Diplomatie

L’Union Africaine partisan du « respect de la lettre et de l’esprit d’Arusha »

A l’occasion du premier anniversaire de la signature de l’Accord de paix, de sécurité et de coopération dans la région des Grands Lacs, une conférence de presse a été organisée au siège de l’Union Africaine à Bujumbura. De l’espoir pour la région et le Burundi.

Ambassadeur Boubacar Diarra : « Nous ne pouvons pas imaginer un seul instant d’aller vers les élections de 2015 sans un accord politique inclusif entre toutes les parties concernées » ©Iwacu

Ambassadeur Boubacar Diarra : « Nous ne pouvons pas imaginer un seul instant d’aller vers les élections de 2015 sans un accord politique inclusif entre toutes les parties concernées » ©Iwacu

Elle était animée par l’ambassadeur Diarra Boubacar et Mudibo Touré. Respectivement représentant spécial de l’Union Africaine dans la région des Grands Lacs et au Burundi, et conseiller spécial de Mary Robinson, envoyée spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies dans la même région. Cette conférence visait à faire le point sur ce qui a été accompli au bout de cette année.

L’ambassadeur Diarra a rappelé que cet accord a été signé le 24 février 2013 à Addis-Abeba par 11 Chefs d’Etat, auxquels se sont ajoutés récemment deux autres pays, le Kenya et le Soudan. Le conflit dans le nord Kivu, en RDC, étant devenu une menace pour la région. « Au moment où nous marquons le premier anniversaire, beaucoup de choses restent à faire. Mais il y a quand même des jalons importants qui ont été franchis et, petit à petit, se met en place un processus de concertation entre les différents acteurs », a indiqué M. Mudibo. « L’importance de l’accord, c’est que les 13 Chefs d’Etat l’aient signé, et cela les a engagés politiquement et a conduit, ce qui est un succès notable, à la neutralisation du M23 », a ajouté l’ambassadeur Diarra.

En soulignant qu’il y a encore 7.000 éléments rebelles qui sont en RDC qu’il faut cantonner, désarmer, démobiliser et réinsérer. « Mais nous devons veiller à ce que les groupes armés dont les éléments se seraient rendus coupables de violations massives de droits de l’homme ne soient pas amnistiés » a-t-il souligné.
En précisant que la prochaine étape est la neutralisation de la centaine de groupes armés qui pullulent en RDC, dont les FDLR, qui se sont créés pour exploiter illégalement les ressources minières : « La CIRGL a demandé la mise en place d’un processus de certification de ces ressources minières pour voir si elles ne contribuent pas à la guerre. »

La situation au Burundi est suivie de près …

L’ambassadeur Diarra a fait remarquer que l’accord s’intéresse également aux causes profondes du conflit que sont les problèmes de terre, de nationalité et de réfugiés : « Nous n’avons pas perdu de vue cette question fondamentale, nous sommes en train de réfléchir, avec les Chefs d’Etat, comment ces causes profondes peuvent trouver une solution. »

En répondant à certaines réponses sur le Burundi, l’ambassadeur Diarra a fait savoir – le Burundi faisant partie de l’accord – qu’ils suivent avec beaucoup d’attention ce qui s’y passe depuis quelques semaines. En soulignant que les Nations Unies, l’Union Africaine, l’Union Européenne, les Etats Unis, le médiateur et l’initiative régionale sont garant de l’Accord d’Arusha de 2000. « Tout ce qui peut interroger sur l’efficacité de cet accord nous interpelle…Je pense que nous tous nous travaillons à ce que le dialogue soit établi entre le pouvoir et le parti Uprona. Parce que ce dialogue est l’une des conditions du respect de l’esprit et de la lettre de l’Accord d’Arusha. »
L’ambassadeur Diarra a ajouté que beaucoup d’actions sont menées dans ce sens et qu’il est confiant en leur issue. Il a rappelé ce que le Chef de l’Etat a dit dans sa dernière intervention à Bujumbura rural : « Je suis partisan du respect de la lettre et de l’esprit d’Arusha, et je mettrai tout ce qui est en mon pouvoir pour que chacun se sente membre de la nation burundaise et que nous puissions tous vivre en paix. »

En appréciant les étapes déjà franchies dans le sens du dialogue, l’ambassadeur Diarra a invité tout le monde à continuer dans le processus déjà engagé « parce que c’est une inclusivité qui a manqué au processus électoral de 2010. »

  30   Vos commentaires
  1. Pioneer

    @Buzokira et consorts:
    Vous les DDs devez etre malades! N’avez-vous pas honte de voir des ennemis partout? Hier c’etait l’Union Europeenne, les Nations Unies (Parfait Onanga), l’EAC de CoW, le Vatican (position de l’Eglise catholique), aujourd,hui c’est l’Union Africaine. Voulez-vous avoir raison contre le monde entier? Pour un gouvernement dont le budget depend a 51% de l’aide exterieure, ce mepris et manque d’ecoute de vos partenaires est un signe de detresse.

    • borntomakelovenotwar

      Khadaffi : mourir souverain ou vivre éternellement colonisé : il a fait le choix, le bon je trouve; Kabila Père aussi, Sankara aussi, à la seule différence : ils avaient une dose d’égoïsme hérité du colon, personne d’autre ne parle, mon pays c’est ma propriété comme quand Léopold II prenait toute la RDC comme son champ propre à lui, même pas une colonie belge, mais une propriété personnelle où toutes les commandes n’émanent que d’une seule personne. Nos nationalistes tombent souvent dans ce piège.

  2. Caragurishijwe

    Wait and see, the truth is gonna win …. and this is the end of the wrongdoer (DD), the hell fire is awaiting for uuuuu criminals…..

  3. Pioneer

    1. L’argument DD selon laquelle “ Pierre Nkurunziza n’a jamais declaré vouloir se presenter en 2015” cache mal un malaise evident face a l’offensive internationale anti-Nkurunziza.
    2. Qu’il ait ou non l’intention de se re-presenter est son affaire. C’est une distraction sans effet. Tout ce qui nous importe, c’est que son parlement monolithique ne touche pas à l’article 302 de la Constitution et les majorités de blocage. Le reste, on s’en occupera.
    3. Certains désespérés DDs vont jusqu’a declarer que le CNDD-FDD peut aligner Nkurunziza meme sans toucher a la constitution actuelle. Nous savons d’où ils tirent cette pseudo-assurance. C’est une voie sans issue; on veille au grain.

    • jenfonceleclou

      Supposons et admettons que cela soit un jour même si cela semble un rêve d’une vielle de 90 ans pensant à son mariage dans 5 ans : Penser un moment, quand vous serez au pouvoir avec le même Cndd-Fdd en opposition et qu’il a juste 35% (que l’opposition actuelle pourrait gagner en 2015). La plupart de décisions importantes se votent à 2/3, les plus cruciales requièrent 4/5 si pas 9/10 ! Ailleurs la majorité est absolue, même avec 50,00001%. Juste pour blocage et sabotage, rien ne sera fait même vous auriez de très bonnes idées, rien ne sera fait !!!! Tu trouves cela normal ? Si des gens ont brûlés des bus, pour saboter et se libérer du joug des bahima, que feraient-ils si l’on les ramenait sous l’emprise sanguinaire des criminels du Sud ? Ils feraient (pire que l’Uprona) la mauvaise gouvernance et pousseront les autres dans la même parce qu’ils ne seront jamais responsables en tant que parti, ils présenteront des calibres nouveaux, seront démis et ramèneront d’autres. Et la responsabilité sera attribuée aux Gouvernants en tête. N’oubliez pas que le Cndd-Fdd a beaucoup de durs qui ont seulement accepté la douceur pour le bien de la Nation, beaucoup sont orphelins des différents crimes. Je pense qu’on doit cesser la solidarité négative des malfaiteurs et laisser la démocratie trancher. Avec ce que veut/fait l’Uprona de Busokoza-Ngayimpenda-Nditije, juste parce qu’ils familles des spoliateurs et putschistes est trop regrettable. Et, malheureusement certains affamés soutiennent et suivent la danse des bourreaux d’hier. La Constitution actuelle est comme un pansement sur une plaie, on n’en a pas vraiment besoin comme quand la plaie cicatrise on enlève le pansement et le pansement n’est jamais souhaitable parce que personne ne souhaite une plaie éternelle sur son corps.

  4. @ Bizokira nashatse kuvuga communauté internationale, nationale yo muguma muyisambura mwe aba DD na UproDD yaba Consiliya et consorts

  5. Buzokira ubwo yaraciye mw’ishule? Iyo communauté nationale niyo yatumye dusubiza hamwe, mufata pouvoir uyu musi ntuba ushobora nukwandika ivyo wishakiye iyo ataba bo, isonere rero wubahe ivyo Mandela n’abandi bashitseko aho wewe uvugira aho wicaye urushiki le charismatique Bill Clinton yahagarikiye zirya signature za Arusha, haraho mwibagira mukagira muracari mwi Shamba kandi mwaratsinze.

  6. borntomakelovenotwar

    Il a gaffé sur une chose : devenir porte-parole du Camp Ngayimpenda en demandant un dialogue avec l’Uprona (sous-entendu aile de Ngayimpenda). L’Uprona légale a déjà réintégré les institutions. Un autre point de la mauvaise réception de ses propos : En 2012 sur 11 agents que comptait la Représentation de l’UA au Burundi, 9 étaient TUTSI et Un seul HUTU, le cuisinier. Un observateur de l’UA qui n’écoute que ceux qui l’entourent, et certains se demandent : qui sait, s’il ne le dit sous l’effet du plaisir sensuel qu’on lui offre souvent ou s’il ne transmet que ce que ces employés lui disent ? même trompeur, les alliances par mariage ou sexualité, ça fait aussi parti du lobby depuis Abraham. Ce fut la même chose avec le Représentant de l’UE qui avait une femme TUTSI. Il fut toujours mal-interprété. Difficile d’exercer une telle fonction quand on est contesté quant à l’aspect neutralité.

    • Juvent Goss

      ibintu vyahindikiye ce genre de commntaire zavuga abatutsi b’aba extremistes dans le temps. wew urazi Sibomana, ari premier ministre kuri Buyoya?, urazi, Rukingama n’abandi beshi, wibagiye ko imigwi yagwana kanbdi hari abahutu muri leta barwanira iki?

  7. passezlesvp

    Il a gaffé sur une chose : devenir porte-parole du Camp Ngayimpenda en demandant un dialogue avec l’Uprona (sous-entendu aile de Ngayimpenda). L’Uprona légale a déjà réintégré les institutions. Un autre point de la mauvaise réception de ses propos : En 2012 sur 11 agents que comptait la Représentation de l’UA au Burundi, 9 étaient TUTSI et Un seul HUTU, le cuisinier. Un observateur de l’UA qui n’écoute que ceux qui l’entourent, et, qui sait, s’il ne le dit sous l’effet du plaisir sensuel qu’on lui offre souvent ou s’il ne transmet que ce que ces employés lui disent ? Ce fut la même chose avec le Représentant de l’UE qui avait une femme TUTSI. Il fut toujours mal-interprété. Difficile d’exercer une fonction quand on est contesté quant à l’aspect neutralité.

    • L'histoire est en marche

      Ivyo vya porte-parole du camp Ngayimpenda vyo n’ibiki? Ne vous en déplaise abarongoye umugambwe uprona barazwi. Bashobora kuba ataribo CNDD-FDD yashaka muga sibo banomma président wa uprona ou de tout autre parti à place des militants. Ivyo navyo vy’aba employés bo muri UA ushobora kuba waragize amatohoza kuri ivyo c’est ton droit le plus absolu muga de grâce ne nous fait pas passer à côté de l’essentiel ntudusamaze. Qu’on le veuille ou non les partenaires qui nous ont accompagnés dans le processus de paix ont un mot à dire sur l’évolution politique de notre pays.

      • jenfonceleclou

        Loin de la distraction, sinon tu rentres au banc pour apprendre ce que c’est le lobbying et comment le monde se gouverne. OK. Retour à la Constitution. Les mandats : deux c’est trop et c’est assez. Quelqu’un peut bien faire même pendant un seul mandat et il est préférable de partir juste après le 1er, à moins que……. Problème de notre Constitution du « shut down » : Il est irresponsable : personne ne répond de la mauvaise gouvernance. Qui répond des fautes des ministres sous tutelle du 1er vice-président ou du 2e vice-président ? Qui pourra changer les mauvaises autorités ? Personne et je justifie : si on a un Président Cndd-Fdd, il y aura un 1er vice-Président Uprona/Fnl/Msd/Frodebu pour saboter et bloquer et salir ivyo kwa Mukeba. Et l’inverse est pareil. Statu quo ou shut down je-ne-sais-pas. Moi je pense que seules la défense et la sécurité publique devraient faire objet des quotas. Imaginez un vice-président qui n’a aucun pouvoir sur un ministre de sa tutelle parce qu’il dit ce que ne veut pas le Président ! ça ne vous dit rien ? Où allons-nous ?

    • Uwubizi

      @passezlesvp
      Ivyo vy’ aba agents Tutsi bo muri UA n’ umututsikazi Madame wa ex-représentant wa UE bihuriye he no gusaba ko Peter yubahiriza les accords d’ Arusha? Ni yo sujet turiko. Ntavyo abahutu n’ abatutsi biriko biravugwa muri ino sujet!!!!

      Jewe nibaza ko abantu bamwe bamwe bamaze guhumishwa n’ abacakubiri bakibagira igifitiye akamaro Uburundi n’ abarundi hamwe n’ imiryango yabo! None nk’ aho muzoraga iki abana banyu mushaka guturira igihugu?

  8. Barekebavuge

    Voilà un message on ne peut plus clair pour les fossoyeurs des Accords d’Arusha. Celui qui rêvait un coup d’Etat constitutionnel pour se forger un mandat de trop doit désarmer s’il ne veut pas se suicider. Ce message de l’Union Africaine est un signal fort à son endroit, et ses conseillers comme Hatungimana Léonidas ( pas Nyamitwe svp) peuvent l’aider à bien le lire et le comprendre. Je plains beaucoup ses courtisans qui l’induisent en erreur toujours, le laissant errer dans les champs, dans les marais ou sur des chantiers au lieu de se concentrer sur des dossiers de l’heure. Pourra-t-il finalement revenir à la raison pour donner la paix et le pain aux burundais? wait and see. Mais tout révèle que la communauté internationale tient à l’oeil notre très très populiste président dans ses avocatiers stériles.

  9. moi

    Uwo ashaka gutaha, arabaza uwahoze aserukira UN ba na National Democratic Institute uko vyabagendeye!!!!!

    • Mutu

      Icutazi nuko abo ba representant they dont care leaving Burundi. Ce sont des démocrates, et des fonctionnaires d’une grande organisation, bavuga ijambo ry’abagabo. Uwanka yangare…Où sont Ndayizeye, Kadege et consorts ? Ils n’ont pas voulu coopérer avec ces grandes organisations, none raba ivyo barimwo…Demande à Buyoya, qui a su jouer et danser avec eux…Peter nabandanye, azoca aja kworora n’ukubagara ama avocats…kuko narya ma Stades (reve d’un ado) ata entrentien zigira, dans 20 ans azoba ateye isoni nka FFB…

  10. Harajwe

    @Buzokira : hahaha…Ariko ga yemwe nsanze kugira ubwenge buke ari inrwara. Ce qui se passe au Burundi ne se passe nulle part ailleurs. Si tu veux que le gouvernement du Burundi soit considéré, il a l’obligation de se faire respecter lui-même. Si non, turashigikiye ijana kw’ijana les observateurs qui suivent de près ce qui se passe dans ce pays et qui n’ont pas peur de dire la vérité. Nkurunziza n’a plus beaucoup de choix

  11. Barekebavuge

    Boubacar Diarra n’ignore pas du tout que le Burundi envoie ses soldats dans des missions régionales ou internationales, mais il sait aussi que cela profite financièrement avant tout le monde aux dirigeants burundais. Rien n’est donc fait par amour des somaliens ou centraficains, ni par esprit de panafricanisme. On aura le temps de décortiquer les contours de ces missions plus tard.
    Ce message de l’UA est un signal fort à l’endroit de ceux qui rêvent s’éterniser au pouvoir à Bujumbura. Et je dois plaindre monsieur BUZOKIRA qui se perd dans la confusion des histoires rwandaise, burundaise et tanzanienne. Il faut laisser seul Nkurunziza lire et comprendre le message, car c’est lui le destinataire. Ses petits lieutenants n’ont qu’à se la fermer. Tout ce que Nkurunziza concocte avec ses services soit disant secrets ( de polichinelle) est suivi à la loupe, y compris ses communications codées. S’il persiste à verrouiller l’espace politique pour bloquer les véritables opposants, il peut déjà préparer ses valises pour la CPI , même s’il en a peur.

  12. Rwenyuza

    Peut on me sortir une seule déclaration où le président Nkurunziza affirmerait se présenter aux élections pour briguer un troisième mandat à la magistrature suprême.

    Le CNDD FDD gagnerait à préparer déjà un candidat pour la succession à moins que les tutsis infiltrés dans ce parti ne manœuvrent pour leurs congénères de l’Uprona surtout qu’il est communément convenu que l’Uprona est le parti des Tutsi.

    Les journalistes se complaisent à écrire et dire que le parti Uprona est le prncipal parti tutsi comme s’il n’ y avait pas de tutsi dans les autres partis.

    Par ailleurs, sur quoi se base t on pour déclarer que quelqu’un est tutsi ou hutu. A ma connaissance aucun recensement ethnique n’a jamais été diligenté. Encore une hypocrisie politique à la burundaise.

    • Innocent

      Tu veux nous faire croire que tu ne sais pas si tu es hutu ou Tutsi?
      Kiretse niwaba utari umurundi sinon reka kudusamaza kuko nibaza ko ubu ico atarico kibazo kihari.
      Aho twabihendewe twarabihinyuye.Ukagira ngo Nditije na Concilia bapfa amoko?Peter na Rwasa bapfa amoko?etc etc.
      Ivyo vyari ibihendwa abana ngo nyokuru ni umugore

  13. YAKO

    «  »Je suis partisan du respect de la lettre et de l’esprit d’Arusha, et je mettrait tout ce qui est en mon pouvoir pour que chacun se sente membre de la nation burundaise et que nous puissions tous vivre en paix » », Je pense que Nkurunziza se resaisit pour abandonner son projet suicidaire de briguer un 3éme mandat en violation des accords d’Arusha et la constitution qui sont les piliers de la paix au Burundi

    • borntomakelovenotwar

      Officiellement, il n’a jamais annoncé un quelconque souhait de briguer un autre mandat. Et si officieusement, personne ne l’a encore prouvé. Attendons voir et entendre si…. Ce que tu viens de dire s’appelle aussi diffamation et propos calomniateurs dans le vulgaire.
      Quant au dialogue avec l’Uprona, c’est déjà conclu parce que l’Uprona a réintégré toutes les institutions qu’elle avait quittées. Je pense qu’il y a besoin d’un dialogue inter-Uprona, inter-Fnl, inter-UPD, inter-Frodebu, 3 CNDDs (=Nyangoma, Kaze, Fdd) mais enfin on risque de se retrouver avec un seul parti Uprona de 72, parti unique, parti-Etat et ce n’est pas la démocratie.

  14. Il faudrait qu’il aille tenir un discours pareil au Rwanda pour se voir renvoyé à ADDIS. Le Président KIKWETE peut lui donner conseil en la matière. Quel ingérence? C’est ce même homme qui a honte à l’UA en soutenant le M23 dans une conférence de press comme celle là alors que toute la communauté internationale condamnait avec toute énergie ce groupe terroriste. Qu’attend le Gouvernement Burundais pour l’appeler à l’ordre? Il faut qu’il parte à ADDIS ou qu’il rejoigne son pays. Je pense d’ailleurs qu’il serait Guinéen Pels. Il ne faut pas qu’il continue à infantiliser les autorités de notre chère République, sous la couverture de la casquette de l’UA.

    • Gendaneza Ruphin

      A BUZOKIRA
      Reka kunigwa n’ishavu abo bavuga ivyo bazi ntibavuga ivyo biyumvira. Hanyuma mentionner peul Guineen fait allusion a quelque chose qui expose ton ideologie au grand jour.

    • Uwubizi

      Vu son nom, il n’ est pas peulh mon ami. Renseigne-toi bien. Et puis je ne vois pas où est le rapport. Il dit juste la vérité et son soucis est de sauvegarder la paix. Qu’ est ce qu’ on pourrait lui reprocher d’ autre alors?

    • Stan Siyomana

      @Buzokira
      1. Que savez-vous, qu’avez-vous exactement contre un « Guineen PELS »?
      2. Vous demandez « QUEL ingerence? » alors que l’Accord en question a ete signe « En presence de:….S.E.M. Salim Ahmed Salim, Secretaire General de l’Organisation de l’Unite Africaine ».
      (voir « Accord d’Arusha pour la paix et la reconstruction et reconciliation au Burundi », http://icoaf.org).
      Merci.

    • Innocent

      Mbega aho mwama mwihaya kurungika les diplomats accredités a Bujumbura nkaho womenga ni ubuhizi ni ukuvuga iki?Woba uzi ico bisigura muri diplomatie?Umuzi botangura kubarungikira vos ambassadeurs hoho mwovyifatamwo gute?Ntahandi nari bwumve abantu bihaya ibibi bakora ni ivyadutse muri kino gihe kweli

    • Datus

      Mbe BUZOKIRA ntasoni, abo ejo hahise nibo bagondoje Buyoya pour négocier avec vous uyu musi kubera muri k’ubutegetsi, ngo ntibakavuge! Birababaje , kubona hariho umuntu aciyunvira nka wewe, tu pues la haine ethnique!!!! Dommage ko ndize kubikubwira!!!

    • Federation

      @BUZOKIRA
      « Je pense d’ailleurs qu’il serait Guinéen Pels (sic). » Ceci n’est pas à prendre à la légère. Cette personne expose au grand jour son idéologie génocidaire. J’ose espérer que c’est un cas isolé ! Depuis quand les faits et gestes devraient être jugés en fonction de l’identité de la personne ? Voilà le mal qui ronge notre pays et notre sous-région !

    • Kabwa

      C’est vrai ce monsieur a soutenu publiquement le M23 et il n’a pas encore subit les consequences. Seulement je comprends mal sa sortie conjointe alors qu’il pouvait le faire seul comme il l’avait fait en soutenant le M23. J’ai honte de certains africains. Je ne doute ni de ses connaissances sur les grands lacs ni de ses conseillers mais une chose est sure: quelque chose ne tourne pas rond dans ses conceptions. Serait-il pays pour jouer le lobbying de certains « puissants » ou alors il est super intelligent qu’on ne le comprends encore? De toutes les facons son soutien n’a servi a rien et j’espere que les lecons qu’il lance envers les burundais soient de bonne fois.

Publicité