Jeudi 25 avril 2024

Politique

Uprona : 57 ans après sa victoire, quid de la réunification ?

18/09/2018 Commentaires fermés sur Uprona : 57 ans après sa victoire, quid de la réunification ?
Uprona : 57 ans après sa victoire, quid de la réunification ?
Abel Gashatsi (à gauche) et Tatien Sibomana.

Les héritiers du prince Louis Rwagasore ne s’accordent pas quant à la procédure de leur réunification. Ce mardi 18 septembre marquait le 57ème anniversaire de la victoire du parti Uprona aux législatives de 1961.

Abel Gashatsi, président du parti Uprona, se félicite du pas franchi dans l’encadrement des membres : « La mission du parti de rassembler et de fidéliser les Badasigana, que s’est assignée la direction, connaît une avancée significative.»   

La province de Muramvya est un bon élève. « Dans les différentes communes, des partisans qui avaient quitté le parti en 2015 l’ont réintégré». Pour lui, si le parti Uprona reste debout face aux difficultés qu’il a connues, c’est parce que les Badasigana ont fait preuve d’unité, idéal que défendait le Prince Louis Rwagasore.

Abel Gashatsi confie que son camp n’a ménagé aucun effort pour se rapprocher du camp rival dirigé par le professeur Evariste Ngayimpenda.  «Nous allons continuer à les chercher avec le principal objectif de gagner les élections de 2020».

M. Gashatsi recommande à tous les Badasigana de faire prévaloir l’héritage du prince Rwagasore, «surtout les valeurs de paix, d’unité, de justice et du développement qu’il prônait».  

Tatien Sibomana, porte-parole de l’Uprona non reconnue par le ministère de l’Intérieur, regrette que la commémoration de la victoire de 1961 ait lieu au moment où le parti traverse une crise interne. «L’Uprona a un idéal gênant pour les tenants de la politique divisionniste».

Malgré sa réunification de 2009, le parti a été victime d’une politique sciemment « orchestrée par le gouvernement ». C’est la raison pour laquelle, explique-t-il,  l’Uprona est aujourd’hui divisé en deux parties.

Il déplore que les responsables de Ku Mugumya (siège du parti) visent plus les postes que la réconciliation entre leurs partisans. «Ils n’ont pas la volonté de réunifier le parti de Rwagasore. L’intérêt du parti n’est pas leur préoccupation».

M. Sibomana ne désespère pas : «Tôt ou tard, l’Uprona va se ressouder.»

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 4 122 users online