International

Bujumbura abrite la 8ème conférence de l’EAC sur le pétrole et le gaz

07/06/2017 Egide Nikiza 10
De gauche à droite, Libérat Mfumukeko, S.G de l’EAC ; Kirunda Kivejinja, vice-premier ministre ougandais ; Pierre Nkurunziza, président du Burundi ; Côme Manirakiza, ministre de l’Energie et Mines et Isabelle Ndahayo, ministre en charge de l’EAC.
De gauche à droite, Libérat Mfumukeko, S.G de l’EAC ; Kirunda Kivejinja, vice-premier ministre ougandais ; Pierre Nkurunziza, président du Burundi ; Côme Manirakiza, ministre de l’Energie et Mines et Isabelle Ndahayo, ministre en charge de l’EAC.

Il se tient, depuis ce mercredi 7 juin, une conférence des Etats de la communauté est-africaine sur le pétrole et le gaz, dans la ville de Bujumbura.

Côme Manirakiza, ministre de l’Energie et Mines, fait savoir que cette rencontre biennale, de trois jours, a pour entre autres objectifs d’analyser les différents facteurs susceptibles de promouvoir le secteur du pétrole et du gaz.

Il indique que les pays de l’EAC en possèdent des quantités importantes. « Pas mal de gaz en Tanzanie, du gaz méthane au Rwanda et du pétrole en Tanzanie et en Ouganda. » Et de préciser que le Burundi en est encore à la prospection.

M. Manirakiza évoque l’existence de l’or noir dans le sous-sol burundais : «Différents rapports de recherche montrent des indices de pétrole dans le bassin du lac Tanganyika. »

La dernière conférence avait eu lieu au Rwanda en 2015. Et quant à la première, au Kenya en 2003.

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. OLENGA NGOY

    c’est un Vice Ministre ougandais

  2. MUGISHA

    Mbega nyene même s’il y avait ces énergies fossiles, si on les exploite dans 20-30 ans, on les vendra à qui ? Les consommateurs importants auront changé de technologies : voitures électriques, …. Suivez les marchés avant d’investir. Au fait, on ne parle plus du nickel, qu’en est-il au juste ?

  3. Jambo

    A méditer effectivement avant de faire un choix judicieux qui préserve la biodiversité surtout quand on sait que le pétrole n’a jamais profité aux populations du continent noir. En outre, il convient d’avoir une très bonne vision sur ce sujet en harmonie avec les accords de Paris sur l’écologie vu que les énergies renouvelables propres remplaceront tôt ou tard l’or noir.

  4. Bagona Anne

    Pourquoi ces expertises tombent à ce moment où on veut passer à une étape suivante?A prendre avec pincette!

  5. DUCK

    Ivyo uvuze bishobora kuba atari ukuri. Sous-sol y’ u Burundi ifitse oil (or noir). Exploitation na Etude ya consequences ya exploitation bisaba amabanga adatangazwa directement, kuko tubanza kugira volume estimation. Ntunga nkubwize ukuri ko u Burundi ntiburaronka gouvernement stable yozana foreign investment for oil extraction or exploitation.

  6. Rurihose

    En 1983, une société américaine appelée AMCO avait reçu un certificat d’exploration.D’immenses espoirs s’étaient évanouis 2 années plus tard.
    Que viennent faire alors une conférence sur le pétrole et le gas à Bujumbura?
    Peut être vient on voir grandeur nature un pays où il n y a ni pétrole ni gaz😂😁

  7. LANGA SOURCE

    @Iwacu :Le Burundi est à la phase de prospection!Honte!Pendant que les autres pays de l’EAC sont dans last phase d’exploitation de ces ressources,les DD sont dans des recherches géoliques interminables!Le petit Rwanda exploite dejà 25MGW du gaz methane du lac Kivu alors que le géant RDC est dans le coma avec seulement des paroles de bonnes intention!L’Uganda aussi est dans la phase exploitation du petrole dans le lac Edouard,chez le RDC,aucune ambition d’extraire l’or noir.La Tanzanie et le Kenya sont avancés dans l’exploitation des gaz.Quel bilan pour le Burundi?Reponse :zero.Le ridicule ne tue pas! En plus,je constate un boycott de cette conference,un ministre ougandais et cinq autres absents!Il faut savoir lire entre les lignes ce que cela signifie.

  8. Ntazizana

    EAC est une coquille vide. Elle est paralysée suite à cerrains dirigeants égoistes et sans vision pour la région.

  9. Pablo

    None haje umugande gusa muri EAC yose si heza iyo nama kabisa! Ni murondere amahera y-igitoro basha ibindi mubireke! !!

  10. Yves

    Le pétrole dans le bassin du lac Tanganyika, cela fait bien longtemps que l’on en parle. Mais jusqu’à présent, personne ne peut dire très exactement s’il est situé dans la partie congolaise ou burundaise du lac, ni chiffre le coût d’extraction qui s’annonce d’ores et déjà exorbitant. Ce qui est par contre certain, c’est que son extraction présente un risque environnemental très élevé, comme le relève une étude publiée récemment par le Docteur Erik Verheyen dans le magazine Science… L’eau du Lac Tanganyika et les écosystèmes qu’elle abrite sont très importants, et ceci est une composante essentielle de la vie des populations riveraines. A méditer…

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Du choc de deux « feuilles de route »…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Du choc de deux « feuilles de route »…

Deux ans avant les élections générales, le compte à rebours commence. Les états- major des acteurs politiques sont à l’œuvre. Pour les uns, il faut coûte que coûte se maintenir au pouvoir, le garder jalousement, le renforcer, avec le moins (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

659 utilisateurs en ligne