Sécurité

Burundi/RDC : «Uvira ne sera pas une base-arrière d’attaques»

Ould Mohamed El Hacen : «C’est une opération de routine faite par la Monusco dans le cadre de son mandat»

Ould Mohamed El Hacen : «C’est une opération de routine faite par la Monusco dans le cadre de son mandat»

Une délégation de journalistes burundais a été reçue ce mardi 2 février 2016 à Uvira sur invitation de la Monusco. Objectif : clarifier la situation au sujet du déploiement de troupes de la Monusco en certains endroits de la frontière entre le Burundi et la RD Congo.

Lors de l’entretien avec des journalistes du Groupe de Presse Iwacu, Reuters et VOA, Ould Mohamed El Hacen, chef du sous-bureau de la Monusco a d’emblée rappelé que le déploiement de la Monusco entre le Burundi et la RDC n’est pas quelque chose de nouveau : «C’est une opération de routine faite par la Monusco dans le cadre de son mandat qui est pour le moment uniquement limité à la RDC.» Et d’affirmer que la mission n’a aucun mandat qui dépasse les frontières de la RDC : «Nous sommes là pour protéger les populations civiles».

Concernant la raison de ce déploiement ces jours-ci, Ould Mohamed El Hacen rétorque que la mission a eu des informations sur des infiltrations des groupes armés, sans les citer, qui se passent le long de la frontière.

La Monusco, explique-t-il, a donc pris des dispositions nécessaires avec les autorités locales sécuritaires pour être présente sur la frontière : « C’est pour décourager et dissuader tous ceux qui ont l’intention de traverser la frontière de façon illégale et surtout ceux qui détiennent des armes».

Bien plus, le chef du sous-bureau rappelle que les FARDC ont arrêté dernièrement des infiltrés. Selon lui, ces derniers ont reconnu qu’ils venaient des camps d’entrainements militaires et qu’ils avaient l’intention de mener des attaques au Burundi.

La mission, souligne-t-il, ne permettra pas que ce qui se passe au Burundi ou ailleurs soit transporté pour inquiéter la tranquillité des populations sous sa protection.

A la question de savoir si cette mission pourrait intervenir au Burundi en cas de besoin, M. Mohamed El Hacen, rappelle que leur mandat se limite à la RDC : «Il n’y a donc pas d’agenda caché».

  9   Vos commentaires
  1. IMPUNEMMENT

    On parle souvent de génocide des Tutsi au Rwanda (1994) et de génocide des HUTU au Burundi(1965,1972,1988,…)et celui des TUTSI du Burundi(1993),mais on ne parle jamais des milliers de morts en RDC lors de l’invasion du FPR. Où étaient les Nations Unies?

  2. Intumva

    L’ONU sait déjà que le Rwanda perturbe le Burundi. Voici meme le rapport : http://www.nytimes.com/interactive/2016/02/04/world/africa/un-burundi-rwanda.html

  3. Visionnaire

    Chers compatriotes burundais!
    La position des uns et des autres face à l’intervention des forces dit d’ « interposition » m’inquiète dans ces derniers. Je ne pense pas que ceux qui la déteste sont déjà au courant de leur « Agenda caché » comme aussi ceux qui la souhaite en sont au courant. Mais mes inquiétudes se sont amplifiées depuis que la Belgique a déclaré qu’elle est prête pour intervenir au Burundi. Là une seule question a été soulevée, vais-je observer très bientôt le Burundi deveni la Libye, l’Irak,…?

    Ma position est celle-ci avant de plaider pour toute intervention, il faut d’abord voir si ça ne sera pas une forme de redégrader la situation. A part de la Côte d’Ivoire, y a-t-il un autre pays où ces forces occidentales et americaines sont parvenues à stabiliser les pays qui les avaient sollicitées?

  4. democrate

    les rebelles sont neutralises ils ne peuvent pas traverser la rdc si une grenade ou un tir surgit c est le gouvernement burundais.

  5. roger crettol

    Hé, les DD-istes, réveillez-vous !

    Je n’entends pas vos applaudissement ou vos invictives alors qu’un représentant de cette ONU honnie avoue que la MONUSCO entend intervenir pour empêcher des groupes armés de traverser la fronitère. Il n’a pas dit clairement si les traversées anticipées seraient plutôt vers l’est ou vers l’ouest, donc on peut imaginer ce qu’on veut.

    Moi, j’imagine que le Burundi s’apprête à attaquer la RDC pour prendre à revers et punir le Ruanda, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps.

    Si je me trompe, je serai couvert de ridicule, mais ça ne m’empêchera pas de continuer à dire n’importe quoi. Et je ne suis pas le seul, hein ?

    JerryCan

  6. soleil vugukuri

    En d’autres termes, nous ne verrons plus ces Burundais formés militairement au Rwanda et qui passent par le Congo pour nous attaquer ? Bonne nouvelle…

    • Lambert

      Mais on verra évidemment les imbonerakure et interahamwe avec des cargaisons d`armes traverser la mm frontiere pour aller achever le génocide. C`est ce qui s`est observé récemment coté Kabezi.

      • Bakame

        @Lambert
        D’après vous le génocide est déjà accompli! Kabezi serait (encore une fois, après celui de 1972) déjà génocidé?

      • Fofo

        Cher Lembert, je pense qu’un intellectuel « intelligent » sais la valeur des mots! Bien que les gens peuvent s’entretuer, le mot « génocide » n’est synonyme ni des crimes contre l’humanité ni crimes de masse. Le seul organe à pouvoir le qualifier qu’il y a eu un génocide c’est bien les nations unies. Tu sais que la BBC a failli mettre en doute celui du Rwanda dans documentaire « Rwanda’s untold story »? Personnellement, je suis contre tout acte de violence quelle qu’en soit la raison mais je n’aime pas également les montages et le fanatisme dans un conflit familiaux ou sociaux!

Publicité