Samedi 20 juillet 2024

Économie

Vers un métier de bancassurance au Burundi ?

24/09/2020 Commentaires fermés sur Vers un métier de bancassurance au Burundi ?
Vers un métier de bancassurance au Burundi ?
Pour Augustin Sindayigaya, Directeur Général de Socar Vie, la bancassurance n’est pas totalement vierge au Burundi.

Lors d’une conférence débat organisée par l’Université du lac Tanganyika ce 23 septembre, les assureurs et les représentants des établissements financiers ont échangé sur la promotion de la bancassurance.

« Le marché de la bancassurance est vierge au Burundi », a indiqué Jean Paul Roux, consultant invité pour animer le débat. Il a fait savoir que la bancassurance a pour objectif de proposer via le réseau bancaire des produits de banque et d’assurance, d’où l’appellation de bancassurance. Et de souligner que «la bancassurance est un métier et non juste une transformation de produits classiques pour utiliser la banque comme un canal de distribution».  

Des questions ont été posées lors des débats notamment le problème de concurrence qui pourrait naître entre les banques assureurs et les sociétés d’assurances. Jean Paul Roux  explique que le Burundi ne ferait pas exception. D’après lui, même dans d’autres pays comme en France et en Tunisie, les banques assureurs et les assurances travaillent toutes avec succès.

Augustin Sindayigaya Directeur Général de Socar Vie, affirme que la bancassurance n’est pas totalement vierge au Burundi car a-t-il expliqué, l’Interbank avait exigé des assurances à ses clients de l’ancien marché central de Bujumbura. « Et tout le monde s’est étonné de voir que seules quelques victimes ont été indemnisées. »  Il demande que les banques assurances soient formalisées pour l’intérêt des banques, des assurances et des clients.

Tatien Sibomana, secrétaire exécutif de l’Association des assurances du Burundi, fait tout de même savoir que le projet de l’ordonnance portant organisation des banques assureurs reste dans les tiroirs.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 265 users online