Samedi 20 juillet 2024

Société

Université du Burundi : un décès mystérieux

23/07/2021 Commentaires fermés sur Université du Burundi : un décès mystérieux
Université du Burundi : un décès mystérieux
Le campus Kiriri de l’Université du Burundi où étudiait Désiré Nkurunziza

Un étudiant de l’Université du Burundi est mort dans la nuit du 22 juillet après avoir passé l’après-midi du même jour à jouer au football avec ses camarades de classe. Originaire de Makamba, il s’appelait Désiré Nkurunziza. Ses proches sont désemparés et parlent d’une mort choquante et surprenante.

Encore sous le choc, M.G, un membre de sa famille, reconnaît que la cause de la mort de Désiré Nkurunziza, étudiant de bac 2 à l’Institut d’Éducation Physique et de Sport (IEPS) reste un mystère.

Il affirme avoir appris vers 22h 15 qu’il est gravement malade. En ce moment-là, il dit qu’il s’est directement dirigé vers la chambre du défunt. Quand il a ouvert la porte, il témoigne avoir trouvé ce dernier mourant. « Il a passé tout l’après-midi à jouer au football avec ses camarades de classe dans les deux séances du cours réservé à ce jeu », s’étonne-t-il. Ce qu’affirment unanimement ses camarades de classe et tous ceux qui l’ont vu la veille.

Il fait savoir que vers 22h 40 h, tous ses amis ont tenté de sauver sa vie en le conduisant vers l’hôpital Roi Khaled de Kamenge, mais en vain. « C’est pendant son évacuation qu’il a rendu son dernier soupir. Nous avons mis sa dépouille mortelle à la morgue de l’hôpital Roi Khaled ».

Au campus Kiriri, tous les étudiants interrogés disent être choqués par sa disparition. « Je ne sais pas comment qualifier sa mort. Pour moi, c’est comme s’il a été foudroyé », témoigne un de ses camarades de classe. Un autre étudiant de bac 3, proche de cet étudiant décédé, dit avoir perdu un grand ami. « C’était mon meilleur ami. Et d’ailleurs, j’ai pris le repas du soir avec lui hier vers 20 h. Il était en ce moment-là visiblement en forme. Aucun signe d’un malaise ». Ces étudiants témoignent de ne pas savoir beaucoup de choses sur les causes de sa mort.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 874 users online