Politique

Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU : « Informer toujours »

03/03/2017 Antoine Kaburahe 3

Activistes des droits de l’Homme, ONG, journalistes, ministres, diplomates sont réunis à Genève pour la 34ème session du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. Le directeur d’Iwacu, Antoine Kaburahe, a eu l’occasion d’intervenir ce vendredi lors d’un panel .

Le directeur d’Iwacu, Antoine Kaburahe
Le directeur d’Iwacu Antoine Kaburahe ce vendredi à Genève

« Le pire, ce n’est pas la méchanceté des gens mauvais, c’est le silence des gens bien », c’est cette citation que l’on devrait mettre au fronton du bâtiment qui abrite les travaux du Conseil des droits de l’homme à Genève.

Périodiquement, cet organe intergouvernemental au sein du système des Nations Unies chargé de renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme accueille et écoute des délégués du monde entier.

Certains viennent dans des habits folkloriques, d’autres tirés à quatre épingle, mais tous ont pour objectif la revendication des droits de l’homme dans leurs pays.

Ce vendredi, un panel a été consacré au Sud Soudan, au Burundi et l’Ouganda. Clementine Montjoye de DefendDefenders explique que pour le Sud Soudan son organisation espère voir le Conseil des droits de l’homme réagir « avec une résolution forte et décisive aux violations des droits de l’homme perpétrées quotidiennement. »

Pour DefendDefenders, le Conseil doit renouveler et renforcer le mandat de la Commission sur le Sud Soudan et lui donner les ressources nécessaires pour mener des enquêtes qui permettront « de documenter et préserver les preuves, afin que des procès crédibles puissent être menés une fois que la Cour hybride du Sud Soudan aura été établie par l’Union africaine. »

Au sujet du Burundi, DefendDefenders souhaite le Conseil continue d’être une plateforme « où les graves violations perpétrées dans le pays sont dénoncées ». Clémentine de Montjoye regrette par ailleurs « le manque complet de coopération du gouvernement avec la Commission d’enquête établie en septembre 2015 et le déni total des autorités vis-à-vis de la situation des droits de l’homme dans le pays aujourd’hui. »

La hantise de tous les militants des droits de l’homme est le silence, l’oubli. C’est ainsi que DefendDefenders invite régulièrement des activistes aux sessions du Conseil, car il est important que la communauté internationale soit au courant « de toutes les violations au sens large comme celles qui frappe la communauté LGBTI en Ouganda », comme a témoigné dans ce panel, Clara Byarugaba, une activiste ougandaise.

Pour les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme, participer à cette session est une occasion de mieux comprendre le fonctionnement –pas toujours évident-du Conseil des droits de l’homme, d’élargir leurs réseaux. C’est d’ailleurs un des objectifs de DefendDefenders qui souhaite « les rendre plus efficaces et plus écoutés dans leur travail pour améliorer la situation des droits de l’homme dans leur pays ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. ALIDI HICUBURUNDI

    Umurundi wukuri nuvugisha ukuri kuvyerekeye igihugu chachu,imana iguhezagire kaburahe mukuvugira twebwe abanyagihugu namagorwa dufise kuri reta ya nkurunziza.

  2. joan

    bien dit martin luther king
    ” in the end ,we will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends ”
    ” a la fin , on se rappellera pas des mots de nos ennemis , mais le silence de nos amis “

  3. Kagabo

    Merci bcp mon frère Kaburahe, muravuze ijambo rikomeye kandi umurundi wese yari akwiye kwiyumvira. Le pire, ce n’est pas la méchanceté des gens mauvais, c’est le silence des gens bien. kandi ivyo tubibona kw’isi yose!!!! Aho baza kakica Kadafi, Sadam, …. Babaziza ubusa, abafise ivyo bozira baryamwe akaguru ku kandi???? Quel paradoxe!!!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

La CVR recadrée?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur La CVR recadrée?

Etablissement de la vérité, de la réconciliation nationale, rétablissement de la dignité des victimes… Les attentes des Burundais envers la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) sont énormes. L’accomplissement de ces tâches exige beaucoup de moyens, de ressources humaines, de compétence, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

525 utilisateurs en ligne