seule personne va corrompre ou se laisser corrompre pour un 500$, voyez ce que les statistiques vont vous dire : il y a plus de corrompus dans les pays pauvres, alors le pays est plus corrompu.

    Mais voyons les vrais chiffres : 500 FBU X 100 (personnes)= 50 000 FBU, et 50 000 FBU valent à peu près 28 $!

    Si je compare 28 $ à 500 $, je me dis que les statiticiens veulent nous en raconter une bonne… je parle d’une blague!

    Vous avez choisi de le prendre comme si le nombre de corrompus primait sur les montants détournés pour déterminer quels pays sont plus corrompus. C’est votre droit! Et laissez-moi l’autre droit : celui de prendre les montants détournés comme le facteur qui devrait être le plus déterminant.

    Parce que de toute façon, c’est aussi mon droit et vous ne pouvez pas me l’enlever. Libre à vous de convaincre les autres. Dans mon cas, n’essayez même pas de m’invoquer. J’aime mieux mon faire mon idée par moi-même!

    Mais soyez tranquille, je ne suis pas ici pour vous faire sortir de votre secte légalement internationale des « indiciens » statistiques.

  13. Source du Nil

    @Rurihose :La contribution volontaire est théorique, verbale En réalité, elle est obligatoire et forcée pour que le Burundi reste parmis les pays les plus corrompus jusqu’à la fin du règne des DD,à seconde venue de Jesus Christ,

  14. Rurihose

    Un commentaire superflu
    Regardez sur le site de la Rfi
    1) Le Rwanda et le Botswana sont les 2 pays les moins corrompus de l’Afrique
    2)Regardez la position du Burundi. Nous sommes les bons derniers avec le Congo de Kabila
    3)Mr Gashatsi Burikukiye et Gacece, Votre commentaire SVP?
    4) Comment a fait Kagame pour organiser et payer son référendum?
    5)Puisque l’issue du référendum est connu d’abance. Pourquoi Nkurunziza ne ferait pas comme M7?
    C’est moins cher pardieu.
    And anyway, nobody cares.
    De toute façon, dans 5 ans on sera toujours le pays le plus pauvre et le plus corrompu???

  15. Rurihose

    Mr Nkurunziza aura son référendum.
    Il sera président à vie comme son ami M7.
    Zishahurwa Zirira.
    Just “Songa Mbere”.
    C est sûr que je serais censuré???

  16. Jean-Claude NDIKUMANA

    Mes freres, dans la politique, il n’existe pas une ligne droite a suivre. C’est pour cela que la politique est l’art du mensonge. Si la contribution est volontaire, elle sera payee par celui qui veut et qui en est fier! mais s’il existe des pressions, des mots de convictions, des cajorations, des astuces, des discours autour de ce qui est volontaire, donc il n’en est aucun. Paye!Paye! Paye!
    Et enfin il faut dire que c’est une imposition c’est tout et le resultat sera la gouvernance imposee!

  17. SENYAMWIZA Jean Claude

    @Hamza Venant Burikukiye : « Une fierté pour tout citoyen »

    Une fierté surtout pour vous cher Monsieur qui aviez un salaire, qui mangiez à votre faim vous et votre famille. Savez-vous, Mr BURIKUKIYE, que plus de 70 % des Burundais vivent en dessous du seuil de pauvreté (moins de 1$ par jour), que le Burundi est parmi les 5 pays les plus pauvres de la planète avec un taux de malnutrition de 60 % ? Au lieu de proposer des solutions à ces sérieux problèmes de la population burundaise, on a l’impression que le seul projet de société, la seule vision du Gouvernement du CNDD-FDD c’est de changer la constitution pour se maintenir indéfiniment au pouvoir. Mais la question qui se pose est se maintenir au pouvoir pour faire quoi qu’on n’ait pas fait en 12 ans de règne sans partage sur le pauvre citoyen burundais laissé dans sa misère sans nom et à qui on demande de contribuer pour que ceux qui n’ont aucun résultat à monter rempilent encore et encore????? C’est vraiment triste ce qui se passe dans notre pays.

  18. Prophète

    Abarundi bameze nkika yimiguta
    None hari umuntu akama imiguta canke abanza kuzigaburira icuhiro na tibisakumu

  19. Jereve

    Deux c’est deux, ce n’est pas trois. Volontaire c’est volontaire, ce n’est pas obligatoire. Ceux qui essaient de nous convaincre que deux est égal à trois, et que ce qui est volontaire est obligatoire, nous prennent pour des faibles d’esprit, incapables de discerner le vrai du faux. Plus nous en avalons, plus ils en rajoutent, comme quoi le mensonge est devenu «la continuation de la politique par d’autres moyens».

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

« Juger est un métier »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « Juger est un métier »

A tort ou à raison, la justice burundaise a été vilipendée, diffamée, décriée surtout par ceux qui n’arrivent pas à avoir gain de cause. Des expressions défaitistes sont devenues monnaie courante : « deux poids deux mesures, une justice à (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 179 users online